Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) et McLaren Global Sport Solutions Inc. (MGSS) ont organisé le tout premier symposium au Canada sur les questions de manipulation de matchs et de paris dans le sport en 2019. À la suite du symposium, le CCES et MGSS ont publié un livre blanc intitulé « Manipulation de matchs et paris : Une menace croissante pour l’intégrité du sport canadien ». Le présent article présente les principaux éléments du livre blanc. Téléchargez la version complète ici.

Selon vous, combien d’argent croyez-vous que l’on parie sur les événements sportifs dans le monde sur une période d’un an? Combien pensez-vous que l’on parie chaque année sur les événements sportifs au Canada? Et combien croyez-vous que l’on parie sur un seul match de la Ligue canadienne de football (LCF)? Vous trouverez peut-être les réponses surprenantes, voire stupéfiantes.

On estime que 2 000 milliards de dollars sont misés chaque année dans le monde entier (The Economist, 2018). Pour les événements organisés au Canada, on estime la somme à 20 milliards de dollars (Hartman et coll., 2016). Selon Sportradar, un des principaux fournisseurs de données sportives, de paris et de services d’intégrité, un seul match de la LCF peut générer 4 millions de dollars de paris dans le monde entier.

Les paris sportifs sont une industrie mondiale massive qui attire des milliards de dollars chaque année et qui touche pratiquement tous les sports à tous les niveaux, du Super Bowl à l’ancienne Ligue canadienne de soccer (LCS). Compte tenu des développements technologiques dans le domaine du suivi des analyses sportives, des possibilités de nouvelles sources de revenus associées à la vente de ces données à des fins de jeu, et de l’ouverture des marchés des paris légaux dans le monde entier, en particulier aux États-Unis, le volume des pris sportifs devrait continuer à augmenter.

Sur les milliards de dollars mis en jeu dans le monde, 85 % le sont actuellement sous forme de paris illégaux sur des marchés non réglementés. Il n’est donc pas surprenant que les réseaux criminels profitent de cette opportunité (The Economist, 2018). La manipulation de matchs, ou matchs truqués, va souvent de pair avec le jeu. Il s’agit d’un effort délibéré et coordonné visant à influencer les éléments d’une compétition sportive – qui peut inclure le résultat d’un événement ou des éléments spécifiques de celui-ci. Quelle meilleure façon d’empiler les cotes en votre faveur alors que des milliers de dollars (ou plus) sont potentiellement en jeu? La manipulation de matchs a cependant de graves répercussions.

Au Canada, la manipulation de matchs a suscité très peu d’attention. Alors pourquoi la communauté sportive canadienne devrait-elle s’en inquiéter? Que font les autres pays et les fédérations sportives? Que devrait faire le Canada?

Symposium international de 2019 sur la manipulation de matchs et les paris

Les questions ci-dessus étaient au centre du symposium sur la manipulation de matchs et les paris dans le sport organisé par le CCES et MGSS en avril 2019 à Toronto. Le symposium a rassemblé des experts du secteur des paris et du sport afin de sensibiliser les principales parties prenantes à cette question, notamment les organisations sportives amateurs et professionnelles, les athlètes, les organismes gouvernementaux, les forces de l’ordre, les représentants du secteur des paris, les chercheurs et la communauté juridique.

Le livre blanc publié à la suite du symposium résume le problème croissant de la manipulation de matchs et des paris et sa pertinence pour le sport au Canada, tant au niveau amateur que professionnel. Il donne un aperçu de ce que font les autres pays en réponse à la menace croissante de la manipulation de matchs et résume les recommandations visant à atténuer le potentiel de manipulation de matchs au Canada proposées par les experts et les délégués à la fin du symposium.

Pourquoi la communauté sportive canadienne devrait-elle s’inquiéter? Les paris sportifs constituent une menace très réelle et très sérieuse pour l’intégrité du sport canadien et la sécurité des participants canadiens. Et nous ne le prenons pas au sérieux.

La menace de la manipulation de matchs

La principale menace pour l’intégrité du sport et la sécurité des athlètes et des participants est la manipulation de matchs.

Comme défini ci-dessus, le trucage de matchs implique un effort délibéré et coordonné pour influencer le résultat d’une compétition sportive ou certains éléments de celle-ci. Cela implique généralement un joueur, un officiel du match, un entraîneur ou un autre membre du personnel qui a été corrompu par l’influence d’une autre partie. Cette influence prend la forme de pots-de-vin financiers, ainsi que de menaces physiques ou autres de la part de ceux qui parient sciemment sur des matchs truqués et en tirent un bénéfice financier, ou d’autres parieurs légaux qui peuvent subir des pertes financières. La manipulation d’éléments dans le cadre d’événements sportifs peut faciliter les paris sur des propositions, dans lesquels le pari consiste à savoir si quelque chose va se produire ou non dans le cadre de l’événement. Par exemple, une équipe sportive va-t-elle marquer plus ou moins de 100 points lors d’un match, ou un certain athlète va-t-il avancer sur plus ou moins 100 mètres lors d’un match de football?

Dans le cas d’une compétition manipulée, certaines personnes parieront généralement des sommes exceptionnellement élevées sur un résultat particulier de l’événement en question ou au sein de celui-ci, en ayant connaissance au préalable des actions de corruption prises pour garantir le résultat souhaité.

Le Canada n’est pas à l’abri. Canada Soccer a coupé les liens avec la LCS en 2013 après la découverte d’un truquage de matchs généralisé. En mai 2019, le CCES a chargé Sportradar d’entreprendre une analyse des sports au Canada afin d’évaluer les risques liés à la manipulation de matchs. Sur les 15 sports examinés, plusieurs ont été identifiés comme étant à haut risque pour la manipulation de matchs.

Les athlètes amateurs, ainsi que les athlètes professionnels qui gagnent de faibles revenus, sont particulièrement vulnérables à la menace du trucage des matchs. Et ces menaces s’étendent aux athlètes du Canada. Dans la majorité des cas, les athlètes sont victimes de truqueurs de matchs qui étudient leurs habitudes et leurs vulnérabilités et tentent ensuite de nouer des relations afin d’exploiter ces vulnérabilités (The Economist, 2018). Le problème est plus aigu dans les ligues et les événements de niveau inférieur où les athlètes gagnent moins d’argent et sont plus vulnérables aux pots-de-vin. Dans de tels cas, les truqueurs de matchs ont plus de succès lorsque les chances de jouer dans une des ligues marginales du monde loin des projecteurs se présentent (Rainbow, 2012).

Par exemple, un athlète peut être la cible d’une personne qui développe une relation et les « aide » par le biais de différents types d’influences ou d’échanges. Il peut s’agir de payer un souper au restaurant, de donner des cadeaux comme un téléphone cellulaire rehaussé, d’offrir un certain style de vie grâce à un accès VIP à des clubs, d’accéder plus rapidement à un service médical comme un rendez-vous pour un IRM, de se procurer des drogues illicites ou de fournir une aide financière en payant une facture. Au fil du temps, la personne peut demander à un athlète une faveur apparemment anodine, comme des informations sur la stratégie d’une équipe ou les blessures de l’équipe. Il finit par s’en servir comme levier pour obliger l’athlète à accepter un trucage par peur d’être exposé à une autre forme d’action fautive. Et une fois que l’athlète est corrompu, le truqueur l’a à sa portée.

Les athlètes dans une telle situation sont confrontés à des risques pour leur bien-être mental, à des atteintes à leur réputation si leur implication est découverte, à l’intimidation ou aux représailles, par le biais de menaces physiques envers eux-mêmes ou les membres de leur famille, et à la perte de leur carrière qui pourrait entraîner des difficultés financières.

Que font les autres pays et les fédérations sportives? Beaucoup plus que le Canada.

Une action internationale pour lutter contre la manipulation des matchs

L’évolution rapide de la technologie, la popularité croissante des plateformes de jeux en ligne et les changements législatifs révolutionnaires concernant les paris aux États-Unis soulignent la menace réelle et croissante de la manipulation de matchs au Canada. Le Canada, cependant, est mal équipé pour faire face à ce problème en raison d’une combinaison de politiques archaïques, de cadres juridiques non spécifiques et de la faible priorité accordée par le gouvernement. Bien que le Canada soit très en retard dans ce domaine, il existe de nombreux exemples de fédérations sportives gouvernementales et internationales qui s’attaquent activement à la manipulation de matchs et pour lesquelles les informations sont du domaine public. Le Canada peut tirer des enseignements et des avantages des approches et des meilleures pratiques suivantes :

La Convention du Conseil de l’Europe sur la manipulation de compétitions sportives (la Convention de Macolin) : La Convention de Macolin est un traité multilatéral qui vise à prévenir, détecter et sanctionner la manipulation de matchs dans le sport. La Convention de Macolin est un instrument juridique et la seule règle de droit international sur la manipulation de compétitions sportives. La Convention est ouverte à la signature et à la ratification des États membres et observateurs du Conseil de l’Europe, des États non membres qui ont participé à son élaboration, et de tout autre État sur invitation du Comité des ministres du Conseil de l’Europe. En juin 2020, elle comptait 38 États signataires et a été ratifiée par sept pays (cliquez ici pour la liste). Le Canada n’est pas signataire.

L’examen des dispositions australiennes en matière d’intégrité sportive (l’examen Wood) : L’examen Wood a été entrepris dans le cadre du Plan national pour le sport du gouvernement australien. L’objectif de la révision était d’examiner les menaces à l’intégrité nationale et internationale et les défis futurs, y compris l’augmentation des paris illégaux à l’étranger, les matchs truqués et le dopage dans le sport. (Commonwealth d’Australie, 2018). L’examen a également été chargé d’examiner les mérites de l’établissement d’une commission nationale dédiée à l’intégrité du sport.

Les menaces croissantes pour l’intégrité du sport en Australie, dues au dopage, aux paris illégaux, aux matchs truqués et à l’influence du crime organisé, ont été à l’origine de l’examen Wood. Selon le rapport de l’examen des dispositions australiennes en matière d’intégrité sportive, sans la présence d’une capacité de réponse globale, efficace et coordonnée à l’échelle nationale, la réputation durement acquise du sport dans ce pays risque d’être ternie, ainsi qu’une réduction potentielle des taux de participation et une diminution de la valeur sociale, culturelle et économique de l’investissement important de l’Australie dans le sport. 

Unité d’intégrité du tennis (UIT) : Créée en 2008, l’UIT est largement considérée comme l’un des meilleurs modèles de gouvernance anti-corruption dans un sport. Elle a été créée suite à l’acceptation des recommandations de l’étude environnementale du tennis. Organe indépendant de lutte contre la corruption chargé de faire appliquer les règles relatives à la corruption liée aux paris dans le tennis professionnel, l’UIT a trois priorités : prévenir la corruption; enquêter sur les délinquants et les poursuivre; et dispenser aux joueurs et aux parties prenantes une éducation anticorruption axée sur la reconnaissance et le signalement des activités de corruption.

Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) : Les matchs sont régis par le code de conduite de la FIHG, qui stipule : La règle 3 (Manipulation de compétitions) est adoptée comme moyen de préserver l’intégrité du hockey sur glace/in line en (i) interdisant toute conduite susceptible d’avoir un effet inapproprié sur le résultat d’événements et de compétitions de hockey sur glace/in line et (ii) en établissant un mécanisme d’application et de sanction pour ceux qui, par leur conduite interdite, mettent en danger l’intégrité du hockey sur glace/in line. (FIHG, 2018). En 2014, la FIHG a conclu un accord de partenariat avec Sportradar pour surveiller trois des tournois phares de la FIHG et assurer l’éducation et la formation des joueurs, des officiels, des administrateurs et des entraîneurs. La FIHG dispose désormais d’un programme de surveillance étendu qui couvre 18 championnats et événements organisés en trois niveaux.

Que peut faire le Canada? Créer de manière proactive une commission fédérale chargée d’examiner la question.

S’attaquer à la manipulation de matchs au Canada

Declan Hill, l’un des plus grands experts mondiaux en matière de trucage de matchs et de corruption dans les sports internationaux, a affirmé en 2013 qu’une vague de corruption frappe à la porte des sports nord-américains (Hill, 2016a), une affirmation qui se vérifie au Canada grâce à l’exemple de la LCS où des truquages de matchs effrénés ont été révélés. En 2012, l’émission The National de la CBC a révélé une histoire selon laquelle un joueur de la ligue aurait accepté un pot-de-vin pour truquer un match en 2009. Ce n’était que la partie émergée de l’iceberg, et il a finalement été révélé que toute la LCS était touchée, y compris la manipulation de pas moins de 42 % des matchs de la ligue (Rumsby, 2015). L’attention des médias internationaux à l’époque a conduit à une surveillance accrue et à des efforts d’enquête qui ont jeté une ombre sur le soccer canadien.

Malgré les preuves de trucage de matchs de soccer canadiens, le gouvernement du Canada a pris des mesures limitées pour faire face à ce problème croissant. Le cœur du problème? Selon M. Hill, les soupçons de trucage de matchs autour de la LCS ont été laissés s’envenimer par une combinaison de lois laxistes et d’indifférence officielle. Cette porte ouverte à la corruption sportive est liée à la mondialisation des jeux d’argent. Dans des pays comme le Canada, les matchs de soccer, même de bas niveau et avec peu de partisans, sont mis en jeu à des milliers de kilomètres de distance, ce qui rapporte des dizaines de millions de dollars aux arnaqueurs professionnels. Cela dure depuis des années et, dans ce pays, personne ne semble vouloir ou pouvoir l’arrêter. (Hill, 2016b)

Le Canada est limité dans sa capacité à poursuivre le trucage de matchs parce qu’il n’y a pas de dispositions spécifiques dans le Code pénal qui empêchent une telle activité. Un projet de loi d’initiative parlementaire a été présenté à la Chambre des communes pour légaliser les paris sportifs à événement unique (et donc les réglementer et pouvoir traiter les activités criminelles qui y sont associées) à trois reprises, mais il n’a jamais été adopté.

Les délégués et les experts du symposium ont proposé les recommandations suivantes comme moyen de faire progresser la communauté sportive canadienne :

  1. Créer une commission fédérale chargée d’examiner la question de la manipulation de matchs dans le sport canadien et de formuler des recommandations d’action.
  2. Devenir signataire de la Convention de Macolin.
  3. Entreprendre un examen des articles pertinents du Code pénal canadien, y compris des modifications visant à poursuivre les pratiques de corruption axées spécifiquement sur la manipulation de matchs dans le sport canadien.
  4. Accroître les efforts visant à éduquer et à informer les athlètes, les entraîneurs, les officiels et les organisations sportives sur les risques associés aux matchs truqués dans le sport.
  5. Créer une unité indépendante pour l’intégrité du sport au Canada.

Au-delà du livre blanc

Cela fait maintenant plus d’un an que le CCES et MGSS ont tenu le symposium sur la manipulation de matchs et les paris dans le sport, et plus de neuf mois depuis la publication du livre blanc résumé ci-dessus.

Sur le front mondial, nous avons vu des exemples de leadership fort. Par exemple, le gouvernement australien a annoncé la création du président-directeur général pour Sport Integrity Australia (SIA), une nouvelle organisation née des recommandations de l’examen Wood qui a commencé ses activités le 1er juillet 2020. SIA assumera la responsabilité de certaines des fonctions actuelles de Sport Australia et sera chargée d’examiner la question de la criminalité organisée dans le sport.

Malheureusement, au Canada, on constate toujours un manque décevant d’intérêt et d’activité pour traiter cette question. Malgré le risque connu pour la sécurité de nos athlètes, les meilleures pratiques disponibles, une convention gouvernementale internationale ouverte à la ratification de tous les pays du monde et que de nombreux pays ont approuvée, le sport canadien continue d’adopter une approche d’attente.

Le 25 février 2020, un projet de loi d’initiative parlementaire a été présenté (pour la quatrième fois) à la Chambre des communes du Canada afin de modifier le Code pénal pour permettre les paris sportifs sur des événements uniques au Canada. Le projet de loi C-218 peut être consulté ici. La communauté sportive devrait profiter de l’introduction de ce projet de loi pour solliciter le soutien du gouvernement afin de mettre en œuvre les recommandations décrites ci-dessus.

Si le Canada tient sérieusement à maintenir l’intégrité du sport canadien et à protéger la santé et la sécurité de ses athlètes, nous ne pouvons plus nous permettre de faire preuve de complaisance dans notre réponse aux paris et à la manipulation de matchs dans le sport.


Références

Commonwealth of Australia (Department of Health) (2018). Report of the Review of Australia’s Sports Integrity Arrangements.

Hartmann, M., Keen, B., Dawczyk, A. et Blaszcznski, A. (2016). Single-event sports betting in Canada: Potential Impacts. Gambling Research Exchange Ontario.

Hill, D. (2016a). Why sport is losing the war to match-fixers. Dans Global Corruption Report: Sport. Transparency International.

Hill, D. (12 décembre 2016b). Semi-pro Canadian Soccer League a hotspot of match fixing. Toronto Star.

International Ice Hockey Federation (2018). Code of Conduct.

Rainbow, J. (29 septembre 2012). Canada match fixing in the spotlight. World Soccer blog.

Rumsby, B. (14 octobre 2015). Revealed: Entire ‘Rogue League Corrupted by Match Fixing. The Telegraph.

The Economist (28 juin 2018). Match-Fixing: Sport’s Biggest Threat? [Vidéo]. YouTube.