Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport

Tennis en fauteuil roulant – Montréal, 2 novembre 2016 (Sportcom) – Elle n’avait même pas 10 ans lorsqu’elle a découvert le basketball en fauteuil roulant. Quinze ans plus tard, c’est une nouvelle passion qui pousse Maude Jacques à se dépasser chaque jour. La Québécoise délaisse les terrains de basket pour les courts de tennis.

Au printemps dernier, l’athlète de Lac-Beauport n’avait pas été retenue dans la sélection nationale de basketball en fauteuil roulant qui allait représenter le pays aux Jeux paralympiques de Rio. Jacques se sentait à la croisée des chemins. Soit elle redoublait d’ardeur pour regagner sa place au sein de l’équipe en vue du prochain cycle paralympique, soit elle passait à un nouveau chapitre.

«De me faire couper de l’équipe m’a fait réaliser que j’étais prête à faire quelque chose d’autre. Le basketball devenait un peu plus difficile pour moi. La passion s’en allait peu à peu », mentionne l’athlète de 24 ans qui avait pris part aux Jeux de Londres où les basketteuses avaient fini sixièmes, puis au mondial de 2014, aidant les Canadiennes à être sacrées championnes du monde.

Celle qui avait parallèlement commencé le tennis en fauteuil roulant il y a deux ans a décidé de poursuivre dans cette voie.  « J’avais fait deux entraînements avant de participer à mon premier championnat américain universitaire  », se rappelle l’étudiante à la maîtrise en travail social à l’Université de l’Alabama.

Une équipe s’était finalement formée à son université et même si elle a toujours priorisé le basketball en fauteuil roulant dans les dernières années, elle a pu combiner certains entraînements à des séances de tennis. « J’aimais vraiment faire les deux, mais je ne pouvais pas voyager avec l’équipe pour des tournois puisque ça entrait en conflit avec le basket », précise-t-elle.

Maintenant, elle a choisi de s’y concentrer à temps plein ! « Je m’entraîne tous les jours et je peux participer à plusieurs tournois. »

Ses acquis en basket en fauteuil la servent bien en tennis. « Je trouve que j’ai plus d’endurance et de vitesse », affirme Maude Jacques.

C’est l’aspect mental du jeu que la Québécoise veut travailler au cours de la prochaine saison. « Quand ça va bien, c’est correct, mais j’ai de la difficulté quand ça se passe moins bien. Je m’en veux facilement. »

Championne nationale en simple en 2015, Maude Jacques a fini cette année deuxième en simple et première en double lors des Championnats canadiens qui se sont déroulés le week-end dernier à Vancouver.

L’actuelle 82e joueuse mondiale malgré le peu de tournois qu’elle a disputés est à la porte d’une place au sein de l’équipe nationale. « Selon les critères, il faut que je sois dans le top-75 à la fin de la saison. Ça ne sera pas possible cette année, mais ce sera mon objectif pour la saison prochaine », indique celle que l’on pourrait voir dans son nouveau sport aux Jeux paralympiques de Tokyo en 2020.

Malgré ce nouveau virage dans sa carrière d’athlète, Maude Jacques ne trace pas une croix définitive sur le basketball en fauteuil roulant. Elle a d’ailleurs bien hâte de représenter la Belle Province lors des Championnats canadiens de 2017, une belle façon de boucler la boucle.

« Je suis très contente de pouvoir aller aux Nationaux. L’équipe du Québec, c’est la raison pour laquelle j’ai joué autant au basket. J’ai hâte de jouer avec mes coéquipières. »

– 30 –

Rédaction: Émilie Bouchard Labonté
 
Information : 514-990-0966 ou 1-866-990-0966
www.sportcom.qc.ca
 
www.facebook.com/SportcomQc
www.twitter.com/SportcomQuebec
Skype : sportcom-pupitre