Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport
Diverse workplace doing a hand stack at a meeting

Le travail en matière d’équité permet souvent de « laisser les autres se joindre à un groupe », mais il est toujours axé sur les besoins des membres les plus privilégiés d’un groupe. Pour mieux intégrer les expériences et les perspectives de diverses personnes, il est essentiel de tenir compte des approches intersectionnelles dans nos pratiques et lorsqu’on conçoit des politiques et des programmes, qui, puisqu’ils émergent du social englobent de multiples systèmes d’oppression qui se chevauchent et auxquels certaines personnes sont confrontées.

L’E-Alliance, le centre national de recherche sur l’équité des genres+ en sport, s’engage à adopter les approches intersectionnelles dans ses différentes actions et dans les recherches qu’il mène. En tant que membres de l’E-Alliance, nous savons que les personnes qui dirigent les organisations sportives sont désireuses de travailler de manière à être inclusives, mais manquent d’outils en ce sens. À cette fin, cet article propose trois façons pour les praticiens et practiciennes du sport d’utiliser le Cadre d’opérationnalisation de l’intersectionnalité (OI) de l’E-Alliance pour cheminer vers un monde sportif plus juste et accueillant pour tout le monde : (1) l’action individuelle; (2) les remue-méninges pour les programmes, les politiques et les espaces; et (3) les questions aux fins d’évaluation et de mesure.

Le Cadre d’opérationnalisation de l’intersectionnalité

L’objectif du Cadre d’opérationnalisation de l’intersectionnalité est de fournir des conseils sur la manière d’opérationnaliser les approches intersectionnelles. En d’autres termes, le Cadre d’OI vous aide à mettre en pratique les approches intersectionnelles. Visualisé sous la forme d’une roue (voir la figure 1), le Cadre d’IO identifie quatre points d’engagement : (1) l’apprentissage, (2) la réduction des préjudices, (3) la responsabilité et la transparence, et (4) la transformation. Il fournit ensuite une structure pour vous aider à appliquer ces concepts aux besoins du terrain et de votre organisation. Bien qu’il existe de nombreuses façons de s’engager de manière intersectionnelle, le Cadre d’OI présente certaines des façons concrète de vous engager dans le cadre de votre travail.

Figure 1 : Keyser-Verreault, A., Kriger, D., Joseph, J. et Peers, D. (2020). Cadre d’opérationnalisation de l’intersectionnalité. E-Alliance.

Le Cadre d’OI tourne autour de la question de savoir « qui est au centre des préoccupations? ». Cette question nous rappelle qu’il faut constamment se poser la question : Qui est (ou n’est pas) impliqué dans la prise de décisions? La participation de qui est (ou n’est pas) priorisée dans nos politiques? Et quelles sont les histoires qui sont (ou ne sont pas) racontées? Nous devons continuellement nous poser ces questions si nous voulons cesser de répéter les mêmes erreurs et exclusions de certaines personnes et groupes de personnes.

Action individuelle – Croissance et changement personnels : les rayons de la roue

En partant des personnes qui se trouvent au centre des approches intersectionnelles, les rayons de la roue représentent les actions et les engagements nécessaires pour soutenir le travail à faire pour plus d’équité et de justice sociale. De la même manière que les rayons maintiennent et soutiennent une roue en mouvement, ces actions et mesures d’engagements facilitent le mouvement et maintiennent les approches intersectionnelles au fur et à mesure que les points d’engagement sont plus fort et augmentent.

Diverse group of business people sitting in circle. Coworkers in a team building session.

Les rayons sont conçus pour aider les gens à développer des pratiques essentielles, durables et plus éthiques. L’« apprentissage continu », la « curiosité » et  la « gentillesse » peuvent conduire à une meilleure communication; l’acceptation de notre « vulnérabilité »,  la « réflexion » et  l’acceuil de « inconfort » que peut provoquer la prise de conscience de l’exclusion que l’on a perpétué peut nous aider à agir avec respect; et la « connexion », le « maintien de bonnes relations (selon les enseignements Anishinaabeg) »,  passer à l’« action » et  la « transparence » peuvent cultiver la confiance que nous pourrions regagner auprès des personnes historiquement marginalisées. Ce sont des éléments essentiels pour démanteler les systèmes d’oppression. Ces qualités prennent du temps à être développer et constituent une pratique à entreprendre en continue.

Un enjeu majeur que les personnes en charge des programmes rencontrent lorsqu’elle souhaitent travailler à être plus inclusives est qu’elles réalisent ne pas connaître les leaders des communautés concernées. Lorsque cela se produit, les organisateurs et organisatrices se démènent pour trouver un orateur, un responsable de programme ou un athlète représentatif afin d’ajouter de la diversité dans les personnes présentes pour un projet en particulier.  Ils trouvent une personne, ils/elles la paient (n’oubliez jamais de la payer en reconnaissance des savoirs qu’elle partage avec vous), ils/elles écoutent, et ils/elles sont accueillants – mais cette pratique ne tient pas compte du fait que ces personnes et les perspectives diverses qu’elles portent étaient au départ absentes, systématiquement excluses au sein de l’organisation ou du projet au départ.

Mise en pratique des éléments des rayons :

  • Transparence et reconnaissance : Nous demande de reconnaître qui est absent de notre organisation, de notre conseil d’administration ou de notre projet, et de nous demander à quelles communautés nous ne sommes pas connectés de manière significative.
  • Apprentissage continu et nouvelles lectures : Nous demande de rechercher des renseignements écrits par des experts des communautés mal desservies afin de mieux comprendre les contextes, les histoires et les expériences qui ont conduit à un manque de connexions.
  • Vulnérabilité : Nous demande d’aborder l’établissement de relations avec humilité, avec des engagements à long terme (plutôt que des demandes symboliques), et en comprenant que la critique constructive est un cadeau que l’on se doit de recevoir avec reconnaissance.
  • Remise en question des hypothèses et malaise : Nous demande de remettre en question et de redéfinir les attentes de l’organisation quant à la manière, au moment et à la personne avec laquelle des relations, des liens sont établis et de confronter leurs incidences au lieu d’adopter des processus de statu quo qui peuvent restreindre le temps ou d’autres ressources qui pourraient être consacrés à établir et développer des relations significatives.
  • Connexions et maintien de bonnes relations (selon les enseignements Anishinaabeg) : Nous demande de réfléchir à notre participation au monde afin de partager des relations mutuelles, respectueuses et éthiques, et de nous engager à respecter « les concepts fondamentaux de totalité (intégralité), d’interrelation, d’interconnexion, d’équilibre et de respect » (Bell, 2014, p. 16). Plus précisément, entretenir de bonnes relations signifie agir dans le monde en gardant à l’esprit toutes ses relations, un concept autochtone que Wagamese décrit en partie comme « la reconnaissance […] que nous sommes tous un seul corps qui se déplace ensemble dans le temps et l’espace ». (2013)

Comme le montre l’exemple ci-dessus, les différents rayons fonctionnent ensemble – chaque action ou engagement soutenant les autres. Lorsqu’ils sont mis en pratique ensemble, les rayons fondent les uns dans les autres, comme lorsqu’une roue tourne. Commencez n’importe où dans le cycle de la roue, en sachant que vous devrez éventuellement vous engager avec plusieurs des composantes si vous voulez mettre en œuvre un changement systémique profond, durable et qui a de l’impact.

Remue-méninges pour les programmes, les politiques et les espaces

Young diverse girl holding basketball

Le Cadre d’OI peut également être utilisé pour évaluer les besoins et améliorer les programmes, les politiques et les espaces sportifs. Après s’être demandé qui devrait être au centre de nos programmes et de notre prise de décisions et s’être assuré que les bonnes personnes sont impliquées, nous pouvons utiliser le Cadre pour réfléchir à ce qui est nécessaire pour chaque point d’engagement. Faut-il davantage de formation (apprentissage)? Peut-être un programme de mentorat pour ceux et celles qui sont au centre des préoccupations (réduction des préjudices), ou un réaménagement de l’espace physique (réduction des préjudices ou transformation, selon le contexte)? En commençant par un défi concret auquel l’organisation est confrontée, nous pouvons utiliser les différents points d’engagement pour réfléchir à ce qui peut être fait.

Prenons un exemple courant : Une organisation veut être accueillante pour les personnes de tous les genres, mais n’a que des programmes pour les garçons et les filles. Les points d’engagement peuvent être utilisés pour identifier des possibilités d’intervention :

  • Apprentissage : Consacrez du temps à la lecture d’articles et au visionnement de vidéos en ligne; engagez des consultants/chercheurs/personnes qui ont des expériences vécues pertinentes; observez les pratiques et les espaces de votre organisation; lisez les lois fédérales et provinciales sur les droits de la personne concernant les motifs protégés des genres, de l’identité sexuelle et de l’expression sexuelle; apprenez comment le revenu, l’origine ethnoculturelle, les capacités (le fait d’être en situation de handicap ou non) et d’autres facettes de l’identité se façonnent mutuellement ainsi que les expériences liées au genre.
  • Réduction des risques : Pratiquez l’utilisation des pronoms et des noms qui réflète les identités (auto-identifiés) des  personnes, y compris les prononciations justes; introduisez des options de toilettes et de vestiaires non genrés; introduisez des politiques d’inclusion des personnes non-binaires dans les programmes sportifs; examinez et modifiez les codes vestimentaires ou les politiques de harcèlement; mettez à jour les formulaires d’admission avec les différentes options de genre (et/ou examinez pourquoi ces renseignements sont demandés en premier lieu); revoyez les coûts d’inscription, d’espace et/ou de location d’équipement; révisez les politiques de priorisation et d’allocation des espaces.
  • Transparence et responsabilité : Soyez honnête sur la situation de votre organisation en ce qui concerne l’inclusion des genres non binaires et/ou des personnes trans; communiquez clairement les limites (légales, politiques, structurelles, etc.) qui pourraient affecter la participation d’une personne non binaire et/ou non cis; travaillez à apporter les changements nécessaires; présentez des excuses lorsque nécessaire; ne dites pas que les programmes sont inclusifs pour tous les genres s’ils ne le sont pas réellement; prenez plutôt des mesures pour améliorer l’accessibilité.
  • Transformation : Réservez un espace pour les sports dirigés par des personnes trans ou non binaires; soutenez et faites la promotion de ce que font ces groupes dans votre communauté.

Le Cadre peut également être appliqué à d’autres domaines de politiques et de programmes de manière similaire, en utilisant les points d’engagement comme des repères pour orienter la conversation et les idées.

Questions aux fins d’évaluation et de mesure

African manager speaking at diverse meeting sharing ideas at briefing

L’évaluation et la mesure des approches intersectionnelles et des changements en matière d’équité constituent un défi pour de nombreuses personnes qui administrent les organisations sportives. Il n’existe malheureusement pas de liste de contrôle qui, une fois remplie, élimine les effets des systèmes d’oppression. Cependant, le Cadre d’OI peut aider les personnes qui dirigent les organisations sportives à définir des indicateurs et des objectifs clairs pour évaluer efficacement les résultats dans leur contexte et à identifier les renseignements dont ils disposent déjà.

Comme pour le remue-méninges sur les options de programmes, de politiques et d’espaces, utilisez les quatre points d’engagement pour guider l’élaboration de questions d’évaluation et de possibilités de ce qui pourrait être mesuré de manière significative et éthique dans le contexte de votre organisation. Par exemple, comment saurons-nous si notre personnel a une attitude d’ouverture et est en apprentissage continue? Qu’est-ce que ces personnes ont besoin d’apprendre? Quelles mesures pourrions-nous utiliser pour voir les connexions possibles? À quelle fréquence devrions-nous évaluer? Avec qui devrions-nous nous mettre en lien? Mais d’abord, il faut toujours préciser qui doit être au centre de nos préoccupations – les approches intersectionnelles doivent valoriser les connaissances et donner la priorité aux questions des personnes ou des communautés qui sont historiquement les plus marginalisées. Utilisez le Cadre d’OI pour collaborer avec les personnes et les communautés qui doivent être au centre de vos préoccupations afin d’identifier les lacunes et les questions dans chaque point d’engagement et leurs résultats spécifiques souhaités.

Créer un élan

L’action individuelle, les remue-méninges pour les programmes, les politiques et les espaces, et les questions aux fins d’évaluation et de mesure sont trois façons simples pour les administrateurs et administratrices sportifs de commencer à utiliser le Cadre d’OI, et ce n’est qu’un début. Les approches intersectionnelles sont des pratiques – et non des réalisations – qui nécessitent une croissance et une action personnelles et collectives continues. La pratique et le dévouement amélioreront votre capacité à intervenir dans les systèmes d’oppression et vous aideront à acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour créer des espaces où un large éventail de personnes se sentent accueillies, soutenues et affirmées.

Il existe de nombreuses façons d’utiliser ce Cadre pour opérationnaliser l’intersectionnalité, et il y a plusieurs personnes dans le secteur du sport qui font leur premier ou leur prochain mouvement pour intervenir dans les systèmes d’oppression qui se chevauchent. Tirons parti de l’opérationnalisation de l’intersectionnalité et créons un élan en nous connectant à d’autres personnes et programmes, en nous engageant à agir et en nous engageant de manière créative dans nos contextes uniques.


A propos de(s) l'auteur(s)

Debra Kriger, MPH (elle) est associée de recherche à l’E-Alliance et applique les théories sociales et de santé à la pratique. Ses domaines de recherche sont le risque de santé incarné et les méthodologies créatives.

Amélie Keyser-Verreault (elle) est associée de recherche à E-Alliance et chercheuse postdoctorale à l’Institut Simone de Beauvoir (Université Concordia) et au Global Asia Research Center (Université nationale de Taiwan). Elle mène des recherches sur les politiques du corps et les études de genres et des sexualités en mettant l’accent sur l’esthétique, la maternité, le vieillissement, la culture du mouvement et les résistances en Asie de l’Est.

La Dre Janelle Joseph (elle) est professeure adjointe primée en études critiques de la race à la faculté de kinésiologie et d’éducation physique de l’Université de Toronto. Elle est fondatrice et directrice du laboratoire de recherche IDEAS (Indigeneity, Diaspora, Equity, and Anti-racism in Sport) et auteure/coéditrice de trois livres sur les questions raciales, le sport, l’éducation et les communautés noires au Canada.

Danielle Peers (ael) est professeurx adjointx à la Faculté de kinésiologie, de sport et de récréation de l’Université de l’Alberta, et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les cultures du handicap et du mouvement. Son travail s’appuie sur ses expériences en tant qu’athlète paralympique queer et non-binaire, ainsi qu’en tant qu’entraîneusx et administratricx de sport et de loisirs.

Références

Bell, N. (9 juin 2014). Teaching by the Medicine Wheel: An Anishinaabe framework for Indigenous education. Education Canada Network, 54(3). https://www.edcan.ca/articles/teaching-by-the-medicine-wheel/

Keyser-Verreault, A., Kriger, D., Joseph, J. et Peers, D. (2020). Framework for Operationalizing Intersectionality. E-Alliance. https://ealliance.ca/wp-content/uploads/2020/12/Welcome_20to_20Intersectional_20Approaches_20-_20RFP_202020-2021-copie.pdf

Wagamese, R. (11 juin 2013). Wagamese: ‘All my relations’ about respect. Kamloops Daily News. https://www.kamloopsnews.ca/opinion/columnists/wagamese-all-my-relations-about-respect-1.1237759