Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport
Hundreds of empty yellow seats in a stadium that has been shut off to spectators during the coronavirus pandemic.

Points saillants

  • Les amateurs de sport et les spectateurs, de la communauté au niveau professionnel, ont dû connecter avec leurs équipes et athlètes préférés de nouvelles façons pendant la pandémie.
  • Les organisations de sport, les diffuseurs, les ligues et les équipes canadiennes favorisent l’engagement des partisans grâce à l’innovation technologique, des stades virtuels aux services de diffusion en continu.
  • L’introduction de nouvelles technologies, y compris des applications avancées de vidéoconférence et de diffusion en continu, aide à créer des communautés virtuelles centrées sur le sport, ce qui est un élément clé de l’engagement des partisans.
  • Les organisations de sport peuvent, et doivent, créer des moments spéciaux pour les partisans. Par exemple, les rencontres virtuelles sont un excellent moyen de mettre les partisans en contact avec leurs athlètes et leurs équipes préférés.

Le sport, comme toutes les industries, s’est adapté aux défis de la pandémie de la COVID-19 qui est toujours présente. Des compétitions et des événements ont été annulés ou se sont poursuivis dans des stades vides. Au cours de la dernière année, les athlètes de haut niveau se sont habitués à de longues périodes d’isolement et à se produire sur les plus grandes scènes du monde sans le rugissement des foules. Dans le même temps, les partisans ont trouvé de nouveaux moyens de connecter, depuis chez eux, avec leurs athlètes et équipes préférés.

Après l’annonce qu’aucun spectateur étranger ne pourrait entrer au Japon cet été pour les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020, les Jeux seront un spectacle unique. Ayant été reportés à 2021 en raison de la pandémie de la COVID-19, les Jeux représentent un défi pour les organismes de sport canadiens qui cherchent à développer leur base de partisans et à rehausser le profil de leur sport pendant les Jeux, malgré l’absence de spectateurs étrangers.

Heureusement, les organismes de sport canadiens, les diffuseurs, les ligues et les équipes ont eu près d’un an et demi pour s’adapter à la « nouvelle réalité » de la pandémie. Pendant ce temps, l’innovation numérique a stimulé l’engagement et fait évoluer l’expérience des partisans. Néanmoins, les principes fondamentaux de l’amateur de sport restent les mêmes : il s’agit de s’engager auprès de ses athlètes ou équipes préférés, de bâtir une communauté centrée sur le sport et de vivre des moments spéciaux.

Cet article se penche sur les leçons et enseignements d’un diffuseur de sport canadien, d’une organisation de sport et de divertissement professionnel, d’une entreprise de diffusion de sport, ainsi que d’une ligue et d’une équipe professionnelles. Leurs histoires offrent des stratégies et des exemples pour améliorer l’expérience de visionnement et d’engagement de tout spectateur.

Susciter l’engagement par l’innovation

Pour les organisations de sport, les entreprises et les diffuseurs canadiens, la pandémie a présenté de nouvelles opportunités et de nouveaux défis. Ces opportunités ont permis à des publics nouveaux et plus diversifiés de suivre le sport dans tout le pays. La force motrice derrière ces opportunités ? Les nouvelles technologies et l’innovation numérique.

Par exemple, en tant que partenaire officiel de diffusion d’Équipe Canada, CBC Sports a adapté sa couverture d’un large éventail de sports, du basketball au curling. Cela a été largement facilité par les nouvelles technologies que Monika Platek, productrice principale des médias sociaux à CBC Sports, aime appeler « les nouvelles choses brillantes que nous n’avions pas il y a un an. »

Homme portant des écouteurs parlant dans une caméra à l'intérieur d'un bureau.

Au cours de l’année écoulée, CBC Sports a commencé à utiliser les Instagram Reels, de courtes vidéos en ligne qui permettent aux Canadiens de vivre des moments à couper le souffle ou des exploits sportifs incroyables, et de partager à nouveau le contenu généré par les athlètes. L’introduction de StreamYard est une autre innovation découlant de la pandémie. En tant que plateforme de diffusion sociale facilement accessible pour les balados et les émissions web, StreamYard a permis à CBC Sports de produire des émissions spécifiques au sport avec des contributeurs de tout le Canada. Par exemple, les patineurs artistiques Dylan Moscovitch et Asher Hill ont animé That Figure Skating Show sur la chaîne YouTube de la CBC tout au long de l’hiver. De plus, la curleuse canadienne et personnalité médiatique Colleen Jones s’est jointe au journaliste de la CBC Devin Heroux pour animer That Curling Show. En mettant en avant des sports sous-représentés, CBC Sports a reçu d’excellents commentaires de la part de la communauté sportive et a touché de nouveaux partisans.

« StreamYard nous a permis d’abattre les barrières géographiques et de réunir soudainement toutes sortes de personnes dans le même espace virtuel », a expliqué Mme Platek.

À la manière de CBC Sports, de nombreuses ligues, équipes et entreprises au Canada ont tiré parti des innovations numériques pour se rapprocher des partisans et des spectateurs. Au niveau professionnel, Maple Leaf Sports & Entertainment Ltd. (MLSE), propriétaire d’équipes professionnelles basées à Toronto, dont les Maple Leafs de Toronto et les Raptors de Toronto, a créé la Digital Arena, où les partisans peuvent interagir entre eux et participer à des jeux en ligne. De même, la Canadian Premier League (CPL), une ligue professionnelle de soccer, a mis au point un « stade virtuel » en réalité augmentée pendant sa saison 2020, qui a amélioré l’expérience de visionnement pour les partisans qui regardaient le match depuis chez eux.

Duncan Fraser, directeur de l’expérience événementielle chez MLSE, affirme que son équipe « commence à utiliser beaucoup le terme “hybride” » lorsqu’elle discute des plans post-pandémie. Bien que tout le monde soit impatient de revenir aux sports et aux expériences des spectateurs en personne, certains avantages de l’expérience virtuelle seront probablement maintenus.

Par exemple, MLSE organise des ateliers pour les entraîneurs locaux de hockey et de basketball dans les installations d’entraînement respectives des Maple Leafs et des Raptors. Pendant la pandémie, ces ateliers ont été faits en ligne. Au lieu de la participation habituelle de 300 à 400 entraîneurs, la plateforme en ligne a permis de rejoindre 2 500 entraîneurs de 43 pays du monde entier. Bien qu’elle ne soit pas spécifique aux partisans, cette expérience a montré à MLSE que les plateformes virtuelles avaient le potentiel d’étendre la portée de l’organisation.

Two young female basketball athletes jump for the ball during a game.

En 2020 et 2021, les organisations ont accéléré leur mise en œuvre de services de diffusion pour les sports de jeunes, amateurs et scolaires. GameOnStream est une entreprise canadienne qui fournit une technologie de diffusion de pointe pour les ligues et les sites sportifs en Amérique du Nord. Utilisant la technologie de l’intelligence artificielle (IA) pour faire fonctionner ses systèmes de caméra au lieu d’un caméraman en personne, les services de GameOnStream sont devenus de plus en plus populaires pendant la pandémie.

« La pandémie a accéléré le rythme auquel les gens se rendent compte que s’ils n’ont pas de service de diffusion, ils devraient l’avoir, puis ils trouvent le moyen de le faire », a expliqué Bob Wilkinson, PDG de GameOnStream.

M. Wilkinson estime que « le service de diffusion a un effet positif sur l’engagement des gens à suivre et à soutenir le sport, en particulier chez les jeunes ». Ces avantages ne se limitent pas aux spectateurs, mais s’étendent également à l’analyse, à l’enseignement, à l’examen des vidéos de match et aux examens en cours de match pour donner des pénalités.

Des diffuseurs sportifs nationaux jusqu’aux services de diffusion indépendants, ces exemples montrent comment les nouvelles technologies et l’innovation numérique favorisent l’engagement des partisans et les expériences des spectateurs virtuels à tous les niveaux du sport, non seulement pendant la pandémie, mais aussi pour les années à venir.

Créer des liens et un sens de communauté

Si la technologie a permis de maintenir l’expérience des partisans à flot pendant la pandémie, elle ne constitue qu’une partie de l’équation. Au fond, être un amateur de sport, c’est créer des liens, que ce soit avec son équipe ou son athlète préféré, ou avec d’autres partisans. La signification et le développement de ces liens ont considérablement changé au cours d’une année marquée par la l’éloignement physique, la quarantaine et l’isolement. Bien qu’il se soit rapidement tourné vers l’engagement des amateurs pratiquement au début de la pandémie, le secteur du sport s’est surtout attaché à s’assurer que les liens étaient toujours établis et maintenus. Pour ce faire, les organisations de sport ont dû reconnaître certaines réalités et faire preuve de créativité.

« En tant que spécialistes du marketing, nous nous sommes demandé comment créer une expérience à domicile qui donne l’impression d’être dans l’arène. C’est impossible. C’est la beauté du sport en direct », a expliqué M. Fraser.

Rear view of female hockey spectators watching a hockey game in an arena.

MLSE a compensé cette réalité par une innovation poussée. Au printemps 2021, MLSE a lancé la Digital Arena pour présenter des éléments d’une salle de spectacle aux partisans à domicile. Tout en regardant un match des Maple Leafs ou des Raptors sur leur téléviseur, les partisans pouvaient accéder à la Digital Arena via une application pour téléphone intelligent. Cette application facilitait l’engagement des partisans en utilisant des outils tels que des concours de questions, des forums de discussion et des tirages 50/50. Les partisans ont ainsi pu se rapprocher de leurs équipes favorites, mais aussi les uns des autres, et développer un sentiment d’appartenance à la communauté.

Les matchs de la Ligue nationale de hockey (LNH) et de la National Basketball Association (NBA) ont également pu rejoindre des millions de partisans de façon constante grâce aux partenaires de diffusion tels que RDS, la CBC et Sportsnet. En fait, le nombre de téléspectateurs canadiens de hockey pendant la pandémie a considérablement augmenté par rapport aux années précédentes.

Bien que MLSE ait pris des mesures pour promouvoir l’engagement des partisans pendant les matchs, elle a également réalisé que la plupart des expériences des amateurs ont lieu en dehors des matchs. « Il y a un an, un groupe d’événements en direct faisant face à une pandémie n’était pas nécessairement excitant, mais nous avons créé une tonne d’expériences incroyables à la maison pour nos partisans qui ont été rehaussées tout au long de l’année », a déclaré M. Fraser.

L’équipe chargée de l’expérience événementielle de MLSE a planifié des centaines d’événements allant d’appels Zoom personnels avec les légendes des Maple Leafs à des leçons de cuisine avec les chefs de MLSE, en passant par l’envoi de rondelles le jour du match aux heureux détenteurs de billets de saison. Ces idées variées et créatives ont permis aux partisans de toutes sortes de s’enthousiasmer et de rester connectés avec leurs équipes préférées. MLSE a efficacement couplé ses expériences de jeu, comme la Digital Arena, avec des expériences hors jeu, comme les rencontres virtuelles, qui impliquent continuellement les bases de partisans des équipes.

Cela dit, MLSE a eu la chance d’entrer dans la pandémie avec des ressources suffisantes et des bases de partisans importantes et de longue date pour ses équipes. Pendant ce temps, les sports et les ligues moins connus ont dû trouver des moyens d’établir des liens avec de nouveaux amateurs et utiliser des ressources plus limitées pour atteindre leurs partisans. Par exemple, le soccer canadien est resté un sport centré sur les partisans, avec des groupes de dévoués et des adeptes fidèles tout au long de la pandémie. Cela n’est nulle part plus évident qu’en Nouvelle-Écosse, où se trouve le Halifax Wanderers Football Club (HFX Wanderers). Bien que le HFX Wanderers soit une toute nouvelle équipe, ses partisans se sont regroupés pour former une communauté dynamique et inclusive dont l’influence s’étend au-delà du sport.

Side-view of a men's soccer team lined up in two rows before the start of a match. Wearing blue uniforms.

La devise du club, #TogetherFromAways (ensemble de loin), illustre la force de la communauté de l’équipe face aux défis. Le directeur du marketing et de la marque des HFX Wanderers, Dylan Lawrence, a déclaré : « À Halifax, nous n’avons pas ces grandes franchises de la LNH ou de la NBA. Je pense qu’il y a beaucoup de gens dans cette communauté qui avaient besoin d’une plateforme comme les Wanderers pour montrer cet amour les uns pour les autres et le soutien du jeu. »

M. Lawrence décrit également la pandémie comme « une bénédiction déguisée; il était bon pour nous d’avoir l’occasion de comprendre un peu mieux le marché sans que le soccer soit le principal centre d’intérêt ». Cela a aidé le club à trouver de nouvelles façons d’interagir avec ses partisans et d’établir sa présence au sein de la communauté d’Halifax. Par exemple, les joueurs des HFX Wanderers ont participé à des initiatives de vaccination et ont établi des relations avec des clubs de soccer locaux pour les jeunes. Les partisans ont répondu de la même manière. Un exemple est celui de la « superfan » Missy Searl, plus connue sous le nom de « Mama Searl ». Elle a cuisiné et livré des repas personnalisés aux joueurs de l’HFX lors du plus récent confinement de la Nouvelle-Écosse. Tout au long de la pandémie, les HFX Wanderers et les partisans ont noué de nouveaux liens et approfondi les liens préexistants.

MLSE et HFX Wanderers représentent les extrémités opposées du spectre du sport professionnel au Canada. L’une possède certaines des franchises sportives les plus connues au Canada, tandis que l’autre se construit à partir de rien dans le cadre d’une nouvelle ligue. Cependant, tous deux ont reconnu l’importance de rester en contact avec les partisans pendant la pandémie en continuant à bâtir leurs communautés sportives respectives.

Créer des moments spéciaux

La pandémie a donné au sport l’occasion d’attirer de nouveaux publics et d’expérimenter des technologies de pointe. Mais l’aspect le plus passionnant de la vie d’un partisan de sport reste le même : les moments spéciaux où on est rivé sur le bord de notre siège. Ce sont ces moments qui rendent le sport mémorable.

Groupe de supporters regardant un match de football sur le canapé de leur domicile. Ils célèbrent un but.

Heureusement, il n’est pas nécessaire d’être sur place pour vivre ces émotions. Des millions de Canadiens et de Canadiennes ont célébré le but en or de Sidney Crosby en 2010 à la maison avec leur famille et leurs amis. Des foyers entiers ont applaudi depuis leur divan lorsque Penny Oleksiak est revenue en force pour remporter l’or au 100 m en nage libre à Rio de Janeiro. Dans tout le pays, des partisans ont célébré le championnat 2019 des Raptors de Toronto. Malgré les circonstances difficiles de la pandémie, des moments comme ceux-là n’ont pas disparu. Les amateurs peuvent les vivre depuis chez eux, et la pandémie a même rendu ces moments plus accessibles à toute la population canadienne.

« Au début [de la pandémie], nous étions toujours à la recherche de la plus grande et de la meilleure idée. Comment allons-nous faire en sorte que des milliers de personnes regardent le match ensemble? », a expliqué M. Fraser de MLSE. Cette idée s’est avérée être un piège. Comme MLSE l’a rapidement compris, l’engagement des partisans dépend souvent moins de la taille de la foule que de la qualité de l’expérience.

« Les gens en ont assez des écrans. À moins que ce moment ne soit vraiment spécial, ou qu’il ne soit propre à cette personne, cela n’en vaut pas la peine », a ajouté M. Fraser.

C’est ce qui a incité MLSE à mettre en place des rencontres virtuelles plus petites et des expériences personnalisées qui ont créé des moments spéciaux pour les partisans et les athlètes. Alors que les rencontres en personne peuvent parfois être gênantes pour les athlètes professionnels, M. Fraser affirme que les joueurs ont eu d’excellents commentaires sur les événements virtuels de cette année : « Ils étaient drôles et engageants. Les joueurs n’ont pas arrêté de parler. Ils ont adoré partager leurs histoires. »

Il est intéressant de noter que la pandémie a suscité une nouvelle soif de « moments spéciaux » au niveau local également. Les membres de la famille étant souvent dans l’impossibilité d’assister aux entraînements et aux compétitions de leurs enfants en raison des limites de capacité et des exigences d’éloignement physique, la technologie de diffusion en continu a joué un rôle clé en permettant aux familles, aux amis et aux camarades de classe d’assister aux événements sportifs des jeunes et des écoles.

Les parents qui ne peuvent pas se rendre à un match peuvent quand même regarder leurs enfants. Et les élèves peuvent encourager l’équipe de leur école à distance. « Vous pouvez regarder le match depuis le stationnement sur votre téléphone ou sur votre tablette à la maison. Tous les matchs sont en direct et sur demande », a expliqué M. Wilkinson en parlant de GameOnStream.

Les personnes âgées, qui ont été particulièrement isolées pendant la pandémie en raison de problèmes de santé, peuvent également regarder leurs petits-enfants sur le terrain, le court ou la glace, depuis leur ordinateur.

« Nous recevons des lettres et des notes incroyables de grands-parents qui ont pu voir leurs petits-enfants », a ajouté M. Wilkinson.

Il y a peut-être moins de gens dans les tribunes pour voir un but spécial, mais il y en a beaucoup plus derrière un écran.

Vers une « nouvelle réalité » pour l’engagement des partisans

Family in red and white sports jerseys cheering in living room

Avec Tokyo 2020 à l’horizon et Beijing 2022 par la suite, les leçons tirées de la pandémie en matière d’engagement des partisans sont déjà mises en pratique. CBC Sports a étendu son utilisation de la plateforme StreamYard pour couvrir les essais olympiques de Natation Canada ainsi que le dernier tournoi de qualification olympique de l’équipe masculine de basketball du Canada, à la fin juin. En outre, une soirée de surveillance virtuelle à laquelle participeront des invités et des commentateurs est prévue pour la cérémonie d’ouverture de Tokyo 2020, le 23 juillet. Et si une petite délégation de médias se rendra au Japon cet été, la majeure partie de la couverture olympique et paralympique proviendra du Canada.

« Nous sommes vraiment en bonne position pour aborder les Jeux depuis cette sorte d’espace virtuel, car nous le faisons maintenant depuis 16 mois. Nous avons beaucoup innové et changé au cours de l’année dernière, et je pense que nous sommes vraiment prêts à aborder ces jeux depuis nos bureaux à domicile », a déclaré Mme Platek de CBC Sports.

Dans les moments difficiles, le sport s’est avéré être un facteur d’unité pour les partisans du monde entier. Face à cet immense défi, les entreprises et les organisations de sport canadiennes ont adopté plusieurs stratégies innovantes pour faire participer leurs partisans de manière virtuelle et renforcer les communautés centrées sur le sport. Qu’il s’agisse d’appels Zoom personnels avec des athlètes ou de nouveaux programmes spécifiques au sport, l’innovation numérique continue de prospérer et de connecter les partisans entre eux et avec les moments spéciaux qu’offre le sport. Pendant ce temps, la communauté sportive continue de se développer.

Comme le fait remarquer Dylan Lawrence de HFX Wanderers, cette année pour les partisans de sport a consisté à « reconnaître que nous errons tous individuellement, mais c’est lorsque nous errons ensemble que la vie est comme elle devrait être. »


A propos de(s) l'auteur(s)

Adam Steiner est un assistant de contenu au SIRC, où il écrit sur le secteur du sport au Canada. Il est également étudiant de premier cycle à l’Université McGill, où il étudie les sciences politiques et les statistiques. Son intérêt pour les données, les politiques et la santé se reflète dans son amour du sport. Il a été rameur et aime maintenant courir, faire du vélo et lire dans ses temps libres.

Veronica Allan, Ph.D., est gestionnaire de la recherche et de l’innovation au SIRC. Elle dirige les initiatives de recherche et d’évaluation du SIRC. Elle sollicite, soutient et conserve le contenu des chercheurs, des experts et des leaders d’opinion afin de diffuser les connaissances pour le secteur du sport et de l’activité physique au Canada. Son expérience en tant que chercheuse, journaliste et athlète lui a permis d’acquérir un ensemble de compétences uniques et une passion pour les données, les récits et le sport.


Les informations présentées dans les blogues du SIRC et les articles du SIRCuit sont exacts et vérifiées à la date de publication. Les développements qui surviennent après la date de publication peuvent avoir un impact sur l'exactitude actuelle de l'information présentée dans un blogue ou un article publié précédemment.