Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

Le financement du sport évolue, et il est de plus en plus difficile d’obtenir l’appui du gouvernement. Mais de l’argent, il y en a; il faut simplement le trouver. Une méthode de financement relativement nouvelle est le financement participatif (crowdfunding). Quand on y pense, une campagne de financement participatif ressemble au sport. Les délais sont serrés, l’objectif est très clair, il y a de la compétition, et la réussite est garante de la collaboration. Qu’il s’agisse de faire des voyages à l’échelle nationale pour représenter le Canada, de tenir des camps d’entraînement sur le plan éducatif ou d’acheter de l’équipement supplémentaire dans les municipalités, le financement participatif procure un grand retour sur le capital investi.

Le financement participatif en tant que méthode de financement met à profit la passion d’une communauté. Quand on fait un don, peu importe le genre, il est important d’établir un lien entre les donateurs et les receveurs. Qui reçoit de l’aide? Pourquoi ont-ils besoin d’argent? Et, plus important encore, où ira l’argent du donateur? Le financement participatif est la plateforme parfaite pour répondre à ces questions; c’est direct, c’est personnel et le résultat de la campagne est clair.

L’avantage du financement participatif est qu’il peut être appliqué à tous les niveaux du sport en ajustant les stratégies pour viser des publics cibles spécifiques. Lorsqu’un organisme utilise cette méthode dans le cadre de sa stratégie de financement, il a le pouvoir de rehausser la discussion philanthropique au sein de sa communauté de donateurs.

Haute performance

Les associations canadiennes enregistrées du sport amateur, comme la plupart des fédérations et autres organismes de sport, sont en mesure de fournir des reçus d’impôt pour les dons. Il s’agit d’une bonne source de motivation pour lancer des initiatives de financement participatif. Au-delà des collectes de fonds en situation de crise (p. ex. pour les athlètes qui ont perdu du financement), les fédérations sportives peuvent utiliser le financement participatif comme outil stratégique pour recueillir des fonds afin d’appuyer les activités annuelles, comme le lancement d’un programme local, ou de s’assurer que les athlètes sont outillés pour réussir et viser le podium. Rowing Canada Aviron a aidé les athlètes de la prochaine génération à réaliser leurs rêves olympiques en ayant recours au financement participatif par l’entremise de la campagne #RCANextGen, qui a permis de recueillir plus de 100 000 $ en deux ans pour réduire directement les frais d’évaluation des athlètes. Cette campagne a réuni la communauté canadienne de l’aviron afin d’appuyer les athlètes en pleine ascension qu’ils admirent et de contribuer à assurer l’avenir du sport tout en positionnant l’organisation de façon philanthropique.

Facultés sportives

Le financement participatif peut également être une stratégie efficace pour les facultés sportives des universités et des collèges. Cette méthode est bien adaptée pour les athlètes, nécessitant à peine une demande honnête et claire qui vient du fond du cœur et qui a un objectif très précis – pas de frais d’envoi, de frais d’impression ou de gadgets spéciaux. La participation d’étudiants-athlètes à la tenue d’une campagne de financement participatif leur permet de s’approprier un projet qui est souvent très spécifique aux besoins de leur équipe (équipe nationale, camps d’entraînement, nouvel équipement). De plus, lorsque la campagne est réussie, on peut même dépasser les objectifs (p. ex. cette campagne de l’Université McGill).

Sport communautaire

Le financement participatif est un outil puissant pour rallier la communauté autour d’une cause et lui donner l’occasion d’appuyer de merveilleuses initiatives locales.

Prenez Kory-Antony Roy-Lagacé, un garçon de 15 ans qui souffre d’une maladie grave et rare qui attaque son système immunitaire. Gardien de but talentueux pour le Bantam BB Bleu et Or au Québec, ses symptômes l’empêchent souvent d’aller à l’école, aux entraînements de hockey et aux matchs. Pensez maintenant au financement participatif. Avec l’aide d’une fondation familiale locale, les amis et la famille de Kory ont pu mettre sur pied une campagne de financement pour recueillir des fonds pour acheter une chambre hyperbare qui aide Kory à gérer sa douleur et son énergie et qui lui permet de participer régulièrement à ses activités scolaires et à ses activités de hockey pendant plusieurs mois consécutifs. Avec l’appui de quelques personnes formidables qui ont dirigé cette campagne, 10 000 $ ont été recueillis en dix jours. En jetant un rapide coup d’œil à la liste des donateurs, on constate que d’autres fondations locales qui soutiennent des initiatives liées au sport ont appuyé la campagne. L’objectif et le besoin étaient clairs, la stratégie de communication a été mise en place, et les leaders l’ont suivie.

Par où commencer?

Les campagnes de financement participatif peuvent être divisées en trois phases :

1. Phase silencieuse – Au cours de la phase silencieuse, les projets potentiels sont examinés, les priorités sont confirmées, les chefs d’équipe sont identifiés, les stratégies sont élaborées et les cadeaux de leadership (si possible) sont obtenus. Utilisez ce temps pour choisir une plateforme (p. ex. Fundrazr) qui répond à vos besoins, et gardez à l’esprit que les frais à payer sont généralement liés aux fonds recueillis, de sorte que le risque est assez faible.

2. Phase d’activation – L’activation est le moment de la mise en œuvre. Sollicitez le public identifié, mettez en œuvre les stratégies, et maintenez l’élan en donnant des mises à jour; surveillez l’atteinte des objectifs et poursuivez la lancée jusqu’à la fin.

3. Phase post-campagne – C’est en fait la partie la plus importante de la campagne. Pourquoi? Parce qu’en général, le financement participatif attire de nouveaux donateurs et qu’il est beaucoup plus facile (et moins coûteux) de retenir les donateurs actuels que d’en acquérir de nouveaux. Remerciez-les et, plus important encore, faites un suivi sur l’incidence qu’a eu le projet.

Pratiques exemplaires à garder à l’esprit :

  • Bâtir une équipe solide – Quelle est l’équipe idéale avec qui travailler? Il peut s’agir d’entraîneurs, de bénévoles, d’anciens joueurs, d’athlètes, de parents et de membres de la communauté. Soyez clair et fixez des attentes – cette équipe doit être prête à faire le travail!
  • Portez attention aux détails – La campagne doit inclure un aperçu du projet, les objectifs de la campagne, les messages, les niveaux de dons, les plans de communication et de médias sociaux, les défis potentiels et un plan de relations avec les donateurs.  Conseil : Créez des options de dons sous la forme d’une liste d’achats que les donateurs peuvent consulter.
  • Acquérez les principaux donateurs et visez des donateurs potentiels – Utilisez la phase silencieuse pour cibler les principaux donateurs, obtenir des dons de leur part et avoir leur adhésion. L’objectif est d’atteindre environ 25 % de l’objectif de la campagne avant son lancement. Les membres de l’équipe de campagne doivent être ceux qui font les premiers dons; idéalement le personnel et les entraîneurs aussi. Il est difficile de demander de l’argent dans le cadre d’une campagne si elle n’est pas d’abord soutenue à l’interne.
  • Examinez les choses dans leur ensemble – La stratégie de marketing et de communication est à la base du succès. Élaborez des arguments solides, clairs et convaincants à l’aide d’images et de vidéos qui ajoutent une composante humaine. Les demandes en personne ont plus de succès, alors assurez-vous de répartir les tâches au sein de l’équipe que chacun s’engage à communiquer avec son réseau.
  • Dites merci – Les campagnes sont généralement de courte durée, alors assurez-vous de faire rapport immédiatement à vos donateurs en les remerciant et en leur expliquant l’effet de leurs contributions. Même si la campagne appuie un projet qui se déroule plus tard dans l’année, n’oubliez pas montrer aux donateurs comment ils y ont contribué!
  • Ayez une stratégie de rétention – Les campagnes sont un excellent moyen de cibler les nouveaux donateurs, ceux qui sont inutilisés, ceux qui contribuent régulièrement et ceux qui sont potentiellement importants. Donc assurez-vous d’avoir une stratégie de fidélisation adéquate. Celle-ci doit être adaptée à chaque groupe de donateurs, alors ne manquez pas cette occasion d’établir une base de donateurs.

N’oubliez pas qu’il y aura toujours des causes à soutenir. Chaque année, le nombre d’organismes de bienfaisance et de groupes de personnes à la recherche de dons augmente. Alors, comment allez-vous vous démarquer et vous assurer d’atteindre votre objectif? La clé du succès est de faire une bonne planification avant de vous lancer, car il est très difficile de remonter la pente une fois que votre campagne ne fonctionne plus. Cela arrive trop souvent avec des groupes qui supposent à tort que l’on peut simplement mettre en place une campagne et qu’elle s’autogérera. Donc gardez en tête que les dons que vous obtiendrez seront le résultat direct des efforts que vous déployez.


A propos de(s) l'auteur(s)

Samantha Rogers est cofondatrice de Relate Social Capital, une importante société de philanthropie sportive qui se concentre sur l’élaboration de stratégies, la création et l’exécution de programmes de développement de fonds et d’engagement communautaire qui cultivent et font croître des stratégies de génération de revenus à tous les niveaux du sport. Mme Rogers a également fondé le Sport Philanthropy Collective : un conseil international à but non lucratif pour faire progresser la philanthropie sportive et soutenir les organisations qui utilisent le sport pour de bon.


Les informations présentées dans les blogues du SIRC et les articles du SIRCuit sont exacts et vérifiées à la date de publication. Les développements qui surviennent après la date de publication peuvent avoir un impact sur l'exactitude actuelle de l'information présentée dans un blogue ou un article publié précédemment.