Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

En décembre 2019, le Conseil des Jeux du Canada (CJC) a signé le cadre de l’ONU pour le sport au service de l’action climatique et élabore actuellement une nouvelle stratégie de durabilité. Afin de mieux comprendre l’impact du changement climatique sur les athlètes canadiens, le CJC a fait appel à deux anciens participants aux Jeux du Canada, le surfeur professionnel Craig McMorris et la coureuse de steeplechase olympique Geneviève Lalonde. Du recul des glaciers à la compensation de l’empreinte carbone, Craig et Geneviève partagent leurs expériences de première main en matière de sport et de changement climatique. Pour en savoir plus sur les antécédents de Craig et Geneviève, suivez ce lien.

CGC : Pourquoi le mouvement pour l’action climatique est-il important pour vous ?

Craig McMorris : Le mouvement en faveur du changement climatique est important pour moi, car je passe ma vie à l’extérieur — et je le ferai toujours — parce que ma vie est intrinsèquement liée à la nature. J’ai l’impression que le moins que je puisse faire est de participer au mouvement d’action pour le climat afin d’aider à protéger cette partie intégrante de ma vie. Protéger les lieux que vous aimez du changement climatique est une évidence, mais nous devons travailler ensemble pour obtenir plus que ce que chacun d’entre nous peut obtenir individuellement.          

Geneviève Lalonde : C’est important pour moi, car je veux que tout le monde ait les mêmes chances de voir le monde que moi. La beauté des aurores boréales et des marées océaniques, l’immensité des forêts anciennes — ce sont des expériences que seule la nature peut produire. Je pense que les humains doivent mieux apprécier les espaces dans lesquels nous vivons et comprendre les processus naturels qui nous permettent de voir le beau soleil se lever chaque jour.

CGC : Avez-vous constaté les effets du changement climatique dans vos endroits préférés ?

Craig : Beaucoup de gens dans le monde des sports d’hiver constatent les effets du changement climatique dans les endroits où nous faisons du snowboard et du ski. Par exemple, Whistler Blackcomb a récemment retiré la barre en T du glacier Horstman en raison de la diminution de l’enneigement pendant des années. En voyant de près le recul du glacier sur le mont Blackcomb, les impacts du réchauffement des températures deviennent très réels. 

garbage in ocean. pollution

Geneviève : Les paysages océaniques connaissent également des changements majeurs. Les plages locales sont fermées à cause de la pollution. L’augmentation des températures et l’élévation du niveau de la mer mettent à rude épreuve les sentiers qui longent le bord de mer et l’acidité des océans joue un rôle énorme dans la dégradation de la vie et des habitats marins. De nos jours, lorsque je peux me rendre à l’océan, je constate souvent que la brise salée est combinée à une odeur d’essence ou à l’odeur de déchets en décomposition sur la plage. Ce n’est vraiment plus aussi agréable qu’avant. Mais cela me rappelle qu’il y a tant de travail à faire pour aider notre planète.

CGC : Votre statut d’athlète professionnel vous amène à voyager dans le monde entier. Ces voyages vous concernent-ils en termes de contribution au changement climatique ?

Craig : Mon expérience directe des effets négatifs du changement climatique me fait craindre les voyages liés à ma profession. Cependant, je reconnais que je ne serais pas là où je suis aujourd’hui sans ces voyages et cette exposition. En tant qu’ambassadrice de Protect our Winters, je me fais un devoir d’utiliser la plateforme que j’ai obtenue grâce au snowboard pour essayer d’éduquer et d’informer les gens sur le changement climatique et ses impacts. Les individus ont différentes options lorsqu’il s’agit de contribuer à l’action en faveur du climat. J’essaie de compenser ces déplacements dans d’autres aspects de ma vie et par mon activisme environnemental public.

Geneviève : En tant qu’athlète, les exigences sont plus élevées que jamais en ce qui concerne nos déplacements à l’étranger pour participer à des compétitions. Le transport aérien produit des niveaux très élevés de CO2 et est un facteur important du réchauffement climatique. Chaque fois que je monte dans un avion, je reconnais ce que je fais à la planète et mon cœur s’enfonce, car je connais les conséquences de mes actions. Il est contradictoire d’être aussi passionnée par l’environnement et le sport en même temps : certain jour ils vont très bien ensemble et d’autres pas.

CGC : Geneviève, avez-vous apporté des changements à votre vie ou à vos habitudes pour réduire votre empreinte carbone ? 

Photo de Geneviève Lalonde

Geneviève : Cela a été un défi amusant de voir ce que nous pouvons faire en tant qu’athlètes pour réduire notre empreinte carbone. Quand je suis à la maison, c’est facile. Nous faisons nos courses localement et soutenons les entreprises locales, nous vivons simplement sans consommer trop de marchandises, nous trouvons d’autres façons de faire les choses qui demandent moins d’énergie et nous essayons de mélanger nos repas pour avoir une alimentation équilibrée de protéines d’origine locale.            

Cependant, lorsque vous êtes à l’étranger, les possibilités sont moins nombreuses. Souvent, la qualité de l’eau n’est pas ce qu’elle est au Canada, de sorte que nous devons recourir à l’externalisation de l’approvisionnement en eau. Dans certains pays, pour éviter les troubles digestifs, nous devons importer nos aliments et apporter ou acheter du matériel de préparation des aliments. Je fais de mon mieux pour voyager avec l’essentiel, afin de ne pas devoir acheter tout le nécessaire et le laisser derrière moi, et nous apportons des Tupperwares réutilisables partout où nous allons.

CGC : Craig, pouvez-vous nous en dire plus sur votre rôle d’ambassadeur de Protect our Winters ?

Craig : Protect our Winters (POW) a été lancé par Jeremy Jones, un snowboardeur de longue date, pour réunir les athlètes professionnels, les amateurs de plein air, les marques de l’industrie et la communauté des sports de plein air afin de lutter contre le changement climatique. Je suis très fier de la capacité de la communauté des snowboardeurs à s’engager pour une action positive sur le changement climatique. La vision de POW Canada est que les communautés et les terrains de jeux de plein air soient sains, sûrs et résistants au changement climatique.

Mon rôle au sein de ce groupe est d’aider à éduquer et à promouvoir l’action climatique au Canada. Je ne suis en aucun cas un expert en matière de changement climatique, mais POW joue un rôle essentiel dans l’éducation de la communauté des activités de plein air et dans la promotion de l’action climatique au Canada et ailleurs. Par exemple, la récente campagne #NewPath de POW a vu plus de 10 000 personnes écrire aux ministres canadiens pour promouvoir un cadre pour une nouvelle voie vers un avenir prospère et vert.       

CGC : Quel rôle le sport peut-il jouer dans l’action en faveur du climat et du développement durable ?

Geneviève : Le sport est, en son essence même, une célébration de la diversité et de l’excellence. Les gens considèrent souvent les athlètes et les événements sportifs comme les piliers de la création de rassemblements. Nous devons développer des systèmes durables qui ne se contentent pas de jouer un rôle dans la lutte contre le changement climatique, mais qui nous permettent intrinsèquement de mieux comprendre nos systèmes naturels. Nous devons éduquer les autres sur la manière de poursuivre l’excellence dans le sport et de le célébrer, sans sacrifier l’environnement.

CGC : Le Conseil des Jeux du Canada élabore actuellement sa stratégie de durabilité à long terme dans le but de susciter des changements positifs. Avez-vous des idées sur ce que les organisations sportives devraient s’efforcer de réaliser ?

Craig : Un engagement élevé dans le sport en fait une plateforme importante pour encourager des changements positifs dans la société. Je pense que, si vous avez le public que le sport a, pourquoi ne pas l’utiliser pour améliorer le monde ? Les organisations devraient réfléchir à la manière dont elles peuvent utiliser leur plateforme pour inspirer un changement positif, non seulement dans le domaine du changement climatique, mais aussi dans celui de la justice sociale, de l’égalité et de la diversité.

Geneviève : Je pense que le Conseil des Jeux du Canada et la stratégie de durabilité à long terme montrent que les Jeux du Canada ne pensent pas seulement à accueillir de grands événements pour soutenir le développement du sport, mais aussi à la manière de créer un événement qui laisse un héritage durable. Un plan de durabilité efficace examine les impacts d’un événement sur la communauté d’accueil et la manière dont il peut devenir le précurseur d’un événement plus écologique et plus résistant à l’avenir. Je crois sincèrement qu’il existe des moyens pour les événements sportifs de contribuer au développement des communautés et de leur environnement pour le mieux, et je pense que c’est ce que les organisations sportives devraient s’efforcer de réaliser.

Pour en savoir plus sur le Conseil des Jeux du Canada et le cadre d’action pour le sport au service du climat, cliquez ici.


A propos de(s) l'auteur(s)

Tenus tous les deux ans, en alternance entre l’été et l’hiver, les Jeux du Canada sont le plus grand événement multisports au pays pour les athlètes de la relève. Organisés dans chaque province au moins une fois depuis leur création à Québec en 1967, les Jeux présentent des épreuves pour athlètes sans handicap ainsi que pour athlètes ayant une déficience physique ou intellectuelle. Les Jeux sont fiers de leur contribution au système de développement sportif ainsi que de leurs legs durables en installations sportives, fierté collective et unité nationale.

Geneviève Lalonde est la meilleure et la plus décorée des coureuses de steeplechase canadiennes. Détentrice du record canadien, Geneviève est originaire de Moncton, au Nouveau-Brunswick et elle a obtenu une place en finale des Jeux olympiques de Rio 2016. Depuis, Geneviève continue de battre le record canadien et a participé à de nombreux Jeux majeurs, notamment en remportant une médaille d’or aux Jeux panaméricains de 2019. Elle a été sélectionnée pour représenter le Canada à plus de 20 reprises, se qualifiant pour les finales des deux derniers championnats du monde et a participé à de nombreuses rencontres sur piste de la Diamond League de l’IAAF dans le monde entier. En plus de ses honneurs sur la piste, Geneviève a obtenu une maîtrise en géographie. Elle a passé plusieurs mois d’hiver dans l’Extrême-Arctique pour comprendre les aspects du savoir et de l’éducation des Inuits afin de contribuer à un projet de plus grande envergure sur les impacts du changement climatique. Elle est un mentor actif d’Athlètes pour les champions de classe — une organisation visant à inspirer les jeunes à faible revenu à faire du sport, et une ambassadrice des Femmes dans le sport en tant que fondatrice du Sommet annuel de la course des femmes pour accroître la participation et le bien-être par la course dans sa province natale du Nouveau-Brunswick.

Il est assez rare d’avoir un snowboardeur de classe mondiale originaire de la Saskatchewan. Mais deux ? En tant qu’aîné des frères McMorris, Craig McMorris est un vétéran de la scène canadienne du snowboard après avoir fait ses premiers pas sur une planche à l’âge de 11 ans. Comme tout véritable frère aîné, Craig a été le mentor de son jeune frère au fil des ans, lui apprenant quelques figures en cours de route. Craig McMorris « frappe fort » à tout moment avec une personnalité aussi grande que les figures qu’il fait. Mais au-delà des pitreries qu’il fait sur et hors de la piste, Craig est un homme d’affaires qui commente et contribue régulièrement à la couverture des Jeux Olympiques sur CBC ainsi qu’aux Jeux X d’hiver et d’été sur ESPN.