Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

Montréal, 16 septembre 2021 – Il n’y a pas d’âge pour commencer la pratique du judo et pas de chemin tout tracé non plus pour s’y impliquer. À Terre-Neuve-et-Labrador, le parcours d’Eileen Parsons a commencé lorsqu’elle avait 19 ans, s’est arrêté pendant quelques temps, et se poursuit depuis maintenant plus d’une douzaine d’années.

C’est à l’Université Memorial de Terre-Neuve qu’elle a découvert l’univers du judo, au milieu des années 1990. « J’ai suivi un cours d’autodéfense offert par le club de l’université (MUN Judo). J’y suis allée une heure par semaine pendant 10 semaines et j’ai adoré ça! La session suivante, j’ai joint le club de judo. »

Eileen Parsons a eu la piqure. « Je n’avais jamais entendu parler du judo avant ça. J’ai vraiment aimé l’aspect physique du sport et je pense simplement que ça correspond bien à ma personnalité. »

Bien qu’elle se soit par la suite éloignée quelque peu du judo pour entre autres voyager et fonder une famille, il n’a jamais quitté ses pensées. « J’avais l’obtention de la ceinture noire en tête et je me sentais comme si je n’avais pas terminé le travail. » Elle a repris la pratique en 2008 et a obtenu sa ceinture noire en 2012 (Shodan), puis son 2e Dan en 2016 (Nidan).

« Petit à petit, j’ai recommencé à m’impliquer avec les activités du club. » Après avoir subi une opération en 2010, elle a commencé à arbitrer jusqu’à l’obtention du niveau provincial A en 2012. Les conseils de Tracy Angus l’ont aussi aidée à se développer à titre d’entraîneure, jusqu’à ce qu’elle obtienne le niveau 3 au Programme national de certification des entraîneurs (PNCE) en 2016. Dans l’intervalle, elle a aidé l’entraîneur Georges Becket en enseignant aux plus jeunes et même ses enfants ont été initiés au sport.

« J’aime voir les enfants se développer. Chez les plus petits qui ont peur de tomber, c’est incroyable l’expression sur leur visage lorsqu’ils réussissent certaines manœuvres. Il y a aussi la confiance en soi qui vient avec l’apprentissage du judo. Ce n’est pas un sport où on peut être timide. »

Un grand engagement dans le monde du judo vient avec son lot de défis à Terre-Neuve-et-Labrador, où plusieurs jeunes se dirigent souvent vers des sports plus connus ou mieux financés.

Eileen Parsons garde néanmoins confiance de voir son sport se développer et incite les jeunes à l’essayer en faisant valoir qu’il est un excellent complément à d’autres disciplines. « C’est évidemment bon pour l’entraînement physique, mais aussi pour bâtir une confiance, une camaraderie et du respect. Le judo aidera l’enfant, que ce soit au niveau compétitif ou récréatif. »

Elle travaille d’ailleurs à mettre sur pied un nouveau programme d’entraînement de judo pour les jeunes de 12 à 18 ans. Elle espère aussi pouvoir offrir des cours d’autodéfense et poursuivre ses engagements avec l’objectif de voir plus de femmes pratiquer le sport qui la passionne à Terre-Neuve-et-Labrador.

En fait, elle est fière de pouvoir mettre la main à la pâte pour la communauté sportive qu’elle chérit. « Nos entraîneurs à Terre-Neuve-et-Labrador, tous des bénévoles sans exception, et nos membres sont tous extrêmement dévoués à notre sport et à son développement. »

Directeur général adjoint de Judo Canada, Patrick Esparbès est toujours fort impressionné de constater la richesse des histoires des judokas à travers le pays. « Eilen est l’exemple parfait de l’importance de rendre accessible le sport au plus grand nombre et ce, avec de nouveaux programmes adaptés. Il faut être à l’écoute des besoins, des réalités des clubs. De par son initiation à des cours d’autodéfense, elle a découvert le judo et est ensuite devenue une bénévole, une entraîneure, une administratrice et une modèle de grande valeur dans sa province. »

« Chacune des formes que prend la pratique de notre sport est importante. Compétitif, récréatif, entraînement, arbitrage, aucun secteur ne doit être négligé et le développement de notre discipline y est intiment relié. »

Vous cherchez un club près de chez vous? Consultez cette page : judocanada.org/fr/outils-de-recherche-de-club/

-30-

Rédigé par Sportcom pour Judo Canada

Source :

Patrick Esparbès
Directeur général adjoint
Judo Canada
(514) 668-6279