Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

« Le Canada a fait preuve de leadership dans la gestion des commotions cérébrales, du niveau national au niveau provincial, territorial et communautaire. On doit maintenant chercher à prévenir les commotions cérébrales avant tout »

Debra Gassewitz, présidente et chef de la direction du Centre de documentation sur le sport.

Plus de 80 preneurs de décisions et directeurs techniques, y compris 26 organisations nationales du sport, 12 organisations multisports et neuf organisations de sports communautaires, ont retroussé leurs manches lors d’un atelier présenté par SIRC en juin 2019. Pendant cet atelier, on a abordé trois champs d’action possibles : changer les comportements dans le sport, modifier les règlements et les lignes directrices, et changer les techniques d’entrainement pour rendre le sport plus sécuritaire.

« Ce travail ne se fait pas seulement avec un seul chercheur ou centre de recherche. Le modèle unique de chercheurs multidisciplinaires travaillant avec des partenaires cliniques, communautaires et scolaires nous donnera l’occasion de faire quelque chose qui n’a jamais été fait à l’échelle nationale ou internationale. »

Dr. Carolyn Emery, Université de Calgary

Voici certains éléments importants à retenir en matière d’innovation et de leadership pour prévenir les commotions cérébrales :

  • Beth Liverman (Patinage Canada) a parlé des efforts continus déployés au sein du patinage artistique pour prévenir les commotions cérébrales, y compris le fait de permettre aux athlètes d’être retirés de la glace pour une évaluation du cerveau sans encourir une pénalité.
  • Paul Hunter (Rugby Canada) a parlé de la myriade de changements introduits pour améliorer la sécurité réelle et perçue du rugby.
Paul Hunter, Rugby Canada

« Nous avons maintenant une politique de tolérance zéro concernant les coups à la tête. Le rugby a déjà l’air différent de ce qu’il était il y a cinq ans, voire deux ans. Nous devons nous sentir à l’aise d’être mal à l’aise. En tant que décideurs, nous avons la responsabilité de rendre le sport plus sûr. »

Paul Hunter, Rugby Canada
  • Aaron Giesler (Football Canada) a parlé des répercussions des changements apportés aux règles dans tout le système et de la croissance des petits jeux latéraux et du flag football dans la prévention des commotions cérébrales.
  • Laura McClemont Steacy (Ontario Artistic Swimming et Université de Toronto) a présenté deux études sur les commotions cérébrales qui appuient l’importance de la formation des entraîneurs. « Si nous pouvons cibler les situations dans lesquelles nos athlètes sont les plus vulnérables, alors nous pouvons commencer à enseigner à nos entraîneurs comment mieux gérer ces situations », a déclaré Mme McClemont Steacy.
  • Ron Yeung (Basketball Canada) a présenté plusieurs pratiques d’entraînement et comportements visant à prévenir les commotions cérébrales au basketball, y compris des techniques appropriées pour défendre, se protéger, bloquer et recevoir une charge.
  • Julie Steggall (Freestyle Canada) a souligné les progrès réalisés en matière d’entraînement, de conception de cours et d’équipement de sécurité comme stratégies clés pour réduire les commotions cérébrales et les blessures en ski acrobatique.
  • Kerry MacDonald (Volleyball Canada) a discuté de la surveillance des blessures, d’un nouveau protocole d’échauffement et d’une évaluation des propriétés du ballon pour prévenir les commotions.

Pour de plus amples détails sur l’atelier, veuillez lire le communiqué de presse de SIRC et jeter un coup d’œil à la galerie de photos :

Photo of Ken Dryden

 « La question qui se pose aujourd’hui est de savoir comment nous pouvons rendre nos sports tout aussi passionnants et amusants, mais en réduisant considérablement le nombre de blessures au cerveau? »

Ken Dryden, membre du Temple de la renommée du hockey, ancien ministre libéral et auteur à succès