Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

Manger, dormir, s’entraîner, récupérer. Voilà un schéma familier pour les athlètes d’élite qui consacrent des jours, des années, voire des décennies à leur sport et à la poursuite de l’excellence. Mais à un moment donné, peu importe les succès et les échecs qui se sont produits, la carrière sportive de l’athlète prend fin. Cette transition hors du sport peut déclencher un certain nombre de changements physiques, psychologiques, émotifs, sociaux et de style de vie, pratiquement du jour au lendemain. Ces changements, et les défis pour la santé mentale qui en résultent, ont été mis en évidence dans le récent documentaire de HBO, The Weight of Gold. Bien que le documentaire explore les transitions de plusieurs athlètes américains, les expériences et les défis décrits s’appliquent également aux athlètes canadiens. Plan de match, une collaboration entre le Comité olympique canadien, le Comité paralympique canadien, le réseau de l’Institut canadien du sport olympique et paralympique et Sport Canada, a été créé après les Jeux olympiques de 2010 pour apporter un soutien aux athlètes des équipes nationales pendant et après leur carrière sportive. L’objectif est d’aider les athlètes à poursuivre une excellence sportive durable tout en préservant leur santé mentale et, le moment venu, de s’assurer qu’ils vivent une transition saine et positive vers la vie après le sport. Mais même avec un soutien, la transition peut être difficile pour certains athlètes.

La transition hors du sport peut être un processus et 80 % des athlètes s’adaptent à la retraite en deux ans (Stambulova & Wylleman, 2014). Les transitions considérées comme réussies se produisent lorsque les athlètes puisent dans leurs ressources internes et externes pour maintenir leur santé mentale en répondant aux exigences de la situation et en utilisant des stratégies d’adaptation efficaces. Cependant, environ 20 % des athlètes vivent la transition comme une crise (Stambulova, 2017). Pendant cette crise, l’individu lutte pour gérer la situation, éprouve une détresse émotive, a des difficultés à s’adapter et voit sa santé mentale affectée après sa retraite sportive (Stambulova, 2016). Si tous les athlètes peuvent parfois trouver leur transition hors du sport difficile, ceux qui vivent la transition comme une crise ont des symptômes de santé mentale marqués pendant une période prolongée. Les transitions volontaires et involontaires hors du sport peuvent entraîner une transition de crise (Cosh, McNeil, & Tully, 2020).

Changements après la retraite

Pour comprendre les défis et les problèmes de santé mentale liés à la transition hors du sport, il est utile de reconnaître les exigences de la vie et de l’environnement de l’athlète, notamment la structure quotidienne de l’entraînement, le processus d’établissement d’objectifs et de compétition, la reconnaissance que les athlètes éprouvent lorsqu’ils connaissent du succès et l’état d’esprit de l’athlète.

Les athlètes se fixent des objectifs, élaborent un plan, poursuivent les objectifs, puis tirent les leçons du processus et du résultat. Une fois qu’ils ont pris leur retraite, les athlètes peuvent avoir l’impression de ne plus avoir de buts quotidiens. Ils peuvent éprouver des difficultés à trouver de nouvelles activités qui leur permettent de se sentir épanouis et peuvent avoir du mal à trouver la motivation nécessaire pour se lancer. Il peut devenir difficile pour certaines personnes de sortir du lit chaque jour en l’absence d’un horaire quotidien et parce qu’elles s’ennuient, et leur estime de soi peut être affectée. La vie de nombreux athlètes est structurée par des programmes d’entraînement établis par leurs entraîneurs et leur équipe de soutien, de sorte que le concept d’établir sa propre routine quotidienne peut leur sembler inconfortable et étrange.

Male swimmer in pool celebrates win

Les athlètes lient souvent leur estime de soi à leurs réalisations, leurs améliorations et leurs résultats dans le sport, de sorte qu’une fois qu’ils quittent le sport, leur estime de soi peut être compromise. Le sentiment de n’avoir rien à offrir, d’être inadéquat et de ne pas être sûr de sa valeur dans la vie peut avoir un effet négatif sur la santé mentale de l’individu. En outre, lorsqu’il quitte le sport, l’individu peut se sentir dépossédé de son identité sportive. Plus l’individu s’identifie fortement au fait d’être un athlète, plus il lutte pour s’adapter à la vie hors du sport. Il se peut qu’il ne soit plus certain de ce qu’il est, de ses compétences et de ce qui le rend heureux.

Les athlètes sont souvent présentés comme étant résistants et forts, ce qui peut être interprété comme un avantage compétitif au cours de leur carrière sportive. Cependant, après une carrière sportive, le fait de ne pas reconnaître les difficultés rencontrées pendant la transition peut entraîner une augmentation des niveaux de détresse émotionnelle et des symptômes de santé mentale. Normaliser les difficultés des transitions hors du sport peut créer un espace permettant aux individus de reconnaître leurs difficultés, de traiter ce qu’ils vivent et d’accéder à des ressources pour les aider à faire face à leur transition. La conscience émotive peut avoir un impact significatif sur la santé mentale de l’individu et promouvoir des stratégies d’adaptation positives. Le simple fait de pouvoir dire « c’est dur » et « c’est ce que je vis » peut aider l’individu à recadrer son récit et à gérer ses émotions de manière positive. 

Gérer la transition vers la sortie du sport

Bien qu’il soit reconnu que les individus trouveront parfois pénible de quitter le sport, des ressources sont disponibles pour les aider dans ce processus. Se préparer à la transition avant qu’elle ne se produise peut aider l’individu à mieux vivre la retraite et à établir un plan pour ce qu’il veut faire après le sport. Plan de match propose un programme appelé YouToi2.0, qui s’adresse aux athlètes qui ont pris leur retraite du sport. Cet atelier intensif de trois jours permet d’accroître la conscience de soi, propose des activités de réflexion, élabore des stratégies d’adaptation et crée des réseaux de soutien entre pairs qui sont activement entretenus pendant six mois de suivi avec de petites cohortes. Mais tous les athlètes n’ont pas besoin de ce niveau de soutien. Les conseillers Plan de match sont à la disposition de tous les athlètes des équipes nationales canadiennes. Ils peuvent les aider à planifier leur retraite ou leurs études, et à explorer leurs options de carrière.

Women speaking with mental health consultant, happy.

Travailler avec un consultant en performance mentale peut aider l’individu avant et après sa retraite du sport, et peut appuyer la performance de l’athlète ainsi que sa transition hors de l’environnement sportif. Pour les personnes qui ont besoin d’un soutien plus important, un psychologue agréé peut aider à surmonter les problèmes de santé mentale qui peuvent survenir à tout moment avant ou pendant la transition de l’athlète. Les athlètes des équipes nationales canadiennes ont également accès à une ligne d’urgence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, par l’intermédiaire de l’un des partenaires fondateurs de Plan de match, Morneau Shepell. Le Centre canadien pour la santé mentale dans le sport dispose de plusieurs consultants ayant une expérience dans le domaine du sport. Les personnes qui cherchent de l’aide peuvent aussi consulter la liste des membres de leur collège de psychologie provincial ou territorial.

Conseils pour gérer avec succès la transition vers la sortie du sport

Bien que la transition hors du sport soit quelque chose que tous les athlètes vivront, avec une préparation, une planification, des stratégies d’adaptation et un soutien approprié, l’individu peut se diriger plus sainement vers la vie après le sport et connaitre du succès dans le prochain chapitre de sa vie. Que vous quittiez le sport après être monté sur le podium aux Jeux olympiques ou après une compétition provinciale/territoriale, voici trois conseils qui bénéficieront à votre santé mentale pendant cette période.

  1. Désentrainez votre esprit et votre corps. Les conseillers Plan de match, les conseillers en performance mentale, les diététiciens du sport et les intervenants en conditionnement physique font tous partie de l’équipe de soutien intégrée d’un athlète. Faites appel à ces personnes pour vous aider dans votre transition hors du sport. Ils aideront votre esprit et votre corps à s’adapter aux exigences différentes, mais difficiles de la vie après le sport. Si vous vous sentez constamment déprimé, inquiet ou comme si ça ne va pas, vous pouvez également faire appel à un psychologue agréé.
  2. Trouvez un but chaque jour. Pour les personnes qui participent encore à des compétitions, explorez de nouvelles possibilités en dehors de votre sport. L’exploration d’autres activités peut être un moyen de déterminer qui vous êtes et ce que vous aimez, ce qui peut vous aider à vous préparer à votre éventuelle transition hors du sport. Pour les personnes qui ont quitté le sport, développez une nouvelle structure et de nouvelles routines quotidiennes. Cela peut aider à assurer une certaine cohérence tout en laissant de la place pour essayer de nouvelles choses. Reconnaissez que la transition est un processus et que vous n’avez pas à déterminer immédiatement votre prochaine étape.
  3. Reconnaissez les habiletés que vous possédez. Le sport développe beaucoup plus que la forme physique. Des compétences telles que l’adaptabilité, l’éthique du travail, la planification et le dévouement sont importantes pour l’entraînement et la compétition, et peuvent être appliquées dans la vie en dehors du sport. Réfléchissez à vos valeurs et aux caractéristiques que vous avez développées grâce au sport. Les appliquer dans votre vie quotidienne peut vous aider à vous sentir ancré dans un sens plus profond de votre identité personnelle et de vos objectifs, ce qui peut améliorer votre santé mentale.

Ressources recommandées

Plan de match

Planification de la vie après les jeux

Centre canadien pour la santé mentale

Association canadienne de la psychologie sportive

Société canadienne de psychologie


A propos de(s) l'auteur(s)

Lisa Hoffart est psychologue agréée et consultante en performance mentale. Elle est Conseillère Plan de match pour le Centre canadien du sport de la Saskatchewan. Lisa a travaillé avec des athlètes de divers sports olympiques et paralympiques.

Références

Cosh, S. M., McNeil, D. G., et Tully, P. J. (2020). Poor mental health outcomes in crisis transitions: An examination of retired athletes accounting of crisis transition experiences in a cultural context. Qualitative Research in Sport, Exercise and Health, doi: 10.1080/2159676X.2020.1765852

Stambulova, N. B. (2016). Theoretical developments in career transition research: Contributions of European sport psychology. Dans M. Raab, P. Wylleman, R. Seiler, A. M. Elber, et A. Hatzigeorgiadis (éd.) Sport and exercise psychology research: From theory to practice, (pp. 251–268). Elsevier Inc.

Stambulova, N. B. (2017). Crisis-transitions in athletes: Current emphases on cognitive and contextual factors. Current Opinion in Psychology, 16, 62-66. doi:10.1016/j.copsyc.2017.04.013

Stambulova, N. B., et Wylleman, P. (2014). Athletes’ career development and transitions. Dans A. Papaioannou and D. Hackfort (éd.), Routledge companion to sport and exercise psychology, (pp. 605–620). Routledge.