Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport

TORONTO – La Canadienne Maggie Mac Neil et l’Américain Shaine Casas ont mis des points d’exclamation sur la deuxième étape de la Coupe du monde de natation de la FINA 2022 dimanche soir avec des records de la compétition au 100 mètres papillon féminin et au 100 dos masculin.
 
RÉSULTATS COMPLETS : https://www.omegatiming.com/2022/fina-swimming-world-cup-toronto–live-results
 
CLASSEMENTS DE LA COUPE DU MONDE : https://www.fina.org/competitions/2957/fina-swimming-world-cup-2022/rankings?scoringId=fd59d212-4e6f-4c9e-b43e-aa2cc3413aa6  
 
Championne olympique et championne du monde en petit bassin au 100 papillon, Mac Neil a triomphé en 54,78 secondes lors de la troisième et dernière soirée de compétition au Centre sportif panaméricain de Toronto. Elle a abaissé l’ancien standard de la Coupe du monde de 54,84 établi en 2018 par Kelsi Dahlia des États-Unis.
 
Plus tard dans la soirée, Casas a égalé son exploit grâce à un temps de 44,84 au 100 dos, quatre centièmes plus rapide que l’ancien record du Chinois Jiayu Xu, également réalisé en 2018.
 
Un autre fait saillant est survenu lors des préliminaires du matin au 200 libre masculin, le paralympien de Tokyo Nicholas Bennett de Parksville, en Colombie-Britannique, établissant un record du monde S14 en 1:51,40.
 
Il s’agissait de la troisième victoire de la fin de semaine pour Mac Neil, une athlète de 22 ans originaire de London, en Ontario, elle qui avait terminé en première place au 50 dos vendredi et au 50 papillon samedi.
 
La Suédoise Louise Hansson, que Mac Neil avait devancé pour la médaille d’or aux mondiaux en petit bassin l’an dernier, s’est classée deuxième en 55,02, suivie de Giovanna Diamante du Brésil en 57,41.
 
La triple olympienne Katerine Savard de Pont-Rouge, au Québec, a terminé au pied du podium en 57,68.
 
« Je me sens bien. Je cherche toujours à nager plus vite, » a dit Mac Neil, qui s’est aussi classée cinquième du 100 libre plus tard dans la soirée. « Je suis vraiment contente de mon 100 papillon en ce dernier jour, ce qui représentait un défi. Aux Jeux olympiques et aux championnats du monde, c’était le premier jour. C’est quelque chose que j’apprends à gérer. Je suis très contente, mais il y a toujours place à l’amélioration. »
 
Les nageurs canadiens ont été encouragés tout le week-end par une foule locale bruyante au Centre panaméricain, plus de 1 700 spectateurs étant présents en soirée samedi et dimanche.
 
« C’est incroyable d’avoir une foule comme ça », a déclaré Mac Neil. « Nous n’avons pas eu de foule depuis quelques années. C’est formidable d’avoir ce soutien et j’espère que nous pourrons les inspirer. »
 
Casas, le champion du monde en titre en petit bassin, l’a facilement emporté au 100 dos masculin. Son coéquipier américain Coleman Stewart a terminé deuxième en 49,95, le Polonais Kacper Stokowski complétant le podium en 50,02.
 
Casas quitte Toronto avec quatre premières places et visera le triplé de la Coupe du monde – d’une valeur de 10 000 $ US – aux 100 et 200 dos le week-end prochain lorsque la série de trois étapes se terminera à Indianapolis (du 3 au 5 novembre). Le Californien de 22 ans avait également remporté ces deux épreuves il y a une semaine à Berlin.
 
« Oui, c’est génial (d’établir un record de la Coupe du monde). Vous ne pouvez pas vraiment être déçu (quand vous terminez premier). Comme je l’ai dit hier, je veux juste nager vite », a déclaré Casas. « Super course, je me suis présenté par rapport à la semaine dernière, donc très excité à ce sujet. Le temps aurait pu être mieux, mais j’ai encore une chance, nous verrons comment se passe la semaine prochaine. »
 
Grâce à leurs trois meilleures performances de la fin de semaine, Mac Neil et Casas ont été déclarés vainqueurs féminin et masculin de l’étape torontoise avec 58,5 points chacun selon le système de points de la FINA. Ils ont chacun mérité 12 000 $ en prix.
 
Les Américaines Beata Nelson (10 000 $) et Katie Ledecky (8 000 $) ont suivi Mac Neil avec respectivement 58,3 et 55,8 points.
 
Le top 3 masculin a été complété par l’Américain Nic Fink, avec 57,5 points, et Dylan Carterde Trinité-et-Tobago, avec 57,2.
 
Les champions masculin et féminin du classement général de la saison récolteront 100 000 $ chacun.
 
Nelson mène actuellement la course féminine avec 115,6 points, suivi de Siobhan Haugheyde Hong Kong, Chine (112,9), Beryl Gastaldello de la France (105,3) et Kylie Masse de LaSalle, en Ontario (104.7). Mac Neil n’a pas concouru à Berlin.
 
Carter et Fink sont à égalité en tête chez les hommes avec 114,5 points chacun, suivis du champion du classement général 2021, Matthew Sates de l’Afrique du Sud (111,0).
 
Nelson a remporté deux finales lors de la troisième soirée, tandis que Fink, Carter, Haughey et Sates en ont gagné une chacun.
 
Nelson a remporté le 200 dos féminin en 2:00,50 pour compléter le balayage des 100 et 200 dos pour la deuxième semaine consécutive. À Indy, elle aura la chance de compléter le balayage de la série de la Coupe du monde dans les deux épreuves.
 
Masse (2:02,21) a terminé deuxième pour la troisième fois en autant de finales de dos cette fin de semaine, sa coéquipière canadienne Summer McIntosh de Toronto prenant la troisième position (2:02,85).
 
Âgée de 23 ans, Nelson a ajouté une victoire dans la dernière course de la compétition, le 200 QNI féminin, grâce à un temps de 2:05,08. Les Canadiennes Sydney Pickrem(2:05,23), championne du monde de l’épreuve en petit bassin, et McIntosh (2:06,57) ont terminé deuxième et troisième.
 
« Je voulais vraiment pousser ce soir au sein de cet excellent groupe de nageuses », a déclaré Nelson. « Je suis vraiment contente de cette course. Nous avons un autre arrêt (à Indianapolis) donc je nagerai pour être compétitive et profiter de cette expérience. »
 
Fink a remporté le 200 brasse masculin en 2:03,78 pour compléter le balayage des trois épreuves de brasse pour un deuxième week-end consécutif.
 
« Je ne me sentais pas à cent pour cent, donc je suis content d’en avoir une solide sous la ceinture », a déclaré Fink, champion du monde en petit bassin aux 50 et 200. « Je suis certainement satisfait des résultats ici et maintenant, place à Indy. Ça va être amusant, peu de grands rendez-vous internationaux passent par là. J’espère que la foule des États-Unis et d’Indy sera bruyante. »
 
Après avoir remporté le titre masculin du 50 papillon en 22,28 dimanche, ajoutant à ses triomphes au 50 libre et au 50 dos plus tôt ce week-end, Carter aura une chance de remporter la triple couronne dans ces trois épreuves la semaine prochaine.
 
« Je suis ravi de ça. C’est un honneur de concourir parmi les meilleurs au monde », a déclaré le double olympien. « Je n’ai jamais été dans une position comme celle-là auparavant, alors j’ai hâte de relever le défi la semaine prochaine. Une rencontre à la fois, une course à la fois. »
 
Sates a remporté une victoire de 4:02,65 au 400 QNI masculin pour ajouter à son succès au 400 libre vendredi et à ses quatre premières places à Berlin. À Indianapolis, l’athlète de 19 ans aura la chance de terminer le balayage de la Coupe du monde au 400 QNI et au 400 libre.
 
Haughey (51,33) a devancé Gastaldello (51,67) au 100 libre féminin. Championne du monde en petit bassin des 100 et 200 m libre, Haughey peut réussir le triplé dans les deux distances la semaine prochaine.
 
La Lituanienne Ruta Meilutyte, au 50 brasse féminin (28,96), l’Égyptien Marwan Elkamash, au 800 libre masculin (7:45,09), et l’Américain Brooks Curry, au 200 libre masculin (1:42,32) complètent la liste des vainqueurs de dimanche.
 
-NC-

Nathan White
Senior Manager, Communications, Swimming Canada
Gestionnaire supérieur des communications, Natation Canada
t.+1 613-260-1348x2002 | m.+1 613-866-7946|nwhite@swimming.ca