Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport
rear view of black football player

George Floyd, Ahmaud Arbery, Breonna Taylor, Regis Korchinski-Paquet, et D’Andre Campbell sont les noms d’hommes et de femmes noirs qui ont été tués au cours de l’année qui vient de passer. Ces décès tragiques ont amorcé une conversation mondiale sur le racisme anti-Noirs, la brutalité policière, la suprématie de la race blanche, et les enjeux systémiques affrontés au quotidien par les personnes autochtones, noires, et de couleur (PANDC). Au sein du système sportif canadien, cette prise en compte de la question du racisme oblige les organisations à songer à leurs propres démarches et examiner les moyens par lesquels leurs politiques et pratiques perpétuent le racisme systémique dans leurs établissements. En tant qu’étudiants-athlètes, nous avons vu dans ce mouvement social l’occasion d’amorcer une révolution d’espoir à l’Université de Toronto, révolution qui semble se propager au système du sport universitaire de l’Ontario, et aux campus d’un bout à l’autre du pays.

Au mois de juin, 2020, onze athlètes PANDC, membres anciens et actuels des Varsity Blues, se sont regroupés pour soumettre au département de sport de l’Université de Toronto une lettre portant les signatures de plus de 100 étudiants-athlètes PANDC de cette université. Cette lettre a revendiqué le soutien du département dans la lutte contre les iniquités raciales subies de façon persistante par les étudiants-athlètes PANDC, en soulignant plusieurs scénarios où les étudiants-athlètes ont éprouvé des sentiments d’insécurité ou ont été ciblés par un traitement injuste, ceci en dépit des recommandations avancées en 2018 par le Groupe de travail pour la race et l’indigénéité de la Faculté de kinésiologie et d’éducation physique, et des efforts conséquents consignés dans le Rapport sur l’équité 2019-2020 de la Faculté. La responsabilisation des décideurs était essentielle à la réalisation de notre vision. La bonne volonté de la part du département de sport d’écouter nos idées et de faire front commun a donné lieu à des programmes novateurs et un engagement pour remédier au racisme sur le campus ciblant les athlètes PANDC des Varsity Blues.

La mise sur pied de la BIPOC Varsity Association

L’un des résultats les plus percutants de ce processus a été la mise sur pied de la BIPOC Varsity Association (BVA), un organisme officiel, dirigé par les étudiants, pour les athlètes des Varsity Blues s’identifiant comme étant PANDC. La BVA a été établie pour veiller à l’équité, la diversité, l’intégration, et l’antiracisme au sein des programmes des Varsity Blues de l’Université de Toronto, et pour fournir une tribune où les étudiants-athlètes PANDC peuvent faire connaître leurs préoccupations, s’exprimer sur leurs expériences, et créer une collectivité d’athlètes PANDC des Varsity Blues. Les histoires incluses dans notre vidéo BVA font ressortir certaines des expériences décourageantes et frustrantes qu’ont vécues les étudiants-athlètes PANDC à Toronto – ville qui est tenue comme une des plus multiethniques et multiraciales au monde.

Le plan d’action de l’université

black female varsity athlete throwing a pitch during softball competition

Un reportage spécial de CBC Sports sorti en juillet 2020 a présenté les résultats d’un audit visuel de postes supérieurs dans 56 universités canadiennes dans le ressort d’U Sports, incluant les directeurs sportifs et les entraîneurs en chef. L’enquête a indiqué que seulement 10% des plus de 400 postes examinés étaient détenus par des personnes PANDC. Seulement un directeur sportif sur toutes les universités examinées était une personne de couleur. En plus, des chercheurs du Centre for Sport Policy Studies de l’Université de Toronto ont effectué une analyse démographique d’athlètes-étudiants à neuf universités canadiennes en 2018 et ont conclu que les étudiants-athlètes PANDC étaient sous-représentés au sein de chaque sport et de chaque équipe, par rapport aux données démographiques notées pour la population estudiantine de leur université. Tout en reconnaissant la valeur de ces rapports pour faire état des enjeux persistants, les audits visuels ne constituent pas un compte rendu complet des expériences de groupes racisés, ni des données démographiques exactes.

Dans le but d’apporter un changement réel dans la lutte contre le racisme dans le sport universitaire, la BVA collabore avec la faculté de kinésiologie et d’éducation physique pour élaborer un plan stratégique qui prévoit plusieurs initiatives importantes :

  • Une personne ressource dédiée pour soutenir le travail de l’Association.
  • Des réunions bihebdomadaires entre les membres de la BVA et les décideurs du département de sport, en vue d’informer et contrôler les progrès.
  • Des initiatives visant à augmenter le nombre de PANDC nommées aux postes de chef d’équipe/capitaine d’équipe.
  • Des initiatives en vue de recruter et garder des entraîneurs noirs et autochtones.
  • L’allocation de ressources budgétaires pour soutenir les groupes et initiatives d’étudiants-athlètes PANDC.
  • Une collectivité de soutien pour athlètes noirs et autochtones.
  • Une augmentation des soutiens financiers offerts aux athlètes PANDC.
  • La création de cinq postes rémunérés permettant aux étudiants-athlètes PANDC de consacrer davantage d’heures de travail aux activités de la BVA.
  • Une reconnaissance permanente des droits territoriaux des Autochtones dans toutes les installations de sport.

Ces actions visent à tenir le programme des Varsity Blues (à savoir, les joueurs, les entraîneurs, le personnel, et les professeurs) responsable pour les expériences vécues par les membres PANDC. D’autres universités ont pris contact avec la BVA en demandant conseil sur les démarches pour s’attaquer au racisme et pour améliorer l’expérience de leurs propres étudiants-athlètes PANDC. La BVA a aidé bon nombre de ces établissements à lancer des groupes ayant un mandat similaire au sien.

Recherches sur les expériences des PANDC

Une autre priorité majeure de la BVA est la collecte de données sur la race. La BVA est largement impliquée dans le Projet antiracisme OUA Anti-Racism Project chapeauté par la Dre Janelle Joseph du laboratoire de recherche Indigeneity, Diaspora, Equity and Anti-racism in Sport (IDEAS) Research Lab à l’Université de Toronto. Ce projet recueille des données démographiques et des détails d’expériences vécues au sein de l’association de sport universitaire Ontario University Athletics (OUA). Au niveau des départements de sport universitaires individuels, les données sur la race ont été officiellement recensées seulement en quantités limitées.

two female varsity basketball players reach for the basketball during a game

Le projet est fondé sur un sondage sur les expériences de racisme parmi les étudiants-athlètes, les entraîneurs, et les administrateurs de sport. Ce sondage débouchera sur des groupes de discussion et des entretiens. Le projet tient à utiliser ces données afin d’informer les stratégies et les projets futurs pour faire de l’OUA une association plus sécuritaire et plus inclusive. Dans un article du journal U of T News sur le projet, la Dre Joseph a souligné l’incidence potentielle du projet : « Avec ses 9 500 étudiants-athlètes, 200 entraîneurs, et un personnel de soutien de 2 000, l’OUA est un sujet idéal pour nos recherches et nos actions sur le racisme dans le sport et dans le milieu scolaire …En examinant les données démographiques et les expériences de racisme des étudiants-athlètes, des entraîneurs, et des administrateurs de sport, nous espérons contribuer à la mise en place de politiques, de pratiques, et de formations antiracistes au sein de l’OUA. » Le projet a été inspiré en partie par les recommandations énoncées en octobre 2020 par le groupe de travail Black, Biracial, Indigenous Task Force de l’OUA.

Si nous voulons faire tomber les barrières posées par le racisme systémique à nos étudiants-athlètes, il faut en tout premier lieu écouter leurs expériences et mettre fin au mythe selon lequel le sport est une sorte de bastion, exempt de barrières fondées sur le racisme. Et c’est précisément la mission de ce projet novateur. L’heure est à la création d’un avenir où les étudiants-athlètes PANDC ont un vrai sentiment d’appartenance et de sécurité dans le milieu du sport canadien.

Répercussions personnelles

Même si nous avons déjà fait un bon bout de chemin, il reste encore beaucoup de travail à faire. Cela dit, sur le plan personnel, notre participation à la BVA nous a déjà procuré des expériences déterminantes.

Jada Roach : Ma participation à la BVA a été une des expériences les plus significatives et marquantes de ma carrière universitaire. J’ai eu l’occasion de tenir de grandes conversations sur mon expérience en tant que femme noire. Cela a fait naître en moi une puissante volonté de faire ma part dans un mouvement pouvant réaliser des changements significatifs. Quand j’ai vu l’appel à candidatures au poste de chef des communications de la BVA, je ne connaissais pas l’association, mais je savais que je voulais m’y impliquer. Ma participation à la BVA me donne le sentiment d’avoir un but bien précis dans la vie. J’ai le sens que je contribue quelque chose de significatif à la communauté de l’Université de Toronto et même au-delà. Ce rôle m’a permis de retrouver un groupe de personnes vraiment sympas, qui se passionnent pour le changement. C’est vraiment grisant de lancer un nouveau projet ou de cocher la case d’une tâche accomplie. Je suis certaine que je resterai active au sein de la BVA pour bien des années à venir.

Devon Bowyer : Grosso modo, ma participation à la BVA et au laboratoire de recherche IDEAS a été une expérience remarquable. Il est étonnant de réaliser que tout cela est le produit d’une lettre à notre département de sport portant les signatures de plus de cent athlètes PANDC des Varsity Blues. Je n’aurais jamais imaginé que la BVA aurait achevé une telle envergure. La BVA va certainement rester disponible pour aider les autres étudiants-athlètes PANDC qui cherchent à établir des associations similaires dans leurs universités. Je suis vraiment content de ce que la BVA a réalisé jusqu’à date, mais il reste encore du pain sur la planche. Le racisme systémique ne va pas disparaître du jour au lendemain; il va falloir du temps et de l’effort pour réaliser un changement significatif. J’encourage les autres personnes dans les autres universités à s’exprimer et à joindre leur voix à la lutte pour le changement systémique. Vous n’en savez rien tant que vous n’avez pas essayé.


A propos de(s) l'auteur(s)

Devon Bowyer est né et a été élevé à Toronto mais s’identifie comme étant un colon de souche indo-antillaise. De 2013 à 2018, Devon a joué pour l’équipe de soccer masculin des Varsity Blues de l’Université de Toronto lorsqu’il complétait un diplôme de premier cycle en études de la santé et études de développement international au campus de Scarborough de l’Université de Toronto. À l’heure actuelle, Devon fait une maîtrise en santé publique avec spécialisation en santé autochtone à l’Université de Toronto. Il est président 2020-2021 au sein de la BVA.

Jada Roach est née à Saskatoon, SK et habite actuellement à Toronto. Jada est issue d’une ascendance multiraciale et s’identifie comme étant un colon. Jada est une Noire qui est membre de l’équipe d’athlétisme des Varsity Blues et qui fait des études de premier cycle en kinésiologie. Elle remplit le rôle de chef des communications au sein de la BVA.

Références

Black, Biracial, Indigenous (BBI) Task Force. (2020). Ontario University Athletics (OUA).  https://oua.ca/sports/2020/8/31/bbi_task_force.aspx

Damjanovic J. (2021, February 1) Researchers at U of T team up with Ontario University Athletics for anti-racism study. U of T News. https://www.utoronto.ca/news/researchers-u-t-team-ontario-university-athletics-anti-racism-study

Damjaenovic, J. (May 29, 2018). Canada’s university-level sports teams not as diverse as their student bodies, U of T study finds. University of Toronto, Faculty of Kinesiology and Health Science. https://www.kpe.utoronto.ca/faculty-news/canadas-university-level-sports-teams-not-diverse-their-student-bodies-u-t-study-finds

Department of Kinesiology and Health Science. (2019). Equity Report. University of Toronto. https://kpe.utoronto.ca/sites/default/files/equity_report_2020_27_june_final_0.pdf

Heroux, D., Strashin, J. (July 15, 2020). Sidelined: How diversity in Canada’s sports leadership falls short. CBC Sports. https://www.cbc.ca/sports/diversity-canadian-sports-leadership-falls-short-1.5648402

Task Force on Race and Indigeneity (December 2018). Final Report. University of Toronto, Faculty of Kinesiology and Physical Education. https://kpe.utoronto.ca/sites/default/files/kpe_task_force_on_race_and_indigeneity_-_final_report_w_appendices_revmar42019_0.pdf