Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport
Institut canadien du sport de Calgary – Dans le passé, les meilleurs espoirs canadiens de skicross s’entraînaient seuls, chacun dans leur coin de pays. Les skieurs étaient isolés les uns des autres, s’entraînant en solo et défrayant eux-mêmes les coûts d’accès aux installations et aux programmes spécialisés.   
 
Le parcours en solitaire s’avère coûteux et ardu, et ne favorise pas vraiment la dynamique d’équipe et la création d’une équipe forte et compétitive. Heureusement, tout ça est en train de changer.
 
Alpine Canada Alpin et le programme de skicross national ont créé un programme centralisé d’entraînement et d’éducation à Calgary, ce qui permet aux athlètes de poursuivre à la fois leurs études et le sport de haut niveau. Le programme est destiné aux athlètes de skicross de partout au Canada qui sont à entre trois et six ans d’un succès olympique.
 
Les athlètes pourront profiter des installations d’entraînement de Calgary, dont l’Institut canadien du sport de Calgary (ICS Calgary) et les stations de ski locales, et des services intégrés tout en terminant leur parcours scolaire. 
 
L’ICS Calgary appuie vivement cette initiative. Jason Poole, directeur des services à la performance, nous a expliqué : « Nous sommes ici pour aider l’équipe et lui offrir tout ce dont elle a besoin pour profiter d’un environnement d’entraînement de haut niveau. La proximité de la National Sport School et des universités et des collèges de la région contribue aussi à l’atteinte des objectifs scolaires. »
 
Willy Raine, directeur sportif du skicross d’Alpine Canada Alpin, tente de réaliser cet objectif depuis son entrée en poste il y a deux ans. Pour lui, ça signifie bien plus que de regrouper les athlètes pour l’entraînement. « L’éducation est un élément central de ce programme, a-t-il souligné. Mon objectif, c’est que 75 % de l’équipe se lance dans des études postsecondaires. Ce modèle rendra les athlètes meilleurs, en plus de leur offrir une vie plus équilibrée. »
 
Ce n’est pas tout, l’entraînement en équipe vient s’ajouter aux avantages d’une équipe centralisée. Il améliore la dynamique d’équipe et crée un environnement où les athlètes s’appuient les uns les autres. 
 
Kevin MacDonald, membre de l’équipe Prochaine génération, mentionne que, vu que l’équipe s’entraîne ensemble, les athlètes s’incitent mutuellement à se dépasser en gymnase, ce qui était impossible par le passé. « Nous nous encourageons à aller plus loin dans le gymnase, a-t-il mentionné. Si je vois quelqu’un soulever une certaine charge, je vais tout faire pour égaler ou améliorer sa marque, ça m’encourage à travailler plus fort. »
 
Pour M. Raine, l’objectif principal est de poursuivre la domination sur la scène internationale, tout un exploit pour un petit programme déjà au premier rang mondial. « En fin de compte, centraliser l’équipe nous donnera un avantage : plus l’équipe sera forte collectivement, plus nous serons prêts à prendre le monde d’assaut. Quand l’un de nous gagne, tout le monde gagne. »
 
La centralisation se justifie en partie par la viabilité financière. Un programme centralisé qui offre l’entraînement en gymnase et sur la neige dans une seule région réduit de beaucoup les coûts pour l’athlète et pour l’organisme.   Selon M. Raine, c’est tout simplement impossible financièrement de créer des programmes dans plusieurs centres de ski d’un bout à l’autre du pays. « Nous devons les regrouper pour leur offrir le développement dont ils ont besoin. Nous devons pousser par le bas pour assurer la croissance continue du programme. »  
 
L’un des objectifs de ce nouveau programme est de développer des athlètes pour qu’ils aient déjà un niveau élevé quand ils passent des compétitions de la Coupe Nor-Am et de la Europa Cup à celles de la Coupe du monde. « Nous voulons condenser la phase de développement pour qu’au moment de passer en Coupe du monde, les athlètes Prochaine génération soient prêts à se classer parmi les 16 meilleurs, de participer aux finales », a déclaré M. Raine. 
 
Kevin est reconnaissant d’avoir l’occasion de s’entraîner avec son équipe et d’aller à l’école. « Maintenant que nous faisons tous la même chose, nous pouvons nous identifier aux autres, ça rend l’équipe meilleure. » 
 
M. Raine est lui aussi heureux de voir son idée prendre forme. Il croit fermement qu’ils sont sur la bonne voie pour développer des champions de skicross et de brillants étudiants. « Nous devons les aider à se préparer à la vie, pas seulement au sport. »

 

Institut canadien du sport de Calgary : @csicalgary
Rédigé par Kristina Groves: @kngrover
Photo: Alpine Canada Alpin
19/10/2016