Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport
Jeunes pratiquant un sport adapté en fauteuil roulant dans un gymnase

Points saillants

  • Le « qui » est aussi important que le « quoi » lorsque les organisations sportives se penchent sur des données, des analyses et des changements fondés sur des preuves en matière d’équité, de diversité et d’inclusion.
  • En matière de race et d’intersectionnalité, le pouvoir des pratiques de données réside dans leur capacité à aider une organisation à mieux comprendre les réalités et les expériences de ceux qui sont trop souvent neutralisés par la majorité.
  • Les praticiens du sport, les décideurs et les bailleurs de fonds qui n’adoptent pas de stratégies de données intersectionnelles courent un risque accru de voir leurs décisions et leurs actions perpétuer un statu quo qu’ils veulent changer.

« Vous ne pouvez pas gérer ce que vous ne mesurez pas » est un dicton populaire dans les cercles de direction. Cependant, savoir ce qu’il faut mesurer pour orienter le changement est un métier à part entière.

Pour faire progresser l’équité et l’inclusion dans le sport, le « qui » de la mesure est fondamentalement aussi important que le « quoi ». En effet, il est important de comprendre les perspectives, les réalités et les expériences vécues des personnes qui font l’expérience du sport ainsi que de celles qui sont repoussées, laissées sur la touche ou qui choisissent de ne pas participer. Et cette compréhension n’a jamais été aussi importante alors que les organisations sportives d’un bout à l’autre du pays s’efforcent de se réinventer pour devenir des espaces sûrs et inclusifs pour tous.

Cet article s’appuie sur les résultats du projet de recherche Change the Game, mené par la MLSE Foundation en collaboration avec l’Université de Toronto. Le projet vise à clarifier la valeur de l’adoption de pratiques de données concernant la race et d’autres facteurs d’identité pour les organisations qui travaillent à une plus grande équité pour les jeunes dans le sport. En même temps, tout en attirant l’attention sur les risques systémiques et les nombreux risques décisionnels de ne pas le faire.

Sport, société et justice sociale

Un entraîneur et des joueurs de basketball BIPOC en réunion sur la ligne de touche d'un terrain de basketball

MLSE LaunchPad est une installation de sport pour le développement (SD) destinée aux jeunes et située dans l’un des quartiers les plus diversifiés du Canada sur le plan socio-économique et culturel. L’installation est située à quelques pas d’une université qui est en train de changer de nom, car son homonyme était un architecte du système des pensionnats canadiens. À quelques pas de là, dans une autre direction, le nom de la rue d’une grande artère est en cours de révision, car son homonyme a œuvré pour retarder l’abolition de l’esclavage.

Les mouvements de justice sociale reflètent activement les expériences vécues par les communautés et les individus avec les institutions. Une prise de conscience de la justice sociale, attendue depuis longtemps, a été déclenchée dans la société, dans le sport et au-delà. Cette étincelle se produit dans les conséquences cumulées du meurtre de George Floyd, de la découverte de milliers de tombes non marquées d’enfants des pensionnats, et de l’effet cumulatif d’incidents racistes successifs.

Des organisations de tout le Canada ont publié de nombreuses déclarations, mots-clics et engagements en faveur du changement. Ces engagements ont été pris par les sports professionnels, les organisations sportives nationales, les programmes de SD, les municipalités et les possibilités d’activité physique pour les jeunes. Les rôles et les comités d’équité, de diversité et d’inclusion (EDI) sont monnaie courante. « Build Back Better » (mieux reconstruire) est un mantra populaire sur les médias sociaux avec la reconnaissance implicite que le statu quo n’est plus acceptable si le sport doit vraiment être à la hauteur de la promesse et du potentiel du sport en tant que force du bien, et pour tous.

Changer la donne : Pour qui?

S’il s’agit vraiment d’un moment décisif, où il est possible de réinventer le sport de manière équitable, alors la question qui se pose aux prestataires de services sportifs est de savoir comment rendre ce changement opérationnel. Comment démanteler les systèmes d’inégalité et centrer notre secteur sportif sur les personnes qu’il est censé servir? Et surtout, quelles sont les données disponibles pour savoir par où commencer et comment allouer au mieux des ressources de plus en plus limitées? La triste vérité sur la question des sources de données est qu’il n’y en a pas beaucoup. Bien que les données sur le sport soient couramment analysées sous l’angle de l’équité en matière d’âge et de sexe, il existe peu de données démographiques accessibles au public (si tant est qu’il y en ait) qui permettent d’obtenir des informations significatives sur la race, la géographie, le revenu des ménages et d’autres aspects de la marginalisation qui se recoupent.

Ce sont quelques-unes des questions que la MLSE Foundation a explorées lors du lancement de son programme de recherche Change the Game sur l’accès, l’engagement et l’équité dans le sport des jeunes. MLSE Foundation a collaboré à ce programme de recherche avec Simon Darnell, Ph.D., et le Centre for Sport Policy Studies de l’Université de Toronto. Au milieu des slogans et des voix appelant au changement, l’éthique fondamentale qui a guidé l’équipe de recherche de Change the Game était un engagement clair et net à comprendre la réalité de ceux pour qui nous voulons changer le jeu et ce à quoi ressemble un succès pratique et concret pour eux.

Appelé officieusement en coulisses « recensement du sport chez les jeunes », près de 7 000 jeunes, ainsi que leurs parents et tuteurs, ont répondu à l’appel dans tout l’Ontario, constituant ainsi un échantillon représentatif et diversifié pour le programme de recherche. L’échantillon était représentatif de la race, du sexe, du niveau de revenu du ménage, des capacités, de la géographie, du statut d’immigrant et d’autres variables démographiques. Il s’agit de la plus grande enquête démographique sur l’accès et l’engagement des jeunes dans le sport à ce jour au Canada. L’enquête a examiné les obstacles à la participation et les idées pour construire un système sportif meilleur et plus équitable pour la diversité des jeunes de l’Ontario, dans les mots des jeunes. Un portail de données ouvertes, accessible au public, contient un rapport sommaire, un tableau de bord interactif des résultats et un ensemble de données anonymes. Les parties prenantes qui souhaitent exploiter les données peuvent télécharger l’ensemble de données pour leur propre apprentissage, leur planification, leurs décisions de financement et l’élaboration de politiques.

Le reste de cet article ne vise pas à répéter les conclusions générales. Au contraire, cet article montre l’intérêt d’adopter des pratiques de données concernant la race et d’autres facteurs démographiques, dans le but de faire progresser les objectifs d’équité et d’inclusion des jeunes dans le sport. En expliquant comment les données fondées sur la race et l’identité peuvent contribuer à une action significative en faveur d’un avenir plus équitable, nous rendons hommage aux grands analystes du basketball. Pour ce faire, nous allons nous plonger dans deux questions spécifiques de l’étude originale de Change the Game et les enseignements que nous pouvons en tirer.

Comprendre les angles morts

Une série d’énoncés au « je » a formé un questionnaire de style Likert à 4 points sur les expériences des jeunes en matière de racisme et de discrimination dans le sport. Le questionnaire était aligné sur le modèle de mesure MISSION de MLSE LaunchPad pour la collecte de données sur les jeunes. Les personnes interrogées devaient indiquer si elles étaient tout à fait en désaccord, en désaccord, d’accord ou tout à fait d’accord avec chaque affirmation.

Par exemple, une des déclarations se lit comme suit : J’ai été victime de racisme dans le sport. Dans l’ensemble, 10 % des jeunes de l’étude étaient d’accord ou tout à fait d’accord pour dire qu’ils avaient été directement victimes de racisme dans le sport. Bien que cela puisse être significatif dans le cadre d’un dialogue sur l’équité, est-ce que 10 % dans une enquête est suffisant pour qu’une organisation sportive, un bailleur de fonds ou un décideur politique change de cap de manière significative dans sa prise de décisions ou son plan stratégique? Difficile à dire.

Considérons maintenant la même déclaration du point de vue de segments spécifiques de jeunes dans l’étude.

Figure 1 : Déclaration de l'enquête, "J'ai été victime de racisme dans le sport". 10 % de l'ensemble des jeunes (échantillon complet de répondants) sont d'accord ou tout à fait d'accord. 28 % des jeunes autochtones interrogés étaient d'accord ou tout à fait d'accord. 33 % des jeunes Noirs interrogés sont d'accord ou tout à fait d'accord. 22% de l'ensemble des jeunes BIPOC interrogés sont d'accord ou tout à fait d'accord
Figure 1 : Énoncé de l’enquête, « J’ai été victime de racisme dans le sport. »

Comment votre interprétation des données change-t-elle avec cette nouvelle perspective? Si une organisation sportive est réellement intéressée par la lutte contre le racisme anti-Noir ou par l’établissement de bonnes relations avec les communautés autochtones, cette nouvelle histoire permet-elle de faire comprendre qu’il est plus urgent d’agir?

C’est là le pouvoir des données démographiques : permettre de regarder en profondeur pour mieux comprendre les histoires et les points de vue essentiels qui risquent autrement d’être neutralisés par la majorité.

Considérons maintenant un autre exemple.

L’erreur des moyennes

Dans un contexte où « Mieux reconstruire » devient un slogan ou un mot-clic de plus en plus populaire, on a demandé aux jeunes de faire la lumière en termes pratiques sur ce à quoi cela pourrait ressembler dans leur réalité. Au total, 9 domaines thématiques (ou facteurs) ont reçu plus de 10 % de soutien parmi l’ensemble des jeunes, comme suit :

Figure 2 : Facteurs "Build Back Better" pour les jeunes dans les sports 40 à 60 % de l'ensemble des jeunes répondants ont soutenu que les facteurs suivants permettraient de « mieux reconstruire » dans leur réalité : •	Des équipements plus abordables •	Des entraîneurs qui m'aident à m'améliorer •	Des possibilités de sport plus abordables 20 % à <40 % de l'ensemble des jeunes interrogés sont favorables à : •	Plus de possibilités de s'améliorer dans un sport •	Davantage de possibilités de sport adapté •	Un accès à une plus grande variété de sports •	Des coéquipiers qui acceptent qui je suis Moins de 20 % de l'ensemble des jeunes interrogés étaient favorables à : •	Des entraîneurs qui me ressemblent •	Des organisations qui respectent ma culture
Figure 2 : Facteurs de « mieux reconstruire » pour les jeunes dans les sports.

Pour être clair, chacun de ces 9 facteurs est un domaine d’investissement important et judicieux pour améliorer l’accessibilité et les expériences sportives, y compris les 3 facteurs qui ont obtenu les meilleurs résultats. 

Cependant, l’équité n’est pas un concept de premier arrivé, premier servi. À bien des égards, c’est le contraire qui est vrai. Pour faire réellement progresser l’équité raciale pour les jeunes dans le sport de manière authentique, il faut aligner ses pratiques en matière de données en conséquence. Cela peut aider en permettant une prise de conscience plus profonde des problèmes et des perspectives des groupes d’intérêt dont la taille relative n’est peut-être pas assez importante pour faire bouger les moyennes générales.

En gardant cela à l’esprit, examinons deux de ces facteurs plus en détail. Les facteurs « entraîneurs qui me ressemblent » et « organisations qui respectent ma culture » ont chacun été qualifiés d’importants par moins de 20 % des jeunes de l’échantillon global. L’application de filtres ou de lentilles de données fondées sur la race et l’identité autochtone donne-t-elle lieu à des résultats intéressants?  

Il s’avère que oui.

Le fait d’avoir des « entraîneurs qui me ressemblent » a été identifié par environ 10 % des jeunes dans l’ensemble, soit le plus faible des neuf facteurs. Cependant, en y regardant de plus près, on constate que cet élément a une importance démesurée pour certains groupes démographiques de l’échantillon, notamment les jeunes d’origine sud-asiatique (plus de 20 %) et les jeunes noirs (plus de 30 %). Lorsque vous réfléchissez à cette liste de 9 facteurs de « mieux reconstruire », comment ces détails supplémentaires influencent-ils votre propre prise de décisions ou votre point de vue sur les problèmes les plus critiques à traiter en priorité?

Il est également intéressant, pour une raison différente, d’examiner qui a choisi « organisations qui respectent ma culture » dans l’optique de la race et de l’identité autochtone.

Figure 3 : « Mieux reconstruire » signifie que les organisations respectent ma culture.
Figure 3 : « Mieux reconstruire » signifie que les organisations respectent ma culture.

Le modèle de distribution est évident, surtout lorsqu’on le compare au tableau « Mieux reconstruire » de la figure 3. Plus d’un jeune sur cinq des huit catégories uniques de personnes appartenant à la communauté de langue française dans cette enquête a demandé le respect de sa culture, même si cette proportion est beaucoup plus faible dans l’échantillon global de jeunes.

Risques liés à la prise de décisions

Aucun de ces exemples ne discrédite l’importance de l’un des autres facteurs de « mieux reconstruire » cités ci-dessus. Ce sont tous des éléments vitaux d’un avenir sain pour le sport des jeunes et ils nécessitent l’attention des fournisseurs, des décideurs et des bailleurs de fonds. Ces exemples sont fournis pour renforcer la valeur de l’inclusion intentionnelle des données démographiques dans les plans de collecte de données d’une organisation. Ces données démographiques peuvent mettre en lumière de manière plus significative la façon dont les différentes expériences et idées peuvent apparaître pour différents segments de la population. Si, au lieu de la race, la variable d’intérêt avait été le sexe, le revenu du ménage, la capacité ou d’autres facteurs intersectionnels d’identité, les résultats affichés auraient pu raconter une histoire différente. L’objectif principal ou la proposition de valeur est que la stratégie d’EDI et le processus décisionnel d’une organisation soient orientés par les personnes qu’elle entend servir.

Appliquer la collecte de données démographiques dans votre organisation

Avant de pouvoir améliorer les plans de mesure et d’évaluation d’une organisation, vous devez posséder certaines compétences de base en matière de gestion des données, y compris la confidentialité, l’éthique et l’analyse. Ces compétences peuvent vous aider à appliquer certaines des méthodes et tactiques pour intégrer des optiques démographiques intersectionnelles aux plans de votre organisation. Voici des conseils qu’une organisation peut prendre en compte pour commencer. Ils reposent sur quatre piliers : transparence, confiance, essai et discussion.

  1. Transparence

Si vous recueillez des informations démographiques auprès du personnel, des entraîneurs, des athlètes, des familles ou d’autres parties prenantes essentielles au succès de votre organisation, il est essentiel d’être ouvert et honnête avec eux. Par exemple, partagez ouvertement les raisons pour lesquelles vous recueillez des informations basées sur l’identité, comment vous traiterez ces informations, qui les verra et ce que vous ferez avec les renseignements que vous obtiendrez. Le fait d’impliquer vos principales parties prenantes de cette manière peut vous aider à faire preuve de respect, à obtenir un consentement significatif et éclairé pour le partage des données et à encourager un partenariat actif dans le cadre d’un voyage partagé pour façonner un avenir plus équitable.

  1. Confiance

Male High School Basketball Team Having Team Talk With Coach

La confiance fait souvent toute la différence entre des informations complètes et incomplètes sur une page d’enquête ou de profil. Le fait qu’une personne interrogée entretienne une relation de confiance avec l’organisation sportive ou son personnel déterminera souvent si elle remplit tous les champs de son formulaire d’inscription ou de profil. Sans cette confiance, il se peut qu’il ne remplisse que les champs obligatoires. C’est la même différence qu’entre répondre de manière exhaustive à une question à choix multiple dans une enquête et sélectionner simplement l’option « Je préfère ne pas répondre ». Les répondants individuels (contributeurs de données) doivent croire que l’organisation les soutient et qu’elle utilisera leurs données pour apporter des améliorations significatives. Parfois, cela peut prendre du temps, et il faut être patient.

Par exemple, à l’installation de SD MLSE LaunchPad, c’est une tendance observée lorsque les nouveaux membres s’inscrivent pour la première fois. Les jeunes, les parents et les tuteurs remplissent souvent les informations minimales requises pour commencer à participer aux programmes. Ensuite, ce qu’ils sont prêts à partager, et dans quelle mesure, évolue avec le temps. Leurs pratiques de rétroaction et de partage se développent après avoir établi une relation de confiance avec le personnel et l’organisation. Lorsque les nouveaux membres ont compris comment les données contribuent à la compréhension et à l’amélioration, cela contribue également à un meilleur partage.

  1. Essayez-le

Pour faire écho à Courtney Szto, Ph.D., de l’Université Queen’s lors de l’Incubateur antiracisme au hockey 2021 : Faites quelque chose! Trop d’idées de changement sont laissées sur la touche. Essayer de bien faire l’emporte généralement sur l’inaction, même si un concept est imprécis ou pas entièrement formé. Même s’il s’agit d’un petit pas en avant, tentez votre chance. Si vous n’obtenez pas le résultat escompté, tirez-en les leçons, regroupez vos efforts, modifiez votre approche et réessayez. Les progrès peuvent prendre des chemins inhabituels, mais il est extrêmement utile de montrer aux parties prenantes que vous essayez activement de faire la différence.

  1. Parlez-en

Les pratiques en matière de données ne sont pas naturelles pour tout le monde. Si vous envisagez une nouvelle idée, une nouvelle orientation ou une nouvelle pratique, nous vous encourageons à vous adresser à quelqu’un du domaine pour vous aider à évaluer votre approche de manière critique. Si vous êtes une organisation sportive ou de développement durable et que vous souhaitez avoir une idée de ce à quoi pourrait ressembler une approche intersectionnelle de la collecte de données démographiques dans votre environnement, contactez un membre de l’équipe de recherche et d’évaluation de MLSE LaunchPad.

En conclusion, si les fournisseurs de services sportifs, les bailleurs de fonds et les décideurs politiques veulent donner la priorité à une action significative en faveur de l’équité, leur boîte à outils pour façonner l’avenir du sport devrait inclure l’adoption de pratiques de collecte de données intersectionnelles, y compris la race et d’autres facteurs démographiques liés à l’équité. Cependant, n’oubliez pas qu’il y a un risque potentiel si les dirigeants sportifs se fient à des données présentant des moyennes et des classements de premier ordre sans approche intersectionnelle. Les données qui informent leurs décisions comportent un risque accru d’être influencées par la majorité et augmentent la probabilité d’actions qui perpétuent les systèmes mêmes qu’ils sont censés chercher à remodeler.

Ressources recommandées

Centre d’études sur la politique du sport, Université de Toronto

Laboratoire de recherche sur l’indigénat, la diaspora, l’équité et l’antiracisme dans le sport (IDEAS)

Les principes de propriété, de contrôle, d’accès et de possession des Premières Nations – plus connus sous le nom de PCAP

Boîte à outils « Nous comptons tous »

À propos de MLSE LaunchPad

MLSE LaunchPad est une installation de 42 000 pieds carrés de sport pour le développement au centre-ville de Toronto, construite et soutenue par la MLSE Foundation pour favoriser des résultats positifs en matière de développement pour les jeunes âgés de 6 à 29 ans qui sont confrontés à des obstacles.


A propos de(s) l'auteur(s)

Bryan Heal est le directeur de la recherche et de l’évaluation de MLSE LaunchPad et dirige le programme de recherche Change the Game de la MLSE Foundation. Il est titulaire d’un baccalauréat en sciences de l’Université McMaster et de certifications professionnelles en santé publique et en recherche communautaire. Le portefeuille de M. Heal comprend des évaluations de programmes et des recherches sur la population axées sur les résultats positifs du développement des jeunes, ainsi que des collaborations avec des organisations partenaires de toutes tailles. Ces collaborations sont principalement axées sur les initiatives de renforcement des capacités, y compris la stratégie et la mise en œuvre des données et de l’évaluation, l’application des connaissances et l’amélioration continue de la qualité. En dehors du travail, M. Heal est l’ancien président du conseil d’administration de l’association communautaire ACSA Toronto et siège actuellement au comité de qualité de Strides Toronto.

Marika Warner est la directrice de la recherche et de l’évaluation de MLSE LaunchPad. Elle est titulaire d’un baccalauréat en sciences en physiothérapie de l’Université d’Alberta et d’une maîtrise en sciences de l’Université de Toronto. Le vaste portefeuille de Mme Warner comprend l’évaluation de programmes, la recherche longitudinale et les partenariats universitaires axés sur le développement positif des jeunes et la responsabilité sociale des entreprises dans le sport professionnel. Avant d’occuper son poste actuel, Mme Warner a travaillé comme physiothérapeute et chercheuse clinique au Toronto Rehab, au Bloorview Research Institute et au Regent Park Community Health Centre. Elle est également une danseuse professionnelle à la retraite et une mère.

Jackie Robinson est la coordinatrice de la recherche et de l’évaluation à MLSE LaunchPad. Elle est titulaire d’une maîtrise en psychologie de l’Université Trent, d’un baccalauréat en sciences de l’Université McMaster et d’un baccalauréat en sciences de l’Université Wilfrid Laurier. Mme Robinson utilise ce bagage universitaire diversifié pour créer des méthodes d’évaluation de programmes novatrices qui donnent la priorité aux voix des jeunes et des jeunes. Son portefeuille comprend un large éventail d’évaluations de programmes ainsi que des recherches transversales et longitudinales sur de nombreux aspects du développement positif des jeunes, en mettant l’accent sur la mise en pratique de la recherche par la mobilisation des connaissances et la participation des entraîneurs, des jeunes et des jeunes à toutes les étapes de l’évaluation. En dehors du terrain et de l’ordinateur, Mme Robinson est une lectrice avide de tout ce qui touche à la science et une maman de chien.

Références

MLSE Foundation. (Juillet 2021). Change the Game Research : Une étude axée sur l’accès, l’engagement et les facteurs d’équité du sport chez les jeunes dans le sillage de la pandémie.


Les informations présentées dans les blogues du SIRC et les articles du SIRCuit sont exacts et vérifiées à la date de publication. Les développements qui surviennent après la date de publication peuvent avoir un impact sur l'exactitude actuelle de l'information présentée dans un blogue ou un article publié précédemment.