Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport
Highlights from the CPC's Paralympian Search at the Canadian Sport Institute Calgary high performance training facilities in Calgary, AB, on November 24, 2018.

Afin de soutenir l’identification et le développement de futurs athlètes olympiques et paralympiques, deux programmes canadiens ont été mis en place pour alimenter le bassin de futurs espoirs canadiens. Le Camp des recrues RBC et Paralympiens recherchés du Comité paralympique canadien (CPC) sont des programmes d’identification d’athlètes conçus pour évaluer les aptitudes des participants dans divers sports et pour mettre les athlètes en contact avec des possibilités de sport et des voies de développement pour soutenir leurs rêves de monter sur le podium. Le SIRC a rencontré Kurt Innes, directeur des solutions de performance de l’Institut canadien du sport Pacifique et responsable technique du Camp des recrues RBC, et Jenny Davey, gestionnaire des parcours paralympiques du CPC, pour en savoir plus sur ces programmes, examiner le rôle de la recherche dans leur développement initial et continu, et discuter des répercussions inévitables de la COVID-19.

SIRC : Kurt, ’vous avez participé aux origines du Camp des recrues RBC et de Paralympiens recherchés. Contez-nous comment tout cela a commencé.

Kurt Innes : Les programmes d’identification de talents du Comité olympique canadien (COC) et du CPC sont basés sur des recherches (p. ex. Abbott et Collins, 2004; Lum et coll., 2020; Sayers et coll., 1999; Vaeyens et coll., 2008) et sont des améliorations de programmes canadiens antérieurs tels que SportFit, le travail d’À nous le podium d’avant 2010 dans des sports comme le patinage de vitesse, et PODIUM SEARCH™ de l’Institut canadien du sport Pacifique. PODIUM SEARCH a été conçu comme un programme normalisé d’identification d’athlètes et de tests d’aptitudes basé en Colombie-Britannique pour les athlètes valides et les para-athlètes. Le programme a soutenu les programmes d’identification d’athlètes des organisations sportives nationales et provinciales/territoriales en Colombie-Britannique par l’entremise d’un modèle de collaboration et de prestation efficace, aidant ainsi les athlètes à identifier les capacités physiques transférables dans plusieurs sports. Une approche régionale a permis un accès plus large et plus efficace aux tests et à la surveillance à un coût faible ou nul pour les athlètes dans leurs communautés d’origine. Cela a aussi réduit la nécessité pour les organisations sportives d’organiser et de doter en personnel des sessions d’identification et de recrutement de talents par elles-mêmes, ce qui a permis d’économiser des frais administratifs et logistiques. En 2016, le programme a été élargi et transformé en deux programmes nationaux distincts au sein du Réseau des instituts du sport olympique et paralympique du Canada (RISOP) – l’un axé sur le sport olympique sous la direction du COC avec le commanditaire d’entreprise RBC, et l’autre sur le para-sport, dirigé par le CPC.

SIRC : Les deux programmes sont dispensés sous forme d’événements d’une journée, organisés dans des communautés à travers le pays. Dites-nous qui peut y participer et ce qu’ils peuvent attendre du programme.

Kurt : Le Camp des recrues RBC est ouvert aux athlètes âgés de 14 à 25 ans de tous les milieux sportifs. L’âge de 14 ans a été choisi comme point d’entrée pour refléter l’âge moyen (garçons et filles) auquel les adolescents ont terminé leur poussée de croissance (vitesse de pointe des adolescents) et où la plupart de leur croissance physique s’est stabilisée. Lors de l’événement, les athlètes participent à une série de tests de base sur le terrain mesurant l’anthropométrie (taille, poids, étendue des bras), la puissance (saut vertical), la force (traction isométrique à mi-cuisse), la vitesse (sprint de 10 m et 30 m), et l’endurance (test physique Léger-Boucher de 20 mètres). Ces tests sur le terrain ont été sélectionnés sur la base de leur validité et fiabilité (p. ex. Brady et coll., 2018) pour tester certains des facteurs de performance clés qui sont reconnus comme menant au succès de nos neuf organisations nationales de sport partenaires actuelles pour 2020-2021, soit Boxe Canada, Canoë-Kayak Canada, Cyclisme Canada, Freestyle Canada, Aviron Canada, Rugby Canada, Patinage de vitesse Canada, Saut à ski Canada, et Ski combiné nordique Canada. Les résultats des tests des athlètes sont comparés à des points de référence et utilisés ensuite par nos partenaires pour identifier les compétences physiques qui peuvent se traduire par un fort potentiel dans leur sport respectif. Les meilleurs athlètes peuvent être invités à participer à des tests spécifiques à leur sport et ayant une plus grande validité écologique (par exemple, par des expériences « sur la neige » ou « sur l’eau ») organisés par nos partenaires. Les 100 meilleurs athlètes sont ensuite invités à participer à une finale nationale. Lors de la finale nationale, nous incluons une série d’exercices plus avancés qui offrent des défis physiques supplémentaires et qui sont plus étroitement alignés sur les protocoles de test spécifiques aux sports des équipes nationales des organisations nationales de sport.

Jenny Davey : Le programme Paralympiens recherchés s’adresse aux athlètes âgés de 14 ans et plus et convient généralement mieux aux participants ayant un handicap physique ou visuel. Les athlètes présentant une déficience intellectuelle sont également les bienvenus. Cependant, comme seuls trois sports paralympiques sont admissibles à la classification des athlètes présentant des déficiences intellectuelles, nous soutenons généralement ces athlètes lors des événements du programme Paralympiens recherchés en les mettant en contact avec d’autres partenaires sportifs qui peuvent les aider à s’engager sur la bonne voie.

Highlights from the CPC's Paralympian Search at the Canadian Sport Institute Calgary high performance training facilities in Calgary, AB, on November 24, 2018.

Au départ, Paralympiens recherchés était très similaire au Camp des recrues, avec un certain nombre de tests génériques sur le terrain. Cependant, ces tests se sont avérés trop linéaires, et les entraîneurs des équipes nationales ont trouvé les séances d’échauffement trop instructives; ils préféraient voir des mouvements plus dynamiques qui reflètent mieux la place des athlètes dans les classifications de chaque sport. C’est pourquoi nous avons adopté une approche plus axée sur le savoir-faire physique, avec des défis ressemblant à des courses d’obstacles, grâce auxquels les athlètes peuvent démontrer leur puissance, leur agilité, leur coordination, leur vitesse et leur endurance dans un environnement plus « réel », et nous invitons également les entraîneurs à apporter du matériel pour organiser des démonstrations sportives.

Un élément important du programme Paralympiens recherchés est la participation des ambassadeurs des athlètes. Ces athlètes de l’équipe nationale veillent à ce que les para-athlètes soient au centre de ces événements, car en général le personnel et les bénévoles qui organisent l’événement n’ont pas de handicap. Les ambassadeurs jouent un rôle clé en établissant un lien informel avec les participants pendant la journée, et font également une présentation en parlant de leur expérience paralympique, en partageant divers aspects de leur histoire et en parlant des avantages du sport au-delà du terrain de jeu, comme la création de liens d’amitié solides ou le développement d’importantes compétences de vie. L’implication des ambassadeurs est toujours un point fort de nos événements et peut réellement changer le niveau d’engagement d’un athlète dans le système para-sportif.

Kurt : Le Camp des recrues RBC fait également participer les athlètes olympiques de RBC à des événements, ce qui constitue un outil important et puissant pour inspirer la prochaine génération d’athlètes canadiens. Je suis d’accord, la valeur de rencontrer un athlète olympique ou paralympique face à face quand on est un athlète en développement ne peut être surestimée, quels que soient les objectifs ou le potentiel.

SIRC : Les programmes d’identification de talents ont été critiqués dans le passé (p. ex. voir Enjeux relatifs au dépistage et à la sélection des athlètes : Sommes-nous en train de compromettre le talent?). En quoi le Camp des recrues RBC et le programme Paralympiens recherchés sont-ils différents?

Kurt : Très bonne question. Il est important de noter la différence entre un don physique et le talent. Au sein du Camp des recrues RBC, nous travaillons à identifier les personnes surdouées sur le plan physique, c’est-à-dire celles qui ont les capacités physiques sous-jacentes pour réussir dans une activité sportive. Les organisations nationales de sport et leur personnel/entraîneurs spécialisés dans le sport travaillent à convertir ces dons en talents spécifiques au sport en développant l’amour du sport, le sens technique et la conscience tactique pour transposer leurs dons physiques dans le sport. Le Camp des recrues RBC et Paralympiens recherchés ne sont pas censés être la solution unique aux défis de l’identification et développement d’athlètes au Canada, mais ils offrent des options, par l’entremise de plateformes convaincantes et engageantes, pour relier les athlètes au système sportif et aux possibilités d’entraînement olympique et paralympique.

Pour moi, une stratégie pour améliorer l’efficacité de ’l’identification d’athlètes consiste à les maintenir le plus longtemps possible sur la voie du développement, ce qui nécessite une infrastructure connectée et des ressources solides pour soutenir leur développement. Il s’agit d’une approche de développement des athlètes à long terme. Malheureusement, nous savons que le système sportif canadien présente des lacunes ou des obstacles qui peuvent mettre prématurément fin à la progression d’un athlète sur le chemin du développement, ou l’empêcher de s’engager dans cette voie (p. ex. rejet précoce, accès limité, faible disponibilité, faibles ressources). Une partie du travail effectué par le Camp des recrues RBC consiste à renforcer la capacité du système à combler certaines des lacunes, comme la prestation et l’accès à des tests de base sur le terrain pour les athlètes et à des programmes de suivi. Nous travaillons également en vue de renforcer les voies entre les sports et à travers les niveaux communautaire, provincial/territorial et national du système, et en intégrant des approches fondées sur des preuves dans nos processus d’identification et de développement d’athlètes. C’est ce que nous constatons actuellement en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, en Ontario et dans les provinces de l’Atlantique en grande partie grâce à nos partenaires du RISOP de tout le pays, qui livrent des programmes localement. Par exemple, Sask Sport utilise le Camp des recrues RBC comme catalyseur pour aider les organisations sportives provinciales à mieux comprendre les principales caractéristiques physiques de leurs sports, à développer leurs compétences pour interpréter les données et à mettre en place des systèmes pour suivre les athlètes et surveiller leurs progrès afin de les aider à s’orienter sur les voies du développement.

Mais cela nous ramène à la nécessité de placer les athlètes sur un chemin de développement et de les y maintenir. Grâce au Camp des recrues RBC, nous avons la possibilité de faire participer de jeunes athlètes qui ne font que commencer. Pour ces athlètes, qui sont encore trop jeunes pour savoir vraiment quel est le potentiel de leur talent, le programme fournit une évaluation honnête de leur situation par rapport à ce qu’ils devront fort probablement devenir pour rivaliser avec les meilleurs athlètes du monde.

Pour les jeunes athlètes, cela fournit des informations précieuses pour fixer des objectifs et comprendre ce qu’ils doivent faire pour progresser dans leur développement et devenir les meilleurs possible. Grâce à ce programme, nous avons également la possibilité d’engager des athlètes plus âgés et exceptionnels dans une situation de transfert. Par exemple, le parcours de développement de certains athlètes peut prendre fin avec leur carrière universitaire ou au sein de l’équipe nationale. Ce programme leur offre la possibilité de prolonger leur parcours en les encourageant à sortir des sentiers battus et à réfléchir à d’autres sports qui pourraient leur convenir. Par exemple, un athlète de volleyball ou de basketball peut être bien adapté pour prolonger sa carrière sportive en tant que rameur, ou un athlète de gymnastique artistique peut devenir un bon skieur acrobatique.

Jenny : L’approche du programme Paralympiens recherchés est similaire, mais avec quelques nuances basées sur le caractère unique des parcours de para-sports. Sur le plan du renforcement des capacités, le CPC s’appuie sur le programme pour renforcer les liens entre les organisations de para-sports communautaires, provinciales/territoriales et nationales, et soutenir des organisations comme le RISOP. Nous savons que l’un des plus grands défis de l’engagement para-sportif est de s’assurer que les athlètes et leurs familles connaissent les possibilités de participation, d’entraînement et de compétition qui existent dans leur région, et comment y participer.   

Highlights from the CPC's Paralympian Search at the Canadian Sport Institute Calgary high performance training facilities in Calgary, AB, on November 24, 2018.

Sur le plan individuel, les épreuves du programme Paralympiens recherchés sont ouvertes à tous, quel que soit le milieu sportif. Ainsi, nous pouvons avoir des participants qui n’ont jamais participé au para-sport ou un athlète exceptionnel qui recherche une opportunité de transfert. Tous les participants reçoivent des informations sur la façon de se lancer dans les sports de leur choix, et certains peuvent être sélectionnés dans un club local ou un programme de développement provincial/territorial ou national. L’objectif principal est de faire en sorte que chaque athlète vive une expérience positive dans le cadre du programme Paralympiens recherchés.

Je pense que l’un des avantages des deux programmes est leur mise en œuvre dans les communautés de tout le pays. Cela augmente l’accès à ce type d’expérience de haute performance et garantit que les avantages des programmes en matière de renforcement des capacités sont partagés entre les provinces et les territoires.

Kurt : Absolument. Et une dernière réflexion, que l’on oublie souvent lorsque l’on envisage ces programmes uniquement sous l’angle de l’identification de talents, c’est qu’avant tout, ces événements sont censés être amusants! Le Camp des recrues RBC et Paralympiens recherchés se sont tous deux engagés à offrir une approche sécuritaire, accueillante et centrée sur l’athlète pour assurer le succès de l’athlète et son bien-être global. Ces événements donnent aux participants l’occasion de se dépasser et de se mettre au défi. Ce que les athlètes apprennent sur eux-mêmes grâce à ces types d’événements peut être un tremplin pour le reste de leur vie – dans le sport, dans leur carrière et dans leur vie personnelle.

SIRC : Alors que la pandémie de la COVID-19 a nécessité la mise sur pause du programme Paralympiens recherchés, le soutien continu de la RBC a permis au programme Camp des recrues RBC de continuer pendant la pandémie. Parlez-moi du pivot vers un format virtuel pour le programme.

From below back view of teen girl in sportswear sprinting on running track at stadium under blue sky on summer day

Kurt : Lorsque la COVID-19 a nécessité l’annulation des six épreuves restantes du Camp des recrues RBC au printemps 2020, nous avons pris la décision de passer au virtuel. Cela a eu des avantages évidents du point de vue de la continuité du programme, et en rendant le programme encore plus accessible. Au lieu de venir dans un lieu physique, les participants pouvaient effectuer les tests dans leur propre communauté. Au cours du printemps et de l’été, nous avons peaufiné nos protocoles pour y inclure un sprint de 20 mètres afin de tester la vitesse, ainsi qu’un saut vertical pour tester la puissance et une course de navette pour tester l’endurance. Ces protocoles ne nécessitent qu’un ruban à mesurer, quelques marqueurs de distance et un téléphone intelligent pour enregistrer leurs efforts. La première fenêtre de soumission a été ouverte entre le 14 octobre et le 10 décembre 2020. En toute honnêteté, nous ne savions pas quelle serait la réponse, mais nous sommes très heureux du résultat. Au total, nous avons reçu 1 300 pré-inscriptions, dont plus 300 ont soumis leurs résultats jusqu’à maintenant. Les inscriptions ont été reçues d’un bout à l’autre du pays (y compris, pour la première fois, des athlètes des Territoires-du-Nord-Ouest), et comprennent des performances d’athlètes exceptionnelles.

Depuis décembre 2020, notre équipe examine et peaufine le processus en vue d’organiser une deuxième fenêtre de six à huit semaines pour soumettre des candidatures entre janvier et mars 2021. Nous espérons organiser des événements finaux nationaux en personne en mai, mais cela dépendra bien sûr des restrictions en matière de santé publique.

Le passage du programme à un format virtuel était important pour nos partenaires, pour qui l’identification de talents reste une priorité importante malgré les défis de la pandémie. Ils restent engagés et sont encouragés par les résultats, mais ils éprouvent également certains défis évidents alors que nous apprenons tous à nous adapter aux restrictions de santé publique locales. Dans certaines situations, les tests spécifiques au sport se poursuivront, mais ils seront certainement différents de ceux des années précédentes. Plutôt que d’organiser des séances massives d’une journée consacrées à un sport en particulier, les sports s’adaptent à des rassemblements plus restreints en fonction des besoins. ’’’’L’élaboration de stratégies efficaces pour engager les athlètes dans chacune des voies de développement propres aux sports, compte tenu des restrictions actuelles en matière de déplacements et d’entraînement, est un défi que nous essayons tous de relever.

SIRC : L’une des caractéristiques uniques de Paralympiens recherchés est l’intégration d’un programme de recherche solide. Jenny, parlez-nous de certaines des recherches en cours.

Jenny : Le programme Paralympiens recherchés soutient plusieurs projets de recherche distincts mais complémentaires. Dans l’un d’entre eux, nous utilisons le cadre de qualité pour la participation aux sports paralympiques pour mesurer les expériences des athlètes avant, pendant et après les événements. Un autre examine les parcours de développement des athlètes. Ce projet suit en profondeur les données démographiques et les expériences sportives afin d’identifier les tendances dans les parcours des athlètes.

Cette année, grâce au financement de l’Initiative d’innovation de Sport Canada, nous avons lancé un nouveau projet qui examine l’intégration d’une approche adaptée au sexe dans le programme Paralympiens recherchés qui permettra de mieux attirer, engager, recruter et maintenir en poste les athlètes féminines dans les opportunités de para-sports. Cela comprend l’essai de nouvelles stratégies telles que des messages uniques pour les athlètes féminines, des activités visant à développer les relations et la cohésion pendant un événement, et davantage d’entraîneuses et d’ambassadrices sur place. Nous avons initialement conçu le projet pour des événements en personne, mais nous avons bien sûr dû envisager de les tenir dans un environnement virtuel. Dans le cadre de ce projet, nous travaillons également avec un groupe d’organisations sportives nationales et de partenaires du RISOP sur des projets de micro-subventions afin d’explorer différentes expériences de parcours pour les athlètes féminines. Nous espérons que les résultats de ces projets amélioreront les programmes pour les femmes, mais contribueront en fin de compte à rendre l’expérience meilleure pour tout le monde.

Aussi déçus que nous soyons de devoir faire une pause dans le programme pendant la pandémie, cela nous donne l’occasion de revoir et d’évaluer le programme, d’apprendre des autres – y compris de nos collègues du Camp des recrues RBC – et de penser les choses différemment. Lorsque le programme reprendra, l’expérience des athlètes et de nos partenaires sera meilleure dans un certain nombre de domaines essentiels.

SIRC : Il est vraiment intéressant de voir comment les deux programmes évoluent continuellement en fonction des dernières recherches et évaluations. En nous penchant sur les tests qui sont intégrés au Camp des recrues RBC, nous avons remarqué qu’il n’y a pas de composante psychologique dans les tests. Est-ce quelque chose à quoi nous pouvons nous attendre à l’avenir?

Kurt : Nous reconnaissons qu’il y a certainement une composante psychologique à la réussite dans le sport de haut niveau, mais pour l’instant nous n’avons pas trouvé de test de prédiction valide ou fiable ou d’outil de mesure qui est adapté à notre contexte. Nous savons que les compétences mentales évoluent et changent et, surtout, qu’elles peuvent être acquises. De nouveaux outils sont développés au Canada au niveau national, tels que les profils de médaille d’or en psychologie, qui fournissent des ressources d’évaluation que les organisations nationales de sport peuvent partager, au besoin, avec leurs organisations et clubs sportifs provinciaux/territoriaux. Personnellement, je suis très enthousiaste quant au potentiel futur de la recherche concernant les aspects psychologiques impliqués dans le processus d’identification et de développement de talents. ’’’Il est intéressant de voir comment les athlètes réagissent à leur expérience sur le terrain d’entraînement. Certains jeunes athlètes peuvent regarder leurs résultats par rapport aux standards d’élite et se demander « à quoi bon continuer? ». D’autres prendront leur rapport de notes ou les résultats des tests virtuels et s’en serviront comme base de référence et motivation pour mesurer leurs progrès en vue de futurs succès. Nous voyons de nombreuses personnes revenir au programme deux, trois et quatre années de suite, car elles continuent à se développer en tant qu’athlètes. Certains de ces athlètes qui sont de retour sont ceux et celles qui sont finalement désignés pour bénéficier du soutien de nos organisations nationales de sport partenaires; le développement prend juste du temps. Cependant, nous savons que divers facteurs influencent ces types de comportements et que les préjugés cognitifs peuvent limiter les pratiques d’identification de talents.

SIRC : Quels types de résultats avez-vous observés dans le cadre de ces programmes? Peut-on s’attendre à voir certains participants aux prochains Jeux de Tokyo dans le cadre des programmes Paralympiens recherchés et Camp des recrues RBC?

Kelsey Mitchell
Kelsey Mitchell, cycliste sur piste

Jenny : Depuis 2016, date de lancement du programme, le CPC a organisé 14 événements dans huit villes de cinq provinces, offrant à des centaines d’athlètes des possibilités aux niveaux communautaire, provincial/territorial et national. Un certain nombre d’athlètes se sont également qualifiés pour les subventions FACE de Petro-Canada, qui soutiennent les athlètes en développement avant qu’ils ne soient admissibles à un financement par l’entremise du programme d’accréditation de Sport Canada. Un participant du programme Paralympiens recherchés a qualifié le Canada pour une des places de quota de Tokyo. D’autres réussites remarquables comprennent la paraplanchiste de la prochaine génération Sarah Anne Cormier, le skieur para-nordique Kyle Barber, le canoéiste para-olympique Mike Trauner et l’athlète de para-athlétisme Charlotte Bolton.

Kurt : Depuis le lancement officiel du Camp des recrues RBC en 2016, nous avons testé plus de 8 000 athlètes dans le cadre de plus de 50 événements dans tout le pays. Dans l’ensemble, 10 % des participants ont atteint des objectifs spécifiques au sport et 117 ont été financés par le programme Camp des recrues RBC. À l’heure actuelle, nous prévoyons que huit à dix athlètes du programme Camp des recrues RBC se rendront à Tokyo. On compte notamment la cycliste Kelsey Mitchell, qui a établi un record mondial sur piste et qui était joueuse de soccer universitaire lorsqu’elle a été identifiée par le Camp des recrues RBC en 2017, et possiblement le rameur Avalon Wasteneys, un skieur de fond devenu rameur. Au-delà de Tokyo, nous nous penchons aussi sur Pékin 2022 du côté des sports d’hiver où nous avons des athlètes comme Marion Thenault, qui a été identifiée en 2017 – une ancienne gymnaste artistique qui participe maintenant à des compétitions de ski acrobatique de niveau mondial.

Jenny : Bien que les deux programmes aient obtenu des résultats exceptionnels, les Jeux de Tokyo seront également l’occasion de célébrer les athlètes canadiens et de partager leurs histoires afin d’inciter davantage de Canadiens et de Canadiennes à faire du sport, qu’il s’agisse d’essayer un nouveau programme communautaire ou de rêver de monter sur le podium. Ensuite, grâce au programme Paralympiens recherchés et au Camp des recrues RBC, nous espérons établir des liens plus efficaces avec les espoirs paralympiques et olympiques afin de les mettre sur la voie du développement et de soutenir leur réussite à long terme.


À propos de Jenny Davey et Kurt Innes

Jenny Davey est la gestionnaire des parcours paralympiques du Comité paralympique canadien. Elle est titulaire d’une maîtrise en psychologie et pédagogie du sport, spécialisée dans l’entraînement des athlètes paralympiques. Elle a notamment été enseignante, chercheuse, administratrice sportive et entraîneuse de para-voile.

Kurt Innes, OLY, ChPC, est le directeur des solutions de performance de l’Institut canadien du sport Pacifique. Il est athlète olympique (1992), entraîneur olympique (2000, 2004), et diplômé du programme d’administration de sport de l’Université Mount Royal et de l’Institut national d’entraîneurs de Calgary. 

À propos de Paralympiens recherchés

Le programme Paralympiens recherchés est un événement d’information et d’identification d’athlètes d’une journée conçu pour mettre les participants au défi de différentes tâches d’agilité et de tests d’aptitudes afin qu’ils puissent s’informer sur les divers sports paralympiques, se connecter aux opportunités sportives et peut-être même un jour représenter le Canada aux Jeux paralympiques.

L’événement accueille également des athlètes actuels ou anciens de tous niveaux qui souhaitent se recycler dans un nouveau sport paralympique ou découvrir un nouveau sport qui peut compléter leur discipline principale.

À propos du Camp des recrues RBC

Le Camp des recrues RBC est un programme d’identification de talents et de financement d’athlètes conçu pour trouver de jeunes athlètes ayant un potentiel olympique et leur fournir les ressources dont ils ont besoin pour réaliser leurs rêves de monter sur le podium.

Avec la conviction que le sport de haut niveau devrait être accessible à tous les athlètes talentueux, qualifiés et ayant la volonté de faire compétition, ce programme parcourt le pays à la recherche d’athlètes âgés de 14 à 25 ans qui alimenteront le bassin d’athlètes olympiques canadiens.


A propos de(s) l'auteur(s)

En tant que gestionnaire du contenu du SIRC, Sydney Millar sollicite, soutient et conserve le contenu de chercheurs, d’experts et de leaders d’opinion du secteur du sport et de l’activité physique, et assure la direction de projets nationaux clés. Sydney reste en bonne santé en faisant du vélo et du ski de fond dans le parc de la Gatineau.

Références

Abbott, A. et Collins, D. (2004) Eliminating the dichotomy between theory and practice in talent identification and development: considering the role of psychology. Journal of Sports Sciences22(5), 395 à 408. DOI: 10.1080/02640410410001675324

Brady, C. J., Harrison, A. J. et Comyns, T. M. (2018). A review of the reliability of biomechanical variables produced during the isometric mid-thigh pull and isometric squat and the reporting of normative data. Sports Biomechanics, 3141 (mai), 1 à 25. https://doi.org/10.1080/14763141.2018.1452968

Lum, D., Haff, G. G. et Barbosa, T. M. (2020). The Relationship between Isometric Force-Time Characteristics and Dynamic Performance: A Systematic Review. Sports (Basel, Switzerland)8(5), 63. https://doi.org/10.3390/sports8050063

Sayers, S. P., Harackiewicz, D. V., Harman, E. A., Frykman, P. N. et Rosenstein, M. T. (1999). Cross-validation of three jump power equations. Medicine and science in sports and exercise, 31(4), 572 à 577. https://doi.org/10.1097/00005768-199904000-00013

Vaeyens, R., Lenoir, M., Williams, A. et Philippaerts, R. (2008). Talent Identification and Development Programmes in Sport. Sports Medicine, 38, 703 à 714.


Les informations présentées dans les blogues du SIRC et les articles du SIRCuit sont exacts et vérifiées à la date de publication. Les développements qui surviennent après la date de publication peuvent avoir un impact sur l'exactitude actuelle de l'information présentée dans un blogue ou un article publié précédemment.