Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

Récemment, un nombre croissant d’athlètes se sont courageusement manifestés pour partager leurs histoires sur la détresse psychologique et les problèmes de santé mentale connexes qu’ils ont rencontrés au cours de leur carrière sportive (p. ex. Michael Phelps, Gracie Gold et Demar Derozan). Les athlètes ne sont pas à l’abri de la détresse psychologique, et les taux de maladie mentale chez les athlètes sont comparables à ceux de leurs pairs non-athlètes (Rice et coll., 2016). Les recherches ont longtemps souligné que les athlètes pratiquant un sport, en particulier au niveau de la compétition et de l’élite, peuvent être à risque de ressentir une détresse psychologique et des troubles mentaux connexes en raison des différents facteurs de stress spécifiques au sport auxquels ils peuvent être confrontés, tels que les blessures sportives, les conflits avec les coéquipiers et les pressions pour réussir (Sudano, Miles et Collins, 2017), ainsi que des facteurs de stress plus personnels, tels que les défis liés à leur sexualité (Kroshus et Davoren, 2016). En réponse à ces facteurs de stress, les athlètes peuvent souffrir de troubles de la santé mentale, notamment d’anxiété, de dépression, de troubles de l’alimentation, d’idées suicidaires et de dépendance à l’alcool ou à d’autres substances (Rice et coll., 2016).

Pour gérer cette détresse, les athlètes peuvent se tourner vers les entraîneurs pour obtenir de l’aide. Les entraîneurs sont des leaders reconnus dans le sport dont les attitudes et les opinions exprimées à l’égard de la détresse psychologique et de la santé mentale peuvent grandement influencer la probabilité que les athlètes se manifestent et demandent de l’aide (Moreland, Coxe et Yang, 2018). De plus, tant les entraîneurs (Mazzer et Rickwood, 2015) que les parents (Brown, Deane, Vella et Liddle, 2017) ont indiqué que les entraîneurs devraient jouer un rôle dans le soutien du bien-être des athlètes en raison de la fréquence des interactions entre les entraîneurs et les athlètes. Il est donc important que les entraîneurs disposent des connaissances, des compétences et des ressources nécessaires pour soutenir le bien-être psychologique de leurs athlètes. Cela implique que les entraîneurs soient conscients des limites de leur rôle et sachent mettre les athlètes en contact avec des ressources professionnelles lorsque des cas de détresse psychologique nécessitent une telle intervention (p. ex. idées suicidaires, maladies mentales graves et dépendances à des substances).

Examiner le soutien des entraîneurs aux étudiants-athlètes

Afin de mieux comprendre comment les entraîneurs soutiennent actuellement les athlètes en détresse psychologique, nous avons mené une étude de recherche explorant les expériences d’étudiants-athlètes interuniversitaires qui ont révélé leur détresse aux entraîneurs universitaires. Les étudiants-athlètes constituent un groupe particulièrement susceptible de détresse psychologique en raison des pressions combinées du maintien de l’excellence sportive et universitaire (Etzel, Watson, Visek et Maniar, 2006). Des entretiens ont été menés avec 15 étudiants-athlètes (2 hommes, 13 femmes) et 15 entraîneurs universitaires (11 hommes, 4 femmes). Les participants ont été interrogés sur les difficultés liées à la révélation de la détresse par les athlètes, et sur les moyens par lesquels les entraîneurs ont été à la fois efficaces et inefficaces pour apporter leur soutien. Grâce à ces informations, nous avons pu mieux comprendre les obstacles qui découragent les athlètes de révéler leur détresse, ainsi que les solutions pratiques permettant aux entraîneurs de surmonter ces obstacles. Les résultats comprennent également des pratiques efficaces de soutien immédiat, à court et à long terme pour les entraîneurs qui travaillent avec des athlètes en détresse.

Obstacles à la divulgation de la détresse

Les participants de notre recherche ont identifié cinq obstacles clés qui décourageaient les étudiants-athlètes de révéler leur détresse psychologique à leurs entraîneurs.

1. Cultures sportives traditionnellement « dures »

Le premier obstacle est centré sur l’importance que les cultures sportives traditionnelles accordent à la démonstration de la dureté mentale. En raison de cette importance, la détresse psychologique et les problèmes de santé mentale qui y sont associés sont souvent stigmatisés dans le sport et perçus par les athlètes comme un signe de faiblesse. Par conséquent, les athlètes craignent de divulguer leur détresse parce qu’ils ne veulent pas que les entraîneurs les qualifient de faibles. Un athlète a expliqué :

C’est la façon dont le sport est en quelque sorte construit. Vous devez avoir cette force, et ne pas être dur fait de vous un moins bon athlète.

2. Le pouvoir des entraîneurs

Un deuxième obstacle est le pouvoir que les entraîneurs détiennent dans leur relation avec les athlètes. Les entraîneurs déterminent les formations de départ, qui participe aux relais et, en fin de compte, quels athlètes participeront aux compétitions. Les athlètes craignent de divulguer leur détresse parce qu’ils ont peur que les entraîneurs perçoivent leurs capacités de performance comme étant réduites par leur détresse psychologique et qu’ils perdent ensuite du temps de jeu. Un entraîneur a décrit cet obstacle en déclarant :

Je pense que les étudiants-athlètes pensent à la détresse qu’ils ressentent et se demandent si les entraîneurs vont la considérer comme une faiblesse et si elle va affecter leur position dans l’équipe. Ils se demandent : « Est-ce que je veux vraiment en parler à l’entraîneur et risquer de ne pas faire partie de la formation partante demain? ».

3. La place d’un athlète dans son équipe

De même, les différences de pouvoir entre les coéquipiers et les hiérarchies qui en résultent peuvent également constituer un obstacle à la divulgation. Certains athlètes possèdent des compétences athlétiques supérieures et sont souvent récompensés pour leur talent en étant nommés capitaines d’équipe ou comme joueurs partants. Ces athlètes sont perçus comme étant au sommet de la hiérarchie de l’équipe et peuvent être confrontés à des difficultés pour révéler leur détresse, car ils craignent que la divulgation ne ternisse leur réputation de chef d’équipe. Par ailleurs, les athlètes qui se trouvent au bas de l’échelle hiérarchique de leur équipe, comme les réservistes et les jeunes athlètes, craignent souvent de divulguer leur détresse parce qu’ils ne se perçoivent pas comme des membres importants de l’équipe et ne veulent pas détourner l’attention d’un entraîneur des joueurs de rang supérieur. Un athlète qui se percevait comme un membre inférieur de la hiérarchie de son équipe a décrit l’effet de cette situation sur sa capacité à révéler sa sexualité :

Je n’ai pas divulgué ma sexualité plus tôt parce que je n’étais pas un joueur partant et je n’étais pas sûr de la réponse que je recevrais en raison du comportement des gars. Je ne voulais pas être celui qui perturbe la culture et qui se fait renvoyer de l’équipe.

4. Expériences négatives lors de divulgations antérieures

Le quatrième obstacle rencontré par les athlètes est lié aux expériences négatives antérieures en matière de divulgation. Les athlètes sont sensibles et très attentifs aux réactions de leurs entraîneurs lorsqu’ils divulguent des problèmes personnels, allant de blessures légères à une détresse plus grave. Si les athlètes perçoivent une réaction négative de la part de leur entraîneur lors de ces révélations, cela les décourage de chercher de l’aide par la suite et renforce l’idée que le sport n’est pas un environnement accueillant pour la détresse. Cet obstacle a été bien décrit par un entraîneur :

L’un des défis est le passé de l’étudiant-athlète qui n’a pas eu une bonne expérience lorsqu’il a divulgué sa détresse à quelqu’un. Il n’y avait peut-être pas de soutien, de compréhension ou de volonté d’aider. J’ai vu cela un certain nombre de fois. L’athlète a attendu plus longtemps pour impliquer l’entraîneur parce qu’il s’inquiétait de la réaction de ce dernier.

5. Faible visibilité de la détresse psychologique

Jusqu’à récemment, les thèmes de la détresse psychologique et de la santé mentale n’ont pas été largement abordés dans le sport. Cela a contribué à la barrière de la mauvaise visibilité de la détresse dans le sport et a eu pour conséquence que de nombreux athlètes ont du mal à reconnaître leurs propres symptômes. En outre, une fois que les athlètes ont réussi à reconnaître qu’ils éprouvaient une détresse, ils ont eu peu de modèles positifs les encourageant à chercher de l’aide. Par conséquent, la plupart des athlètes ont caché leur détresse à leurs entraîneurs. Par exemple, un athlète a expliqué comment la faible visibilité de la détresse dans le sport les décourageait de chercher de l’aide :

Il y avait de la peur à chercher de l’aide parce que personne ne parle des athlètes qui cherchent de l’aide. Je ne connaissais à l’époque qu’une amie qui suivait une thérapie, et elle ne vivait pas une bonne expérience.

Surmonter les obstacles grâce au cadre culturel

Heureusement, notre étude a révélé que les entraîneurs ont la capacité de surmonter ces obstacles en favorisant des cultures d’équipe qui soutiennent le bien-être psychologique des athlètes et encouragent les comportements de recherche d’aide. Dans notre étude, les entraîneurs ont discuté des techniques spécifiques à chaque obstacle, en plus de certaines pratiques plus générales de mise en place de la culture.

1. Philosophie globale de l’entraînement

Pour répondre à l’accent mis par les cultures sportives traditionnelles sur la résistance des athlètes, les entraîneurs ont adopté des philosophies d’entraînement plus globales qui minimisent l’importance de la performance et de la victoire. Pour ce faire, ils ont mis l’accent sur le bien-être de l’athlète en accordant la priorité à des éléments tels que la récupération, la nutrition et le sommeil. En outre, les entraîneurs ont encouragé les athlètes à s’efforcer d’adopter des modes de vie équilibrés, car ils ont constaté que cela contribuait à améliorer le bien-être subjectif général des athlètes, qui à leur tour amélioraient souvent leurs capacités de performance.

2. Investissements dans les relations entraîneur-athlète

La réduction des différences de pouvoir entre les athlètes et les entraîneurs passe par le développement de relations ouvertes et honnêtes entre les deux parties. Le développement de ces relations a été facilité par la communication verbale des entraîneurs aux athlètes qui, dans certains cas, ont dû se retirer temporairement du sport pour demander de l’aide. Les entraîneurs ont toutefois souligné qu’à son retour, l’athlète aurait la possibilité de mériter à nouveau son poste. En outre, les entraîneurs ont discuté de l’avantage de prévoir des réunions régulières avec leurs athlètes pour les aider à établir des relations plus solides. Un entraîneur a expliqué :

Pour nous assurer de bien connaître les athlètes, nous tenons beaucoup de rencontres individuelles. Lors de ces réunions, nous ne nous contentons pas de parler de leurs objectifs sportifs, nous parlons aussi de leurs autres objectifs de vie, que ces objectifs soient liés à l’école ou à leur vie personnelle.

3. Gestion des hiérarchies d’équipe

Les entraîneurs ont réussi à réduire les effets négatifs que les hiérarchies d’équipe peuvent avoir sur les révélations de détresse des athlètes en employant les techniques suivantes :

  • Utiliser des critères de sélection transparents pour dissiper tout mythe selon lequel certains athlètes sont traités plus favorablement que d’autres.
  • Désigner du temps d’entraînement pour accroître les compétences et la confiance des athlètes qui bénéficient de moins de temps de jeu. Cela peut se faire en petits groupes ou de manière individuelle.
  • Attribuer à chaque athlète un rôle qui lui donne le sentiment d’être un membre important de l’équipe qui mérite l’attention de l’entraîneur, quelle que soit sa contribution à la performance de l’équipe.

4. Apprentissage par l’observation

Surmonter les expériences négatives antérieures des athlètes en matière de divulgation a été un processus lent qui a été réalisé au mieux par l’apprentissage par l’observation. Cela signifie que les entraîneurs ont fait des efforts conscients pour répondre positivement à toute préoccupation qui leur était soumise par leurs athlètes. Au fil du temps, les athlètes qui ont eu des expériences négatives liées à la divulgation ont observé ces interactions positives entre l’entraîneur et l’athlète et ont appris qu’il est acceptable de soulever leur détresse à leur entraîneur.  Un entraîneur a expliqué un exemple de cette méthode :

L’athlète se sentait à l’aise de me révéler sa détresse parce qu’il y avait d’autres étudiants-athlètes qui avaient eu des problèmes de détresse et nous avions fait tout notre possible pour les aider.  Donc, je pense que c’est grâce à ces observations que l’athlète a perçu qu’il y avait une réelle attention pour lui en tant qu’être humain et qu’il a choisi de se manifester.

5. Amélioration de la visibilité de la détresse psychologique

Une plus grande visibilité de la détresse psychologique dans le sport a été obtenue grâce aux entraîneurs qui ont parlé ouvertement de la santé mentale avec leurs athlètes, que ce soit à travers des anecdotes ou leurs propres expériences. En outre, les entraîneurs ont enseigné à leurs athlètes l’importance de la sensibilisation et de la responsabilité. Cela signifie que les entraîneurs se sont efforcés de développer les capacités des athlètes à réfléchir sur leur état émotionnel et les ont tenus responsables de prendre des mesures et d’aborder tout sentiment qui pourrait avoir un impact négatif sur leur bien-être.

6. Établissement de la culture générale

Bien qu’elles ne soient pas spécifiques à un obstacle particulier, les entraîneurs ont également utilisé des techniques générales pour aider à développer des cultures d’équipe positives entourant la détresse psychologique et la recherche d’aide. Parmi ces techniques, les entraîneurs se sont engagés à donner l’exemple en s’occupant de leur propre bien-être psychologique et en partageant avec les athlètes la manière dont ils le font. En outre, les entraîneurs sont restés conscients de leurs paroles et ont évité d’utiliser un langage discriminatoire qui pourrait contribuer à la stigmatisation entourant la détresse et la santé mentale (pour améliorer les connaissances en matière de santé mentale, envisagez de vous inscrire au programme de premiers secours en santé mentale; pour les formations linguistiques liées à la diversité et à l’inclusion dans le sport, veuillez vous référer au projet You Can Play). Enfin, dans la mesure du possible, les entraîneurs ont essayé de former un personnel d’encadrement et de soutien diversifié. Cela a été fait parce que tous les athlètes ne sont pas en contact avec leur entraîneur à un niveau intime où ils se sentent à l’aise pour révéler leur détresse. Toutefois, si les athlètes ont accès à un personnel d’encadrement et de soutien diversifié (c’est-à-dire une diversité de race, de sexe, d’âge, de sexualité, etc.), cela contribue à augmenter les chances que les athlètes établissent des liens avec au moins une personne.

Soutenir les athlètes en détresse

Si la promotion d’une culture d’équipe appropriée est une étape essentielle pour que les entraîneurs soutiennent le bien-être psychologique des athlètes, ils doivent également savoir comment réagir de manière sûre et efficace lorsque les athlètes révèlent leur détresse. La priorité est de créer un environnement sûr, ce qui inclut le respect des pratiques sportives sûres, y compris la règle de deux. Il peut être difficile pour les athlètes d’entamer une conversation de divulgation, c’est pourquoi les entraîneurs ne doivent pas craindre d’initier eux-mêmes cette conversation. En fait, plusieurs athlètes de notre étude ont déclaré qu’ils appréciaient les conversations initiées par l’entraîneur parce qu’ils estimaient que cela leur donnait l’occasion de se confier à lui et montrait que l’entraîneur se souciait d’eux. Les entraîneurs devraient donc s’informer de tout comportement inhabituel de l’athlète, comme une baisse inhabituelle de ses performances sportives ou un mauvais comportement général à l’entraînement et en compétition. Dans la présente étude, les entraîneurs ont expliqué qu’ils connaissaient suffisamment bien leurs athlètes pour savoir quand le comportement d’un athlète justifiait un contrôle (c’est-à-dire qu’une humeur négative à un entraînement n’était souvent pas anormale et ne soulevait pas de préoccupations de détresse psychologique sous-jacente). Cependant, les entraîneurs ont également reconnu que lorsqu’ils travaillaient avec des étudiants-athlètes de première année et de transfert, il était toujours préférable de faire un suivi s’ils avaient l’impression que le comportement de l’athlète était anormal parce qu’ils étaient moins habitués aux habitudes de comportement normales de ces athlètes.

Au cours de la révélation initiale d’une détresse par un athlète, les entraîneurs devraient suivre les cinq étapes suivantes afin de fournir un soutien immédiat efficace et d’optimiser l’expérience de divulgation pour l’athlète:

  1. Écouter l’athlète expliquer la situation. Cela peut inclure de paraphraser ce que l’athlète a dit pour montrer que vous êtes attentif.
  2. Rassurer l’athlète sur le fait que la détresse psychologique affecte tout le monde et l’aider à normaliser l’expérience pour lui.
  3. Poser des questions pour vous assurer que vous comprenez la situation dans son ensemble.
  4. Trier la gravité de la situation pour déterminer si le problème peut être géré à l’interne ou s’il nécessite un soutien professionnel. Un soutien professionnel doit être envisagé dans tous les cas où l’entraîneur ne se sent pas suffisamment équipé pour gérer la situation et où l’athlète représente un risque immédiat pour lui-même et/ou pour les autres (p. ex. idées suicidaires, maladies mentales graves, dépendances à une substance, etc.).
  5. Mettre l’athlète en contact avec les ressources de soutien appropriées (p. ex. les étudiants-athlètes peuvent être mis en relation avec des professionnels de la santé mentale agréés qui sont affiliés à l’institution ou au département des sports).

Après la réponse initiale de l’entraîneur, le soutien optimal à court terme s’appuie sur la cinquième étape, qui consiste à mettre l’athlète en contact avec des ressources. Lorsque les athlètes sont en détresse, il peut être difficile pour eux de faire les premiers pas pour demander de l’aide. C’est pourquoi les entraîneurs doivent proposer de faire le lien au nom de l’athlète et de l’amener physiquement à la ressource de soutien. Les entraîneurs devraient en fin de compte respecter la décision de l’athlète de se faire accompagner ou non par l’entraîneur; toutefois, les entraîneurs de la présente étude ont indiqué que la plupart des athlètes aimaient être accompagnés par quelqu’un parce que cela leur apportait un niveau de réconfort et d’encouragement dont ils avaient grand besoin.

Une fois que les athlètes ont eu accès aux ressources appropriées, les entraîneurs devraient s’engager dans les pratiques de soutien à long terme suivantes :

  • Respecter et maintenir la confidentialité de l’athlète. Il s’agit de sujets sensibles qui doivent être traités comme tels.
  • Maintenir l’engagement de l’athlète avec l’équipe (p. ex. inviter, mais ne pas forcer, l’athlète à assister aux entraînements, aux matchs, aux événements sociaux de l’équipe, etc.).
  • Assurez un suivi régulier avec l’athlète.
  • Être disponible pour discuter avec l’athlète en cas de besoin.
  • Faire preuve de souplesse en ce qui concerne les exigences liées au sport, telles que les temps d’entraînement, afin de répondre aux besoins de l’athlète (p. ex. thérapie, rendez-vous, jours de congé requis, etc.).
  • Être patient et sensible au fait que la gestion de la détresse prend du temps, tout comme les blessures physiques.

En conclusion

Les perceptions traditionnelles concernant la détresse psychologique et la santé mentale dans le sport sont souvent stigmatisantes et découragent les athlètes de chercher de l’aide. Les entraîneurs peuvent toutefois jouer un rôle important en modifiant ces perceptions et en créant des environnements sportifs qui favorisent le bien-être psychologique de leurs athlètes. Pour ce faire, les entraîneurs peuvent adopter et mettre en œuvre les techniques et les pratiques de soutien ci-dessus. Comme ces suggestions sont basées sur des recherches menées dans un contexte sportif intercollégial, les entraîneurs impliqués à différents niveaux du sport peuvent avoir besoin de modifier ces recommandations pour les adapter aux besoins spécifiques de leurs équipes.

Ressource supplémentaire:


A propos de(s) l'auteur(s)

Jamie Bissett détient une maîtrise en sciences à l’Université de Toronto, où il travaille actuellement comme assistant de recherche à la faculté de kinésiologie et d’éducation physique. Ses recherches en psychologie du sport se penchent sur le rôle des entraîneurs dans le soutien du bien-être psychologique et de la santé mentale des athlètes. Il est un ancien membre de l’équipe canadienne et a été deux fois champion national de plongée.

Références

Bissett, J. E. (2019). Student-athlete disclosures of psychological distress: Exploring experiences of university coaches and athletes (Master’s thesis). Tiré de ProQuest. (toronto20328)

Brown, M., Deane, F. P., Vella, S. A. et Liddle, S. K. (2017). Parents views of the role of sports coaches as mental health gatekeepers for adolescent males. International Journal of Mental Health Promotion, 19(5), 239-251. doi:10.1080/14623730.2017.1348305

Etzel, E. F., Watson, J. C., Visek, A. J. et Maniar, S. D. (2006). Understanding and promoting college student-athlete health: Essential issues for student affairs professionals. National Association of Student Personnel Administrators Journal, 43(3), 518 à 546. doi:10.2202/1949-6605.1682

Kroshus, E. et Davoren, A. K. (2016). Mental health and substance use of sexual minority college athletes. Journal of American College Health, 64(5), 371 à 379. https://doi.org/10.1080/07448481.2016.1158179

Mazzer, K. R. et Rickwood, D. J. (2015). Mental health in sport: Coaches’ views of their role and efficacy in supporting young people’s mental health. International Journal of Health Promotion and Education, 53(2), 102-114. doi:10.1080/14635240.2014.965841

Moreland, J. J., Coxe, K. A. et Yang, J. (2018). Collegiate athletes’ mental health services utilization: A systematic review of conceptualizations, operationalizations, facilitators, and barriers. Journal of Sport and Health Science, 7(1), 58 à 69. doi:10.1016/j.jshs.2017.04.009

Rice, S. M., Purcell, R., De Silva, S., Mawren, D., McGorry, P. D. et Parker, A. G. (2016). The mental health of elite athletes: A narrative systematic review. Sports Medicine, 46, 1333 à 1353. doi:10.1007/s40279-016-0492-2

Sudano, L. E., Collins, G., Miles, C. M. (2017). Reducing barriers to mental health care for student-athletes: An integrated care model. Families, Systems, & Health, 35(1), 77 à 84. doi:10.1037/fsh0000242