Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport

PARTIE DE L’ÎLE DE TERRE-NEUVE ET LABRADOR – Dans un effort combiné pour piloter le nouvel atelier d’entraînement et apporter l’équipement et les connaissances du tir à l’arc aux communautés rurales de Terre-Neuve, Tir à l’arc Canada a organisé une clinique pilote d’entraînement dans 3 communautés distinctes – Stephenville, Corner Brook et Conne River. Au total, 50 participants ont assisté aux trois jours ; 12 personnes ont participé à Corner Brook, 18 à Stephenville et 19 à Conne River. Les taux de participation élevés donnent un aperçu du développement prometteur de ce qui est à venir pour le tir à l’arc dans la province.

Le Cercle des sports et loisirs autochtones de Terre-Neuve et Labrador (CSLATL) a pu obtenir les fonds pour apporter de l’équipement de tir à l’arc dans les communautés et a contacté Tir à l’arc Canada pour aider à former des personnes intéressées dans leurs communautés pour devenir des entraîneurs. Bien qu’il y ait eu deux clubs affiliés à Tir à l’arc Canada dans le passé, la province n’a pas actuellement d’association provinciale de tir à l’arc et il y a un intérêt croissant pour ce sport dans toute la province, et un intérêt particulier au sein de la communauté autochtone.

Symone Hunt, travailleuse de proximité au CSLATL, a dit : « Une récente évaluation des besoins spécifiques en sports et loisirs autochtones menée par le CSLATL a révélé que les Mi’kmaqs voulaient renouer avec leur culture par le biais de sports traditionnels, comme le tir à l’arc. » Ms. Hunt a également souligné qu’en plus d’être un sport traditionnel, le tir à l’arc remplit de nombreuses autres conditions dans les domaines identifiés dans l’évaluation des besoins en sports et loisirs autochtones, notamment :

  • Il peut être pratiqué individuellement ou en grand nombre, ce qui est intéressant pour les petites communautés rurales qui connaissent un déclin constant de leur population. Nous sommes arrivés à un point où nous ne pouvons plus compter sur la présence d’un grand nombre de personnes pour pratiquer des sports d’équipe comme le softball ou le football.
  • Il est inclusif. Les participants de tous âges peuvent tirer ensemble. Les Mi’kmaqs ont demandé plus de programmes intergénérationnels où les jeunes et les aînés peuvent participer au même programme.
  • Le tir à l’arc sur cible a le potentiel de mener au tir à l’arc 3D, qui mène à la chasse à l’arc. Il y a une pression pour développer davantage de guides de chasse et de chasseurs à l’arc afin de renouer avec la terre et notre culture. 

Mme Hunt conclut en ces termes : « En dehors de l’évaluation des besoins, mon expérience personnelle du tir à l’arc est qu’il crée une dépendance. Je pense que Kelly [Chambers, instructeur de la course] l’a bien dit quand elle a dit qu’il y a quelque chose de primaire en chacun de nous qui veut utiliser un arc. Une fois que vous l’avez tiré, vous ressentez cet esprit de compétition qui vous encourage intrinsèquement à continuer à tirer et à vous surpasser. »

Janice Clark, qui est une formatrice d’entraîneurs, a décrit comment elle a été honorée d’avoir l’occasion de travailler avec le Cercle des sports et loisirs autochtones de Terre-Neuve et Labrador pour offrir des cliniques pilotes de la nouvelle filière d’entraînement communautaire à Stephenville et à Corner Brook. « Les sujets abordés pendant la clinique comprenaient l’installation du champ de tir, l’équipement et les techniques de base de tir à l’arc. Le tir dans le champ est toujours un moment fort de toute clinique et se termine par un test d’habileté et de précision avec des ballons. » De plus, elle a exprimé l’espoir que les cliniques contribuent au développement continu du tir à l’arc dans la province. 

Duncan Crawford, un facilitateur d’apprentissage qui a dirigé le cours pilote à Conne River, a décrit le groupe comme étant très enthousiaste ; le groupe était composé à la fois de dirigeants de la communauté et de jeunes, dont des Cadets Rangers Juniors.

« Le cours a été bien accueilli, et on a beaucoup parlé de l’intérêt du groupe et de son enthousiasme à mettre sur pied son club au centre communautaire de Conne River, » a commenté M. Crawford. « Symone Hunt, du CSLATL, a également rempli ses obligations de co-prestation, de sorte que ce cours peut maintenant être dispensé de manière autonome. » 

Il a ajouté que « dans l’ensemble, ce fut une expérience amusante et enrichissante ; il est toujours excitant de voir le potentiel d’un nouveau groupe énergique d’amateurs de tir à l’arc. »

Les participants à ces cours d’entraînement vont maintenant partager les informations qu’ils ont apprises avec leurs communautés. Tir à l’arc Canada espère qu’un jour, Terre-Neuve-et-Labrador sera en mesure de jeter les bases d’un OSPT et que le sport lui-même continuera à se développer.

-30- 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Zoe Meil, Coordinatrice des communications et de la sécurité dans le sport

zmeil@archerycanada.ca

(613) 260-2113 ext. 3