Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport
Competitive ski jumper flying through the air after leaving the ramp

Quiconque passe du temps dans le monde du sport – qu’il s’agisse de compétitionner, de s’entraîner, de soutenir ou d’être spectateur – a entendu un bon lot de citations inspirantes. Qu’il s’agisse de « Seul, on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin » ou de « Le travail d’équipe permet d’atteindre les rêves », la force de l’équipe est un élément central des histoires de réussite dans le sport.

Et si nous vous disions que le travail d’équipe n’est pas seulement important pour les athlètes, mais aussi pour les organismes nationaux de sport (ONS)? Pour tester cette théorie, les ONS des quatre sports nordiques du Canada – Biathlon Canada, Ski combiné nordique Canada, Nordique Canada et Saut à ski Canada – font équipe dans le cadre d’une Stratégie nordique dans le but d’aller plus vite et plus loin ensemble.

La Stratégie nordique est une initiative conjointe conçue pour examiner comment travailler en équipe peut aider les quatre sports nordiques canadiens à améliorer leur performance internationale et à augmenter le nombre de Canadiens et de Canadiennes participant aux sports nordiques. Le potentiel est évident : Aux Jeux olympiques d’hiver, il y a 93 médailles à gagner dans 31 épreuves des quatre sports nordiques. Les athlètes nordiques canadiens n’ont remporté que six médailles depuis les Jeux olympiques d’hiver de 1924, et aucune depuis les Jeux olympiques de 2006 à Turin, en Italie.

Quatre sports nordiques, une Stratégie nordique

Biathlete rifle shooting lying position. Shooting range in the background. Race concept

Au printemps dernier, les quatre ONS nordiques canadiens ont signé un protocole d’entente et créé un comité directeur de la Stratégie nordique composé de membres du personnel et du conseil d’administration des quatre organisations. Le comité a été chargé d’étudier les domaines potentiels de collaboration et la structure – des accords de poignée de main aux fusions formelles – qui aideront à atteindre les objectifs globaux d’avoir un plus grand nombre d’athlètes sur les podiums et d’un plus grand nombre de participants aux sports nordiques.

Au cours de la dernière année, le comité directeur a créé des groupes de travail chargés d’examiner en profondeur trois domaines potentiels de collaboration, à savoir le développement des athlètes, la génération de revenus et l’augmentation de la participation et de l’adhésion. Les trois groupes de travail ont fourni des recommandations au comité directeur sur la meilleure façon de contribuer à l’atteinte des objectifs généraux :

  • Le groupe de travail sur le développement des athlètes s’est concentré sur l’importance de créer un parcours commun de développement des athlètes, des entraîneurs et d’accès aux podiums qui tire parti des points communs et qui est offert à tous les athlètes et entraîneurs nordiques canadiens.
  • Le groupe de travail sur la génération de revenus a suggéré une marque unie du sport nordique canadien afin de maximiser les opportunités de commandites, philanthropiques et commerciales. Il a également discuté du potentiel d’événements conjoints du sport nordique canadien.
  • Le groupe de travail sur la participation et l’adhésion a été enthousiasmé par l’idée d’attirer davantage de personnes dans les quatre sports nordiques canadiens en offrant plus d’options de participation et un parcours plus facile pour essayer les différents sports. Le groupe a également formulé des suggestions pour revoir sa structure d’adhésion traditionnelle en tenant compte de l’évolution des besoins des Canadiens lorsqu’il s’agit d’engager et de soutenir les participants aux sports nordiques, ainsi que de la valeur des processus administratifs simplifiés.

S’alignant sur les recommandations des groupes de travail, le comité directeur prépare un rapport qui sera présenté aux conseils d’administration des quatre ONS en juin. Pour étayer ce rapport, le comité directeur recueille des données provenant de diverses sources. Par exemple, le comité examine attentivement la création de parcours de développement des athlètes et des entraîneurs et s’entretient avec des clubs qui offrent déjà des programmes de sports nordiques multiples (développement des athlètes); il examine si la collaboration entre les ONS pourrait mener à une augmentation des revenus avec le soutien d’une entreprise de marketing tierce génération de revenus); et il recueille des données pour mieux comprendre les besoins des nouveaux participants au sport nordique canadien (participation et adhésion). En outre, le comité interrogera des intervenants clés ainsi que des ONS au Canada et à l’étranger dont les modèles de fonctionnement et les degrés de collaboration varient.

Changer le mode de prestation des sports nordiques au Canada

Cross-country skiing of a young athlete girl. Classical alternating technique

Bien que la Stratégie nordique soit une initiative conjointe des quatre ONS nordiques canadiennes, l’équipe derrière la stratégie comprend des acteurs clés dans plusieurs domaines du sport canadien. En fait, À nous le podium a réuni les quatre ONS pour la première fois en 2018 dans le but de faciliter la collaboration au profit de tous les sports nordiques. Le Comité olympique canadien, par l’intermédiaire de son département d’excellence du système sportif, est également devenu un partenaire clé du projet, en contribuant à animer le comité directeur. En outre, le comité directeur a tenu Sport Canada au courant, car lui aussi est intéressé par les résultats du projet.

Le soutien et l’encouragement de ces partenaires ont été essentiels pour faire avancer la Stratégie nordique et témoignent de la nécessité d’une collaboration au sein du secteur sportif canadien. Il ne s’agit pas seulement pour les quatre sports nordiques canadiens de mieux travailler ensemble; il s’agit de changer la façon dont le sport peut être pratiqué au Canada.

Alors, où en sommes-nous maintenant? La collecte de données bat son plein, et des conversations faciles et difficiles restent à venir. Les membres du conseil d’administration des quatre ONS se réuniront pour la première fois en mai, et le comité directeur utilisera les commentaires de cette réunion pour rédiger le rapport final. Ensuite, il appartiendra au conseil d’administration de chaque OSN de décider des prochaines étapes.

Une réflexion finale

Entreprendre quelque chose pour la première fois est difficile. Il n’y a pas de feuille de route, pas de séquence parfaite pour savoir comment cela doit se passer. Il n’existe pas de preuve exacte pour nous aider à décider précisément ce que nous devons faire. Ce n’est pas toujours confortable et cela implique des critiques et des réflexions. Pourtant, il est tellement gratifiant de penser de façon audacieuse et originale à la façon dont nous livrons le sport au Canada. Et c’est dans des moments comme celui-ci que nous sommes reconnaissants d’avoir de bons coéquipiers et une solide équipe de soutien.


A propos de(s) l'auteur(s)

Heather Ambery est la directrice générale de Biathlon Canada. Elle a travaillé auparavant avec le Comité olympique canadien et la Coupe du monde féminine de la FIFA en 2015. Mme Ambery est une skieuse de fond récréative et une joueuse de frisbee ultime de compétition. Elle est membre du comité directeur de la Stratégie nordique.

Charlotte MacNaughton est membre du conseil d’administration de Nordique Canada. Elle a consacré sa carrière bénévole et professionnelle à l’administration du sport canadien à tous les niveaux, des programmes des clubs de base aux Jeux olympiques. Elle est une ancienne athlète de l’équipe nationale de course d’orientation et une skieuse de fond et biathlète récréative qui vit à Canmore, en Alberta. Mme MacNaughton est membre du comité directeur de la Stratégie nordique.