Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

La plupart des Canadiens ne considèrent pas la nage artistique (anciennement la nage synchronisée) comme un sport de contact. Mais parlez-en à un athlète ou à un entraîneur, et ils vous diront que ce sport peut devenir assez intense.

« Surtout dans les épreuves d’équipe, les athlètes sont très près les uns des autres et exécutent des chorégraphies rapides et explosives, explique Jackie Buckingham, directrice générale de Natation artistique Canada. Les spectateurs ne le voient pas nécessairement, mais il y a beaucoup de contact en raison du mouvement rapide et très puissant des bras et des jambes sous l’eau. Les commotions cérébrales sont un problème auquel nous faisons face depuis des années, et nous commençons à faire des percées vraiment importantes. »

Mme Buckingham indique que Natation artistique Canada a mis en place un protocole national sur les commotions cérébrales depuis 2009. Il a été mis à jour à plusieurs reprises à la suite d’examens de cas de commotions cérébrales et de nouvelles recherches. Une grande partie du défi réside dans le fait que les athlètes sont placés dans des situations très uniques.

« Ils sont sous l’eau et à l’envers dans un état hypoxique (faible taux d’oxygène dans le sang), note Mme Buckingham. Cela crée divers types de risques pour nos athlètes et influe également sur des politiques telles que celles sur le retour au sport. Il existe des protocoles de retour au sport standards pour les situations sportives typiques, mais notre sport est loin de l’être. »

Natation artistique Canada s’est appuyé sur des ressources canadiennes de pointe et sur des recherches novatrices pour mettre sur pied l’un des programmes de prévention des commotions cérébrales les plus progressistes au pays. En s’appuyant sur les Lignes directrices canadiennes sur les commotions cérébrales dans le sport élaborées par Parachute, Natation artistique Canada a mis en place une trousse nationale complète qui comprend des lignes directrices sur le retour au sport, du matériel éducatif destiné aux athlètes, aux entraîneurs et aux parents, ainsi qu’une gamme de ressources offertes par l’entremise d’une plateforme en ligne hébergée par le Centre de documentation sur le sport (SIRC).

Le site du SIRC est devenu la référence de choix pour les recherches, les conseils et les outils sur les commotions cérébrales. Avec l’appui financier de Sport Canada, la plateforme présente les plus récentes recherches canadiennes et internationales ainsi qu’une série de gabarits et de modèles de produits pour aider les organismes de sport à tous les niveaux.Reconnaitre, retirer, référer, retourner

Au cœur des efforts de sensibilisation se trouvent les « 4 R », qui donnent des directives claires à toutes les personnes impliquées dans le sport :

1) Reconnaître les signes et symptômes d’une commotion cérébrale;
2) Retirer l’athlète du jeu ou de la pratique;
3) Référer l’athlète à un professionnel de la santé; et
4) Retourner aux études et ensuite au sport selon les recommandations du médecin.

Du côté de la recherche, un programme de suivi des blessures a été mis sur pied en Ontario grâce à une collaboration entre Ontario Artistic Swimming et Laura McClemont Steacy, une candidate au doctorat de l’Université de Toronto. Maintenant à sa deuxième année complète, le programme surveille le nombre et le type de blessures subies par les athlètes ainsi que des renseignements sur le contexte (c.-à-d. quand, où et comment chaque blessure s’est produite). En surveillant les blessures, y compris les commotions cérébrales, la Natation artistique Canada peut commencer à cibler les changements de programmes qui pourraient améliorer la sécurité des athlètes.

« Les données ont commencé à montrer des liens entre les risques de commotion cérébrale et le moment de la journée, le moment de l’année, le moment particulier d’un plan d’entraînement, et même la période d’une séance d’entraînement (début ou fin), a mentionné Mme Buckingham. Grâce à ces connaissances, nous pouvons être proactifs en apportant des changements aux programmes d’entraînement pour éviter de mettre nos athlètes dans des situations où ils courent un plus grand risque de commotion cérébrale. »

Natation artistique Canada lancera bientôt une nouvelle version d’un protocole et d’une politique nationale de gestion des commotions cérébrales dans le but de les faire approuver et utiliser par toutes ses associations provinciales et territoriales. Tout le matériel, y compris une série de ressources éducatives, sera disponible sur son site Web.

Article connexe 

Une année en devenir – Réflexions sur le nouveau nom de Natation artistique Canada, sa nouvelle marque et son engagement envers l’excellence


Ce billet fait partie de la campagne de sensibilisation, de prévention et de gestion des commotions cérébrales menée par le SIRC dans le cadre de sa campagne #NousSommesEntêtés. La campagne présente des outils, des ressources et des pratiques exemplaires en matière de gestion et de prévention des commotions cérébrales dans le sport au Canada. Élaborée en partenariat avec Sport Canada, l’Agence de la santé publique du Canada et d’autres organismes, la campagne comprend notamment une trousse d’outils qui offre de l’information crédible et des modèles reconnus par les intervenants du système sportif.

Consultez le site Web consacré aux commotions cérébrales pour obtenir de l’information et des outils sur les commotions cérébrales afin d’aider votre sport à mieux gérer ces blessures. Pour recevoir de l’information sur les commotions cérébrales directement dans votre boîte de courriels, abonnez-vous au bulletin du SIRC sur les commotions cérébrales.