Le centre de documentation pour le sport
Utilisez des guillemets pour trouver les documents qui contiennent l'expression exacte : "aérodynamique ET essais"
Le centre de documentation pour le sport

Avant l’avènement d’Internet, l’accessibilité consistait principalement à éliminer les obstacles physiques, par exemple en installant des rampes ou en ajoutant des boutons en braille dans les ascenseurs.

Au fil du temps, une évolution s’est produite dans ce qui est considéré comme un handicap. Des changements sont également intervenus dans les types d’obstacles et d’environnements auxquels les personnes sont confrontées dans leur vie, leurs loisirs et leurs compétitions. Il est donc logique que le thème des Nations unies pour la Journée internationale des personnes handicapées (3 décembre) soit « Des solutions transformatrices pour un développement inclusif : le rôle de l’innovation dans la création d’un monde accessible et équitable ».

Ce billet de blogue explore les raisons pour lesquelles l’accessibilité est importante. Il propose également aux entraîneurs et aux organisations sportives des stratégies pour donner la priorité à l’accessibilité et l’améliorer, notamment en ce qui concerne la technologie et les communications.

Questions d’accessibilité 

L’accessibilité est un droit humain.

Et c’est essentiel pour une Canadienne ou Canadien sur cinq (22 % de la population), âgé de 15 ans ou plus, qui vit avec au moins un handicap. Cela inclut de nombreux jeunes adultes, soit 13 % des personnes âgées de 15 à 24 ans. 

Les personnes vivant avec un handicap peuvent avoir un ou plusieurs des handicaps visibles et invisibles suivants :

  • les handicaps sensoriels (ouïe ou vue)
  • des troubles cognitifs (mémoire ou apprentissage)
  • les handicaps moteurs ou physiques (mobilité, souplesse ou dextérité)
  • les troubles du développement (syndrome de Down, autisme, syndrome d’Asperger ou autres troubles permanents du développement depuis la naissance)
  • les handicaps liés à la douleur (douleur chronique, temporaire ou de longue durée, affectant la vie quotidienne, souvent associée à d’autres handicaps)
  • les handicaps liés à la santé mentale (troubles émotionnels, psychologiques ou de santé mentale tels que la dépression, les troubles bipolaires, les troubles alimentaires, etc.)

Les lois diffèrent selon les juridictions. La Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario exige des organismes sans but lucratif qu’ils créent une politique en matière d’accessibilité, qu’ils fournissent des informations sur des supports de substitution, qu’ils forment leurs employés à l’accessibilité, et plus encore.

À l’automne 2022, seules cinq provinces (C.-B., Man., T.-N.-L., N.-É., Ont., aucun territoire) avaient adopté des lois sur l’accessibilité pour s’assurer que leurs citoyennes et citoyens handicapés puissent participer pleinement et équitablement à la société. Grâce à la Loi sur l’accessibilité du Canada, le gouvernement du Canada prévoit que l’accessibilité sera assurée d’ici 2040. C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui travaillent pour les ministères fédéraux, les sociétés d’État, les banques et autres, ou qui cherchent à obtenir des services auprès d’eux.

Stratégies dans le contexte du sport

  • Consultez les personnes handicapées et les impliquez-les dans la planification, la conception, le déploiement et l’évaluation.
  • Créez une politique d’accessibilité, un plan d’action d’urgence accessible et d’autres outils que votre équipe peut utiliser pour aller au-delà du respect de l’accessibilité de base.
  • Formez votre équipe à l’accessibilité (formation d’introduction gratuite du gouvernement de l’Ontario).
  • Prévoyez le temps et les ressources nécessaires pour rendre les communications futures et courantes plus accessibles
  • Effectuez des contrôles permanents pour continuer à anticiper les besoins et à y répondre
  • Trouvez et demandez un financement pour devenir plus accessible (par exemple, Projets de petite envergure 2022 : Fonds pour l’accessibilité).

De nouveaux obstacles surgiront. Soyez prêt(e) à les repérer rapidement et à y faire face. Par exemple, pendant la pandémie, certains lieux avaient des distributeurs de désinfectant qui ne pouvaient être déclenchés que par une pédale. Sachant que les personnes en fauteuil roulant ou celles ayant des problèmes d’équilibre et de dextérité pouvaient avoir besoin d’une alternative, les lieux auraient pu soit demander à un bénévole masqué de pomper le distributeur, soit installer un distributeur commandé par un capteur.

officials sitting around a table conversingLes barrières comportementales peuvent faire obstacle à une expérience sportive positive lorsque les gens s’accrochent à des préjugés, des stéréotypes et des idées fausses sur les personnes handicapées. Adoptez des comportements respectueux et communiquez en connaissance de cause. Attendez la même chose des autres.

La technologie peut être utile lorsque les sites Web, les formulaires en ligne, les applications mobiles et les fichiers numériques sont conçus et partagés dans un souci d’accessibilité. Lorsque cela est négligé ou mal fait, la technologie devient un obstacle. Planifiez l’accessibilité dès le départ.

Révisez les politiques et les processus organisationnels afin d’éliminer les obstacles systémiques ou bureaucratiques. Par exemple, offrez plus d’options que les horaires sur papier et l’inscription en personne. Et ce n’est pas parce qu’une musique forte a toujours été diffusée dans un lieu que le volume pourrait facilement être baissé pendant les heures où ce lieu accueille des participantes ou participants neuroatypiques ou ayant subi un traumatisme crânien. 

Les obstacles à l’information ou à la communication sont nombreux. Ils peuvent survenir si le masque d’un entraîneur empêche les participantes et participants de lire sur les lèvres, mais une solution rapide pourrait consister à installer un panneau de visualisation clair dans le masque. Les documents imprimés sont moins utiles pour les participants dyslexiques ou malvoyants, mais les fichiers numériques accessibles peuvent être lus à haute voix par des technologies d’assistance.

Exemples de moyens d’améliorer l’accessibilité

Voici des exemples concrets de la manière d’améliorer l’accessibilité en matière de communication et de technologie.

Sites Web et formulaires

  • Donnez un temps illimité pour remplir les formulaires en ligne.
  • Fournissez une alternative accessible au CAPTCHA pour lutter contre les pourriels.
  • Suivez les directives internationales du W3C (tutoriels sur l’accessibilité du Web).
  • Indiquez clairement vers quoi mène un lien. Au lieu d’un simple « cliquez ici » ou « pour en savoir plus », le texte du lien pourrait être le suivant : « Accédez aux ressources du SIRC sur les commotions cérébrales dans le sport ».
  • Ne répétez jamais le même texte d’hyperlien en le reliant à des pages différentes.
  • Ajoutez des espaces blancs en faisant des phrases et des paragraphes courts.
  • Insérez des listes à puces et utilisez des puces rondes et pleines (évitez les symboles, les carrés, les flèches et les logos).
  • Alignez le texte à gauche pour en faciliter la lecture.
  • Suivez les suggestions ci-dessous pour les éléments multimédias, les couleurs et les mots.

Vidéos, panneaux électroniques, animations, balados et éléments multimédias

  • Évitez les lumières clignotantes ou les images en mouvement rapide qui pourraient déclencher des crises ou des nausées.
  • Incluez des transcriptions pour les vidéos et les balados.
  • Ajoutez des descriptions alternatives pour les gifs animés, les « meme » et les éléments multimédias.
  • Incluez un sous-titrage ou une vidéo avec description.
  • Permettez-leur de supprimer les bruits de fond ou les distractions.
  • Envisagez d’accompagner les fichiers audio ou de faire appel à un bénévole pour expliquer les informations relatives à la direction, à la sécurité ou à l’activité affichées sur un panneau numérique ou un écran vidéo (il s’agit de technologies pratiques et peu coûteuses, mais elles constituent un obstacle pour les personnes malvoyantes, aveugles ou souffrant de surcharge cognitive).

Photos, logos, emoji, figures et graphiques

  • Appliquez un texte alternatif clair et concis aux images que vous partagez et des descriptions détaillées aux figures et aux graphiques.
  • Variez le traitement des lignes, des sections ou des barres (pas seulement la couleur, mais aussi les points, les tirets, l’opacité) dans les graphiques.
  • Évitez d’intégrer du texte dans les images.
  • Augmentez le contraste des couleurs et tenez-en compte lors de la conception de logos et du choix de palettes de couleurs pour le changement de marque.
  • Faites en sorte que les messages et le ton soient clairs, même sans emojis.
  • Préparez des images décoratives (icônes qui ne transmettent aucune information et n’affectent pas la compréhension) avec des balises méta-description vides telles que alt=”” afin que les technologies d’assistance les ignorent.

Documents et mots

  • Simplifiez les instructions et la structure générale.
  • Choisissez une police de caractères d’au moins 12 points avec des polices sans empattement comme Arial, OpenSans ou Calibri.
  • Appliquez des styles (par exemple, H1 et H2) pour les titres et les sous-titres dans les documents Word et les pages Web.
  • Évitez les italiques, les barres obliques, les perluètes et autres symboles pour mettre en valeur ou remplacer des mots.
  • Assurez-vous que chaque titre et sous-titre est unique afin d’aider les technologies d’assistance à naviguer correctement.
  • Enregistrez les présentations, les feuilles de calcul et les fichiers texte dans des formats accessibles.
  • Créez des tableaux accessibles (voici un bref résumé de la marche à suivre, en anglais).
  • Évitez de taper les mots tout en majuscules (ou au moins, tapez en majuscules et en minuscules normales, puis sélectionnez le mot ou le titre entier et choisissez l’option de formatage « tout en majuscules », ce qui donne aux technologies d’assistance la possibilité de « lire » à haute voix le ou les mots).
  • Faites en sorte que la couleur du texte se démarque de celle du fond (en ligne et sur papier). Les plugiciels de navigateur et les applications mobiles peuvent évaluer si le contraste est suffisant.
  • Mélangez les majuscules et les minuscules dans les mots-clics #CommeCeci pour que les technologies d’assistance puissent savoir où commencent et où finissent les mots.
  • Choisissez un langage respectueux et inclusif.
  • Faites en sorte qu’une personne soit disponible pour lire les documents inaccessibles sur demande.

Événements en directVideo conference in the business team meeting during Covid-19

Principaux points à retenir

Étant donné qu’un grand nombre de Canadiennes et Canadiens vivent avec des handicaps divers et que les gens comptent de plus en plus sur les services numériques, il devient vital de fournir des communications et des technologies accessibles. Souvent, les personnes non handicapées constatent qu’elles bénéficient elles aussi d’options plus accessibles.

Donner la priorité à l’accessibilité permet de respecter les droits des personnes handicapées et contribue également à l’inclusion dans le sport. 


A propos de(s) l'auteur(s)

Lise Lafontaine, M.L.I.S., est rédactrice principale chez Plum Copy. À ce titre, elle aide le SIRC et d’autres organismes sportifs à peaufiner leurs communications et leur matériel de formation pour les rendre plus inclusifs, plus accessibles et plus faciles à comprendre. En tant que rédactrice pour des équipes de recherche fédérales et universitaires, Lise travaille également quotidiennement avec des scientifiques et des ingénieurs. Cette ancienne athlète a participé à des compétitions de natation et d’athlétisme (javelot, disque, poids). Aujourd’hui, Lise pratique des sports de loisirs comme la natation et la raquette.

Références

Loi canadienne sur l’accessibilité (L.C. 2019, ch.10). Récupéré sur le site Web de la législation (Justice). https://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/a-0.6/

 

American Psychological Association (2021). Accessibility of APA Style. (anglais seulement)

 

Organisation canadienne d’élaboration de normes d’accessibilité (2022). Prendre son élan vers un Canada sans obstacle : Notre rapport annuel de 2021 à 2022.

 

Service numérique canadien. Gouvernement du Canada. Comment assurer l’accessibilité.

 

DigitalA11Y. Foresee your colors: Tools to evaluate your design for color contrast. (anglais seulement)

Emploi et développement social Canada (2022). Lignes directrices sur le Règlement canadien sur l’accessibilité –  Consulter les personnes en situation de handicap

Heinrich, A. (2022). Accessible social : A beginner’s guide to creating inclusive social media content. (anglais seulement)

Statistique Canada (2021). Résultats sur l’accessibilité tirés de l’Enquête canadienne sur l’incapacité de 2017.

Bureau de l’équité et de l’inclusion de UBC. Université de Colombie-Britannique (2015). Liste de contrôle pour les événements accessibles. (anglais seulement)

 

W3C (2018). Directives sur l’accessibilité du contenu Web [WCAG 2.1 était la norme internationale la plus récente au moment de la publication de ce blogue]


Les informations présentées dans les blogues du SIRC et les articles du SIRCuit sont exacts et vérifiées à la date de publication. Les développements qui surviennent après la date de publication peuvent avoir un impact sur l'exactitude actuelle de l'information présentée dans un blogue ou un article publié précédemment.