Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport
Hispanic Man Hold Snowboard Ski Resort Winter Snow Mountain Cheerful Happy Smiling Guy Holiday Extreme Sport Vacation

Les événements de 2020 ont servi de catalyseur pour les administrateurs de sport et les dirigeants communautaires pour qu’ils se penchent plus étroitement sur la manière de créer des possibilités de sport et d’activité physique inclusives pour les communautés sous-représentées (par exemple, les minorités ethno-raciales, les communautés LGBTQ2S, les personnes en situation de handicap). Les nouveaux arrivants au Canada sont une communauté qui fait l’objet d’une attention croissante. Les recherches montrent que les personnes qui ont récemment immigré au Canada se tournent vers le sport et l’activité physique pour de nombreuses raisons, notamment pour élargir leur réseau social, améliorer leur santé et leur bien-être et s’intégrer à la société canadienne (Barrick et coll., 2021; Curtin et coll., 2016; Rich et coll., 2015). Alors que les intervenants du milieu du sport et de l’activité physique s’efforcent de repartir sur une lancée depuis la COVID-19, nous devons réfléchir de manière critique à la manière d’aborder les obstacles connus à la participation auxquels sont confrontés les nouveaux arrivants (par exemple, le coût, le transport, les barrières linguistiques, le manque de connaissances sur le sport et l’activité physique au Canada, les processus d’inscription bureaucratiques) afin de rendre le sport plus représentatif de la riche diversité ethno-raciale du Canada.

En mars 2017, j’ai cofondé un partenariat communautaire intersectoriel avec WinSport, le Centre for Newcomers (CFN) et la Calgary Immigrant Women’s Association (CIWA). L’initiative WinSport Welcomes Newcomers (WWNI) a été conçue pour offrir des programmes visant à initier les nouveaux arrivants à Calgary aux sports d’hiver canadiens emblématiques, comme le patinage, le hockey sur glace et le ski alpin. Au cours des trois derniers hivers, nous avons affiné notre approche de partenariat, amélioré les programmes et les services, et fait participer plus de 400 enfants, jeunes et adultes nouveaux arrivants aux sports d’hiver.

Les recommandations suivantes fournissent aux administrateurs de sport des stratégies tangibles pour accroître leur capacité à créer des expériences sportives accueillantes pour les nouveaux arrivants.

1. Reconnaître vos limites

Il est essentiel d’identifier vos points forts et vos points faibles (en tant qu’individu ou organisation) et de vous entourer de collaborateurs qui possèdent une expertise dans vos domaines faibles. Dès le premier jour de la planification de la WWNI, nous (mes collaborateurs de WinSport et moi-même) avons reconnu que nos points forts se situaient dans la recherche et l’établissement de programmes de sports d’hiver, et que nous manquions de rapports et de liens avec les communautés locales de nouveaux arrivants à Calgary. Cela nous a amenés à inviter des représentants de la CFN et de CIWA à se joindre au partenariat, ce qui s’est avéré essentiel à la réussite du projet. La force du partenariat de la WWNI réside dans notre croyance collective en la valeur du sport et dans la confiance accordée à chaque partenaire pour qu’il contribue au processus par ce qu’il fait de mieux (par exemple, les administrateurs de WinSport qui gèrent des programmes de sport de haute qualité et les administrateurs de services d’établissement qui recrutent et soutiennent les nouveaux arrivants).

2. Le contexte importe/connaître votre communauté

Young Muslim female smiling and holding a badminton racquet

Les communautés, les organisations sportives, les installations et les sports diffèrent les uns des autres de multiples façons. Au niveau local, deux quartiers qui partagent une frontière peuvent être très différents sur le plan démographique, ethno-racial et/ou socio-économique. Il est donc essentiel de comprendre la composition de la population que vous voulez impliquer pour la faire participer au mieux. Après avoir appris de nos partenaires du CFN et du CIWA que Calgary possède une grande diversité en termes de pays sources d’immigrants et d’origines, nous avons décidé de recruter des participants au programme pour les nouveaux arrivants, sans tenir compte de leurs origines, afin de refléter au mieux les réalités de l’immigration à Calgary, plutôt que de se concentrer sur une communauté particulière (par exemple, les réfugiés syriens). Ce type de recherche et d’information peut être recueilli en faisant appel à l’expertise locale ou en consultant les rapports de recensement municipaux, provinciaux/territoriaux et fédéraux pour obtenir des données démographiques générales.

3. Aller directement à la source

Sur la base de la dernière recommandation, il est essentiel que les champions communautaires et/ou les groupes de la communauté avec laquelle vous avez l’intention de travailler soient inclus comme contributeurs actifs dès le début. Cela permet de s’assurer que vous ne parlez pas au nom de communautés particulières avec lesquelles vous ne partagez pas des expériences similaires (par exemple, des administrateurs de sport qui sont citoyens canadiens et qui déterminent ce qui est le mieux pour les enfants d’immigrants). L’implication des membres de la communauté concernée est également essentielle pour susciter l’adhésion des individus et de la communauté à votre initiative. L’implication des praticiens de l’établissement du CFN et du CIWA – dont beaucoup appartiennent aux mêmes communautés ethno-raciales que les participants au programme pour les nouveaux arrivants – tout au long des phases de planification, de prestation et d’évaluation du programme a permis d’établir la confiance et les rapports avec les membres de la communauté des nouveaux arrivants, contribuant ainsi au succès du programme. Les points de vue des nouveaux arrivants participants ont également été recueillis par l’entremise d’approches formelles (c’est-à-dire des entretiens et des groupes de discussion) et informelles (c’est-à-dire des conversations informelles avant, pendant et après les programmes). Ces informations se sont avérées très utiles pour cibler et relever les défis des programmes (par exemple, améliorer la participation au programme en assurant le transport entre WinSport et le lieu de résidence des participants), renforçant ainsi l’efficacité globale de la WWNI.

4. Réfléchissez de manière critique à vos valeurs et croyances

Junior football team stacking hands before a match

Il est également important de se concentrer sur l’intérieur, à la fois individuellement et collectivement, lorsque l’on s’engage dans des efforts d’inclusion des nouveaux arrivants. Par exemple, examinez de manière critique si votre organisation, votre installation et/ou votre sport sont vraiment accueillants. Un nouvel arrivant se sentirait-il le bienvenu dans votre espace et participerait-il à vos programmes? Identifier et traiter les aspects peu accueillants (par exemple, manque de représentation dans le programme et l’administration, matériel publicitaire inaccessible, absence de programme d’introduction) est une étape essentielle pour créer des espaces accueillants et inclusifs pour tous. C’est un autre exemple où il est important de s’engager directement auprès des représentants de la communauté concernée. Les conversations sur la manière dont WinSport pourrait apporter des changements internes améliorer l’accueil des nouveaux arrivants, et par extension de tous les Calgariens, ont conduit les administrateurs de WinSport à commencer à explorer l’élargissement des options alimentaires dans l’ensemble de l’établissement. Ils ont aussi traduit les supports publicitaires dans des langues importantes autres que l’anglais. Parmi les autres domaines à prendre en considération, on note : veiller à ce que votre personnel et vos bénévoles reflètent la diversité de votre communauté locale (par exemple, le sexe, l’âge, la langue et les origines ethniques); affiner les politiques et procédures organisationnelles qui favorisent et protègent l’environnement accueillant et inclusif auquel vous aspirez; et fournir une formation sur la diversité et l’inclusion ainsi qu’un soutien continu au personnel et aux bénévoles.

5. Évaluez constamment

Les initiatives d’inclusion des nouveaux arrivants dans le sport de masse sont complexes. Par conséquent, le fait de recevoir diverses formes de rétroaction tout au long du projet (et pas seulement à la fin) vous aidera à vous assurer que vous progressez vers la réalisation de vos objectifs. Un mélange de rétroaction quantitative (chiffres) et qualitative (mots) permettant de suivre les expériences des participants pendant le programme, le nombre d’inscriptions au programme, les taux de rétention et les intentions de participation future au sport vous donnera une image riche de ce que vous faites bien, de ce qui doit être changé et des possibilités futures. Les outils de collecte de données les plus populaires sont les sondages, les entrevues et les groupes de discussion, qui peuvent tous être réalisés en personne, virtuellement ou par téléphone.

L’évaluation continue est un élément que les collaborateurs de la WWNI ont identifié comme devant être amélioré. Bien que l’équipe du partenariat se réunisse à la fin de chaque année pour faire le point sur le programme, un manque de capacité nous a empêchés d’intégrer des évaluations périodiques plus informelles pendant le programme. Comme l’évaluation est une composante essentielle des partenariats intersectoriels (Parent et Harvey, 2009), il est recommandé de prévoir des évaluations périodiques (par exemple, trimestrielles) et finales dès le début de votre initiative.

Conclusion

Les recommandations ci-dessus doivent être considérées comme des lignes directrices pour s’engager authentiquement avec les nouveaux arrivants au Canada. Il existe de nombreuses organisations formidables qui travaillent dans ce domaine (par exemple, la Winnipeg Newcomer Sport Academy, Soccer Without Boundaries de Calgary, l’initiative Sport pour les nouveaux arrivants de Sport Commonwealth Canada); je vous encourage à établir des contacts, à créer des réseaux et à apprendre les uns des autres afin d’amplifier vos retombées.

Compte tenu de notre compréhension croissante de la façon dont la COVID-19 cause des souffrances disproportionnées parmi les communautés vulnérables du Canada (par exemple, Findlay et coll., 2020; Moore et coll., 2020), de la promesse du gouvernement fédéral d’augmenter les objectifs d’immigration à des niveaux historiques (Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, 2020), et de notre reconnaissance collective du mouvement #BlackLivesMatter et du racisme anti-Noir, l’élargissement de la participation des nouveaux arrivants en tant que participants et leaders représente une action nécessaire pour rendre le sport et l’activité physique au Canada vraiment représentatifs de notre population. Comment allez-vous contribuer à un changement positif dans ce domaine?


A propos de(s) l'auteur(s)

Simon Barrick est maître de conférences à l’Université du Cap-Breton au sein du département d’études expérimentales sur la communauté et le sport et candidat au doctorat à l’Université de Calgary à la faculté de kinésiologie. Les intérêts de M. Barrick en matière de recherche, d’enseignement et de service à la communauté impliquent une interrogation critique des efforts d’équité, de diversité et d’inclusion dans le cadre du sport et des loisirs au Canada. M. Barrick est un fervent joueur de curling et coureur, et possède une vaste expérience de consultant dans des contextes organisationnels communautaires, provinciaux et nationaux.

Références

Barrick, S., Bridel, W., & Bard Miller, J. (2021). Striving for newcomer inclusion: a critical analysis of Canadian Intro to Sport programmes. Leisure/Loisir, DOI: 10.1080/14927713.2021.1872406

Findlay, L. C., Arim, R. et Kohen, D. (2020). Understanding the perceived mental health of Canadians during the COVID-19 pandemic. Health Reports31(4), 22 à 27.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. (2020). Le gouvernement du Canada annonce un plan pour favoriser la reprise économique à l’aide de l’immigration.

Curtin, K. D., Loitz, C. C., Spencer-Cavaliere, N. et Khalema, E. N. (2016). Challenges of being new to Canada: considerations for physical activity. Global Health Promotion, 0(0), 1 à 9. https://doi.org/10.1177/1757975916656347

Moore, S. A., Faulkner, G., Rhodes, R. E., Brussoni, M., Chulak-Bozzer, T., Ferguson, L. J., Mitra, R., O’Reilly, N., Spence, J. C., Vanderloo, L. M. et Tremblay, M. S. (2020). Impact of the COVID-19 virus outbreak on movement and play behaviours of Canadian children and youth: a national survey. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity17(1), 1 à 11.

Parent, M. M. et Harvey, J. (2009). Towards a management model for sport and physical activity community-based partnerships. European Sport Management Quarterly, 9(1), 23 à 45. https://doi.org/10.1080/16184740802461694

Rich, K. A., Misener, L. et Dubeau, D. (2015). “Community Cup, We Are a Big Family”: Examining social inclusion and acculturation of newcomers to Canada through a participatory sport event. Social Inclusion, 3(3), 129 à 141. https://doi.org/10.17645/si.v3i3.141


Les informations présentées dans les blogues du SIRC et les articles du SIRCuit sont exacts et vérifiées à la date de publication. Les développements qui surviennent après la date de publication peuvent avoir un impact sur l'exactitude actuelle de l'information présentée dans un blogue ou un article publié précédemment.