Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport

Natation Canada – Gwangju, Corée du Sud – Maggie MacNeil n’a que deux jours d’expérience aux Championnats du monde FINA, mais elle en profite au maximum.

Un jour après avoir été la dernière nageuse du relais 4×100 m libre féminin médaillé de bronze, la nageuse de 19 ans de London, Ont., confirme sa grande forme avec une victoire éclatante au 100 m papillon féminin devant la légende suédoise Sarah Sjoestrom.

« J’étais vraiment surprise. Je n’y croyais pas. J’ai regardé en l’air et je me suis dit : “Mon Dieu, je flotte,” » a dit MacNeil.

En cinquième place au virage, MacNeil a ouvert la machine et a devancé la détentrice du record du monde, championne olympique et triple championne du monde avec un cinglant 29,06 secondes sur le deuxième 50 m, pour arrêter le chrono à 55,83.

« J’ai beaucoup travaillé sur mon deuxième 50 m. J’ai tendance à ne pas partir aussi vite que les autres filles, mais je peux revenir très vite, » dit-elle.

MacNeil est devenue la deuxième femme la plus rapide de l’histoire, abaissant le record canadien de Penny Oleksiak (56,46), un temps qui lui avait permis de remporter la médaille d’argent aux Jeux olympiques de Rio 2016 et le record des Amériques détenu par l’Américaine Dana Vollmer (55,98), une performance qui lui avait permis de remporter l’or aux Jeux olympiques de Londres 2012. Elle est aussi devenue la troisième femme sous les 56 secondes et seulement la deuxième championne du monde FINA canadienne.

« C’est fou, ce sont mes premiers Championnats du monde, c’est génial de remporter une médaille, et c’est une médaille d’or, » a dit MacNeil. « Je n’ai pas de mots. »

D’abord étonnée, Sjostrom, qui a touché le mur à 56,22, a rapidement félicité MacNeil.

« Elle m’a félicité, elle était vraiment gentille. Elle m’inspire depuis toujours, ça représente beaucoup pour moi, » a dit MacNeil. « C’était incroyable. Nager contre Sarah sera toujours spécial, mais ce soir, c’était particulièrement unique. »

L’Australienne Emma McKeon a remporté le bronze en 56,61. Le trio s’est rassemblé afin d’offrir un message d’encouragement à la japonaise Rikako Ikee qu’elles ont montré sur le podium. La championne des Championnats pan-pacifiques 2018 aurait dû être une solide concurrente à ces Championnats et aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, mais la nageuse a reçu un diagnostic de leucémie en février dernier.

« Elle lutte contre le cancer et elle ne pouvait être avec nous aujourd’hui, alors nous espérons lui montrer que nous la soutenons et que nous sommes là pour elle, » a dit MacNeil qui avait l’inscription « Never give up » sur les mains.

Sydney Pickrem, 22 ans, a fait suite à la performance de MacNeil en remportant le bronze au 200 m QNI. Son temps de 2:08,71 lui a permis de tenir tête à l’Américaine Melanie Margalis (2:08,91) pour la troisième place. Les deux dernières championnes olympiques, la Hongroise Katinka Hosszu (2:07,53) et la Chinoise Ye Shiwen (2:08,60) ont respectivement remporté l’or et l’argent. Il s’agissait du quatrième titre consécutif sur cette épreuve pour la « Iron Lady ». Elle est la première femme à accomplir cet exploit.

« C’est un honneur d’être sur le podium avec ces deux filles médaillées d’or olympique, elles m’inspirent et me poussent, » a dit Pickrem.

« Ce soir était l’une des meilleures, sinon la meilleure soirée pour une équipe canadienne aux Championnats du monde, » a dit le directeur de la haute performance et entraineur national John Atkinson. « Nos athlètes continuent de saisir les occasions. Maggie MacNeil a nagé une course exceptionnelle et est devenue la championne du monde du 100 m papillon. Félicitations à Maggie et à son entraineur canadien Andrew Craven au London Aquatic Club, club où elle s’est développée. Et félicitions à Sydney Pickrem qui a remporté la médaille de bronze au 200 m QNI. Elle a montré beaucoup de constance sur cette épreuve toute l’année. »

Cette médaille était d’autant plus spéciale pour Pickrem après avoir respiré de l’eau et être sortie de l’eau lors de la finale aux mondiaux de 2017.

« J’étais beaucoup plus émotive qu’à l’habitude. Je suis toujours nerveuse, mais jamais émotive avant une course. J’y repensais et je me suis dit : “si tu termines cette course, ce sera déjà mieux que la dernière fois,” » a-t-elle dit en riant. « J’essaie d’en rire maintenant, parce qu’il y a deux ans je ne trouvais pas ça drôle du tout. J’ai senti que j’avais déçu beaucoup de gens et ça m’a pris du temps pour retrouver un état mental qui m’a fait réaliser que je n’avais déçu personne. »

Kylie Masse de Windsor, Ont., passe une autre étape en route pour défendre son titre de championne du monde du 100 m dos. La nageuse de l’Université de Toronto a réussi un temps de 58,50. Elle partira de la première place lors de la finale mardi. La native de Kelowna, C.-B., Taylor Ruck du centre de haute performance – Ontario passe en finale en troisième position grâce à son temps de 58,83.

« Nous avons Kylie et Taylor qui nageront en finale du 100 m dos dans les couloirs du centre, elles ont fait de l’excellent travail, » a dit Atkinson. « Deux jours sur huit sont complétés, il faut demeurer concentrer et sur la bonne voie pour les six prochains jours. »

Au 100 m dos masculin, Markus Thormeyer de centre de haute performance – Vancouver a terminé en 11e place en demi-finales avec un temps de 53,59.

Lors des préliminaires, son coéquipier au CHP-Vancouver Alex Pratt a fait ses débuts aux Championnats du monde avec une 35e place au 200 m libre (1:49,56).

Résultats complets : http://www.omegatiming.com/2019/18th-fina-world-championships-sw-live-results

La compétition de huit jours se poursuit jusqu’à dimanche au Nambu University Municipal Aquatics Center.

FINA TV (https://www.finatv.live/en), CBC (https://www.cbc.ca/sports/broadcast) et Radio-Canada (https://ici.radio-canada.ca/sports/horaire-diffusions) assureront la webdiffusion des sessions de finales dès 7 h HE tous les jours et les faits saillants seront présentés à l’émission Road to the Olympic Games sur CBC. Les téléspectateurs peuvent télécharger l’horaire de CBC et la synchroniser au calendrier de leur téléphone intelligent ici : http://calrep.ly/2JDCwxx.

Visitez le www.swimming.ca pour les biographies, profils, aperçus et récapitulatifs, suivez Natation Canada sur Facebook, Twitter et Instagram pour des mises à jour pendant toute la durée des championnats.

Nathan White ネイサン・ホワイト
Senior manager, Communications, Swimming Canada
Gestionnaire supérieur des communications, Natation Canada
シニアマネージャー、
コミュニケーション