The Sport Information Resource Centre
Use double quotes to find documents that include the exact phrase: "aerodynamic AND testing"
The Sport Information Resource Centre

LILLEHAMMER, Nor.—Antoine Cyr and Katherine Stewart-Jones each threw down one of the best races of their World Cup cross-country skiing careers, striding into the top-15 against a deep international field in Lillehammer, Norway.

Cyr (Gatineau, Que.) finished just five seconds off the leading pace in 12th of the men’s 20-kilometre classic-ski mass start race. Stewart-Jones (Chelsea, Que.) was 10 seconds off the winning women’s mark while smashing her career-best result after crossing the finish line in 13th.

The youngest member of the Nordic squad, Olivier Léveillé of Sherbrooke, Que., was also 10 seconds back of the men’s race winner in 27th.

‘This feels awesome,” said Cyr, who was sick last week, forcing him to miss the season opener. “I needed this one bad. My morale was so down last week. I wasn’t sure where my shape was so this one is for all of the support staff. It shows I’m still in the game.”

It sure does.

The 24-year-old skied with calmness and poise while tactically working his way in a large pack that stuck together for each of the six loops on the Norwegian trail, posting a time of 48:19.6.

“It was such a chaotic race. You had to fight for every position in the pack,” added Cyr, who credited the advice of four-time Olympian, Devon Kershaw, for inspiring the strong performance.

Now living in Norway, Kershaw played a support role to the Canadians on Sunday.

“He just told me when you are skiing in a large group to look at the guys around and see if you’re skiing the smoothest and calmest, that is where you will get some confidence. It gave me a lot of power and juice that I needed.”

Competing in just his third year on the World Cup, Cyr went stride-for-stride with the greatest names in the sport on a course that is challenging to drop skiers. Cyr put the hammer down in the long finishing stretch to grab precious spots in the pack and secure his second-best result ever.

“This is a big result. I skied very well,” he added. “There was a downhill about two kilometres out, and then a long, gradual uphill about one kilometre to go in the stadium. If you weren’t completely out of gas you could take a step back and see the pack open. I saw an opening, went as hard as I could and moved up a few spots.”

Cyr is part of a new generation Canadian skiers loaded with potential and belief they can compete for the World Cup podium. He teamed up with Graham Ritchie at the 2022 Olympics where the Canadian duo put down an impressive fifth-place finish in the team sprint event.

Another Olympic teammate, Olivier Léveillé, also showcased his talent on Sunday. The 21-year-old was also in the large pack of the top skiers on the planet jostling for position in the chaotic dash for the finish.

The young Quebecer was the fifth fastest athlete under 23 years old, clocking-in at 48:24.4 for 27th – just 9.9 seconds from the gold medal time.

The Norwegians swept the podium while finishing eight in the top-10.

Paal Golberg ended up on top at 48:14.5 when the dust settled at the finish corral. Sjur Roethe was second at 48;15.4, while Martini Nyenget snagged the bronze medal at 48:15.6.

The Canadian squad is feeding off each other’s success early in the new Olympic quadrennial.

Katherine Stewart-Jones also had the race of her life, rocketing to a 13th place finish of 54:02.1 in the women’s 20-kilometre mass start.

“It was great to see the standout results from the whole team today,” said the 2022 Olympian. “Toni (Antoine) had an insane race. The staff always work so hard to give us fast skis every day, and you see the excitement in the whole team when you do well, everyone just wants to work that much harder.”

Feeding off one of her most consistent starts to the World Cup season and the energy in the program, Stewart-Jones exercised her race tactics to near perfection, finishing just 10 seconds shy of the top time on the day.

“It feels pretty awesome, and it was a really fun race,” added Stewart-Jones. “It was tight from start to finish in super-fast conditions so there was lots of yo-yoing happening.

“I knew from the start tactics would be important. I knew that I had to pass in a smart way and not waste energy, so I held into the pack and waited for someone to go and made my move then.”

Stewart-Jones kicked it into top gear from the midway point of the race until the end, breaking away from the field with a large group of 20, dropping one athlete at a time through to the finish.

“It is so hard to get away on this type of course. I knew I had fast skis which allowed me to relax on the downhills. We went pretty much full out from the third lap on. I’m proud of how I skied,” added Stewart-Jones who has always been strong in mass start races. “I’m confident in my fitness and know that if I can make smart moves then I can have a good result.”

Sweden’s Frida Karlsson won the surge for the gold medal with a time of 53:51.9, edging out Norway’s Tiril Weng who placed 53:52.5. Ebba Andersson, of Sweden, was third at 52:53.1.

Canada’s Olivia Bouffard-Nesbitt (Morin Heights, Que.) was 43rd at 57:58.7. Dahria Beatty (Whitehorse) did not finish.

Stewart-Jones and her Canadian comrades will look to build off the breakthrough performances next weekend when the World Cup travels to Beitostolen, Norway.

“It’s been really good to be super consistent. I am confident that I have really good shape, and (this result) gives me the confidence I can trust my body,” said Stewart-Jones. “It’s been so fun on the World Cup this year. We have an awesome crew. The team dynamics are really good, and it is so fun.”

Complete Results:

Nordiq Canada is the governing body of para nordic and cross-country skiing in Canada, which is the nation’s optimal sport and recreational activity with more than one million Canadians participating annually. Its 60,000 members include athletes, coaches, officials and skiers of all ages and abilities. With the support of its valued corporate partners – Swix, Lanctôt Sports and Pembroke – along with the Government of Canada, Canadian Olympic Committee, Canadian Paralympic Committee, Own the Podium, Nordiq Canada develops Olympic, Paralympic and world champions. For more information on Nordiq Canada, please visit us at https://nordiqcanada.ca.

*****

FOR FURTHER INFORMATION:

Chris Dornan

Media and Public Relations

Nordiq Canada

T: 403-620-8731

LILLEHAMMER, Nor.—Antoine Cyr et Katherine Stewart-Jones ont chacun réalisé l’une des meilleures courses de leur carrière en coupe du monde de ski de fond avec des résultats dans le top 15 contre un peloton international bien garni à Lillehammer, en Norvège.

Cyr (Gatineau, QC) a terminé à 5 secondes seulement du gagnant en 12e place du 20 km classique masculin à départ groupé. Stewart-Jones (Chelsea, QC) était à 10 secondes de la gagnante et a obtenu le meilleur résultat de sa carrière avec une 13e place.

Le plus jeune membre de l’équipe, Olivier Léveillé, de Sherbrooke, QC, était également à 10 secondes seulement du gagnant chez les hommes en 27e place.

« C’était génial, » commente Cyr, qui a manqué la première course de la saison la semaine dernière, car il était malade. « J’avais vraiment besoin de ça. Mon moral était vraiment bas la semaine dernière. Je n’étais pas certain d’être en forme, alors je dédie cette victoire au personnel de soutien. Ça montre que je suis encore dans le coup. »

Sans aucun doute.

L’athlète de 24 ans a skié avec calme et assurance tout en utilisant une bonne tactique pour remonter le large peloton qui est resté ensemble pendant les six boucles de la piste norvégienne pour réaliser un temps de 48:19,6.

« La course était vraiment chaotique. Il fallait se battre pour chacune des places dans le peloton, » ajoute Cyr, qui dit que les conseils du quadruple olympien Devon Kershaw ont inspiré sa performance.

Kershaw, qui habite maintenant en Norvège, a joué un rôle de soutien auprès des Canadiens dimanche.

« Il m’a dit que lorsqu’on ski dans un grand groupe, il faut regarder les gars autour de soi et voir si on a le style le plus aisé et le plus calme, ça permet d’avoir confiance. Ça m’a donné la puissance et l’énergie dont j’avais besoin. »

À sa troisième année seulement en coupe du monde, Cyr était au coude à coude avec certains des plus grands noms du sport sur un parcours qui représente un défi pour les skieurs. Cyr a tout donné dans le long sprint final pour remonter de quelques places dans le peloton et obtenir son deuxième meilleur résultat à vie.

« C’est un résultat important. J’ai vraiment bien skié, » dit-il. « Il y avait une descente environ deux kilomètres avant la fin, puis une longue montée graduelle à environ un kilomètre du stade. Ceux qui n’étaient pas complètement à plat pouvaient prendre un peu de recul et voir les ouvertures dans le peloton. J’ai vu une ouverture, j’ai tout donné et j’ai gagné quelques places. »

Cyr fait partie d’une nouvelle génération de skieurs canadiens pleins de potentiel et qui croient en leurs chances se battre pour un podium en coupe du monde. Il a fait équipe avec Graham Ritchie aux Jeux olympiques de 2022, lors desquels le duo canadien a atteint une impressionnante cinquième place à l’épreuve de sprint par équipe.

Un autre coéquipier olympien, Olivier Léveillé, a également démontré son talent dimanche. L’athlète de 21 ans faisait également partie du grand peloton des meilleurs skieurs au monde qui se battaient pour des places dans le sprint chaotique vers la ligne d’arrivée.

Le jeune québécois a obtenu le cinquième meilleur temps chez les athlètes de moins de 23 ans en 48:24,4, bon pour la 27e place, à 9,9 secondes du temps de médaille d’or.

Les Norvégiens ont pris d’assaut le podium et obtenu huit des dix meilleurs résultats.

Paal Goldberg a terminé en tête en 48:14,5 lorsque la poussière est retombée à l’arrivée. Sjur Roethe était deuxième en 48:15,4 et Martini Nyenget a remporté le bronze en 48:15,6.

L’équipe canadienne se motive par les succès des uns et des autres en ce début de nouveau cycle olympique.

Katherine Stewart-Jones a également connu la course de sa vie avec une 13e place en 54:02,1 au 20 km féminin à départ groupé.

« C’était génial de voir les excellents résultats de toute l’équipe aujourd’hui, » commente l’olympienne de 2022. « Toni (Antoine) a eu une course incroyable. Le personnel travaille tellement fort pour nous préparer des skis rapides tous les jours et on voit l’excitation de toute l’équipe lorsqu’on performe bien, ça nous donne la motivation de vouloir faire un peu mieux. »

Profitant de l’un de ses meilleurs débuts de saison de coupe du monde et de l’énergie dans le programme, Stewart-Jones a exécuté ses tactiques de course presque à la perfection pour terminer à 10 secondes seulement du meilleur temps de la journée.

« C’est vraiment génial et la course était vraiment amusante, » ajoute Stewart-Jones. « C’était serré du début à la fin et les conditions étaient vraiment rapides, alors on a vu beaucoup de changements pendant la course. »

« Je savais dès le début que la tactique serait importante. Je savais que je devais dépasser de façon intelligente et ne pas gaspiller mon énergie, alors je suis restée dans le peloton et j’ai attendu que quelqu’un tente sa chance pour y aller aussi. »

Stewart-Jones a mis les bouchées doubles dès la moitié de la course et jusqu’à la fin, se séparant du peloton avec un groupe de 20 skieuses qui a perdu des athlètes une par une jusqu’à la fin.

« C’était tellement difficile de prendre de l’avance sur ce genre de parcours. Je savais que j’avais des bons skis, ce qui m’a permis de relaxer dans les descentes. Le groupe a tout donné à partir de la troisième boucle. Je suis fière de la façon dont j’ai skié, » dit Stewart-Jones, qui a toujours obtenu de bons résultats dans les épreuves à départ groupé. « J’ai confiance en mon niveau de forme physique et je sais que si je prends des bonnes décisions, je peux obtenir de bons résultats. »

La Suédoise Frida Karlsson a remporté la médaille d’or en 53:51,9, dépassant de peu la Norvégienne Tiril Weng, qui a réalisé un temps de 53:52,5. Ebba Andersoon, de la Suède, a terminé troisième en 52:53,1.

La Canadienne Olivia Bouffard-Nesbitt (Morin Heights, Qc) a terminé 43e en 57:58.7. Dahria Beatty (Whitehorse) n’a pas terminé la course.

Stewart-Jones et ses coéquipiers vont tenter de profiter de leur élan la fin de semaine prochaine pour la suite de la coupe du monde à Beitostolen, en Norvège.

« C’était vraiment bien d’obtenir des résultats aussi réguliers. Je sais que je suis en forme et ce résultat me prouve que je peux faire confiance à mon corps, » dit Stewart-Jones. « La coupe du monde est tellement plaisante cette année. Nous avons une équipe incroyable. La dynamique de l’équipe est super et nous avons beaucoup de plaisir. »

Résultats complets

Nordiq Canada est l’organisme directeur du ski de fond et du ski paranordique au Canada, le sport d’hiver et loisir par excellence au pays pratiqué annuellement par plus d’un million de Canadiens. Ses 60 000 membres regroupent des athlètes, des entraîneurs, des officiels et des skieurs de tous âges et de tous niveaux. Avec le soutien de ses partenaires d’entreprise (Swix, Lanctôt Sports et Pembroke) ainsi que du gouvernement du Canada, du Comité olympique canadien, du Comité paralympique canadien et À nous le podium, Nordiq Canada forme des champions olympiques, paralympiques et mondiaux. Pour plus d’informations sur Nordiq Canada, veuillez nous visiter au https://nordiqcanada.ca.

*****

POUR PLUS D’INFORMATION :

Chris Dornan

Média et relations publiques

Nordiq Canada

T : 403-620-8731