Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport

Konrad Wiltmann

Étudiant en gestion des affaires sportives au Collège Algonquin

Plusieurs athlètes au secondaire compétitionnent dans divers sports tout au long de l’année scolaire tout en maintenant leurs activités scolaires, sociales et parfois du travail à temps partiel. Il arrive souvent qu’un athlète du secondaire soit à l’entraînement durant toute l’année scolaire : au soccer et à la course de fond en automne, au basketball et en ski l’hiver puis sur piste et pelouse au printemps. Toutes ces activités peuvent susciter un surentraînement, un haut niveau de stress et, en fin de compte, l’abandon de toutes les activités sportives.

  1. Le surentraînement* résulte « d’un trop-plein d’activités non surveillées se traduisant à long terme par une baisse de performance et des difficultés à maintenir l’entraînement » ou, plus particulièrement chez l’étudiant-athlète, d’un « déséquilibre entre le stress et la récupération ». Les facteurs de stress comprennent les séances d’entraînement, les cours en classe, les examens, le calendrier de compétitions, les déplacements, le mode de vie et les bouleversements affectifs. Les étudiants-athlètes devraient s’en tenir à un maximum de quatre activités sportives durant l’année scolaire.
  2. Le sommeil* est une importante mesure préventive contre le surentraînement. La majorité des athlètes du secondaire manquent de sommeil. On recommande 9 heures de sommeil aux adolescents*. Les parents et les entraîneurs peuvent aider les athlètes à adopter une bonne hygiène de sommeil au moyen des directives suivantes : a) au lit à la même heure chaque jour, b) pas de boissons contenant de la caféine en soirée et c) installer une atmosphère calme et confortable propice au sommeil.
  3. La récupération* est aussi importante que l’entraînement. En période de récupération insuffisante, l’entraînement ne procure pas les bénéfices escomptés et même devient inutile. Parmi les directives importantes en matière de récupération, on compte une bonne alimentation, des séances de récupération active comprenant du yoga ou de légères séances d’entraînement croisé.

Signes et symptômes du surentraînement:

  • Augmentation du rythme cardiaque au repos
  • Perte de poids
  • Manque d’appétit
  • Douleur musculaire persistant plus de 24 heures
  • Plus de troubles de santé
  • Diminution de la performance
  • Moins d’entrain à l’entraînement et en compétition

Les athlètes du secondaire sont dans une des périodes les plus cruciales de leur vie. Ils doivent affronter la pression des parents, des entraîneurs et des enseignants pour réussir sur les plans scolaire, sportif et social. Il est donc important de reconnaître les signes du syndrome de surentraînement. En reconnaissant les premiers signes du surentraînement, on peut corriger la situation par une meilleure alimentation et du repos avant que les problèmes dégénèrent.

* Seulement disponible en anglais

Références de la collection de SIRC:
1. Faigenbaum, A. D., Mediate, P. P., & Rota, D. D. (2002). Sleep need in high school athletes. Strength & Conditioning Journal24(4), 18-19.

2. FAVERO, T. (2009). The Rest of the Story. Training & Conditioning19(5), 31-36.

3. Jeffreys, I. I. (2004). A system for monitoring training stress and recovery in high school athletes. Strength & Conditioning Journal26(3), 28-33.

4. Kellmann, M. M. (2010). Preventing overtraining in athletes in high-intensity sports and stress/recovery monitoring. Scandinavian Journal Of Medicine & Science In Sports2095-102.



Les informations présentées dans les blogues du SIRC et les articles du SIRCuit sont exacts et vérifiées à la date de publication. Les développements qui surviennent après la date de publication peuvent avoir un impact sur l'exactitude actuelle de l'information présentée dans un blogue ou un article publié précédemment.