Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

Texte intégral : http://journals.humankinetics.com/doi/abs/10.1123/apaq.2016-0127 (achat du texte intégral)

Aperçu de l’étude

Pour accroître la participation au sport adapté des personnes handicapées, il est nécessaire de cibler les motivations et de connaître le développement athlétique de ceux qui pratiquent un sport jusqu’au niveau élite. Malgré un certain nombre d’études de recherche sur les motivations, les aides et les obstacles au sport pour les personnes handicapées, les recherches sur les compétiteurs d’élite sont insuffisantes. En apprenant ce qui motive les athlètes élites ayant un handicap physique, on contribue au développement de l’athlète au niveau élite et on encourage les autres à faire du sport. Ainsi, l’objectif de cette étude était d’identifier les motivations, les aides et les obstacles à la participation au sport pour les bons athlètes handicapés en utilisant la théorie de l’autodétermination comme cadre directeur, qui implique spécifiquement les motivations des athlètes handicapés élites à s’engager au niveau de l’élite et à examiner leurs perceptions des obstacles et des aides qui ont un impact sur la participation.

Pour cette étude, la théorie de l’autodétermination a été utilisée comme cadre de travail pour comprendre les motivations et le comportement des athlètes en mettant l’accent sur la motivation intrinsèque en raison de ses liens avec la performance athlétique. Des entrevues semi-structurées et ouvertes ont été menées auprès de 23 athlètes d’élite des États-Unis. La théorie de l’autodétermination et le modèle social du handicap ont servi de cadre, en plus d’une analyse thématique appliquée au contenu. La tranche d’âge des participants était de 19 à 58 ans et comprenait des gens prenant part à des compétitions de basketball en fauteuil roulant, à des courses sur piste/route en fauteuil roulant et à la natation; les handicaps physiques étaient variés.

Points saillants des conclusions tirés par le SIRC

Six thèmes et plusieurs sous-thèmes ont été tirés de l’analyse des données des entrevues portant sur la façon dont les athlètes handicapés se sont engagés dans le sport adapté.

1) L’oiseau matinal attrape sa proie (sous-thèmes : début précoce des activités récréatives; recrutement précoce par les entraîneurs; pratique de sports avec des pairs valides).

2) Surmonter les obstacles (sous-thèmes : blessures dues à la surutilisation; coût; emplacement; gestion du temps; manque de sensibilisation).

3) Comptez sur moi : réseaux de soutien (sous-thèmes : réseaux de soutien; impact des entraîneurs).

4) Habilitation et plaidoyer (sous-thèmes : redonner aux autres; avantages; transition des personnes non handicapées aux personnes handicapées).

5) Motivations physiques et mentales (sous-thèmes : être actif et en profiter; amour de la compétition).

6) Maintenir le cap : atteindre les objectifs (sous-thèmes : objectifs en tant que facilitateurs; entraînement)

Les données montrent qu’il y a un niveau élevé de motivation à s’entraîner et à compétitionner chez les athlètes et qu’ils ont commencé tôt dans leur participation récréative avant d’atteindre le niveau élite. Les obstacles et les aides identifiés comprennent les systèmes de soutien, les déplacements et le recrutement. L’autonomisation, la défense des droits et le fait de redonner aux autres étaient également des éléments évidents. Les résultats positifs en matière de santé et la joie que procure la participation à des compétitions ont également été présentés comme des aides à la participation à des sports d’élite. L’établissement d’objectifs à court et à long terme a également fait l’objet de discussions approfondies.

Motivation

  • Passion pour l’apprentissage de nouvelles habiletés et de nouvelles stratégies dans leur sport.

  • Les entraîneurs ont fourni aux athlètes des occasions d’améliorer leurs capacités et leurs compétences perçues pour apprendre de nouvelles habiletés.

  • Sentiment de satisfaction dans l’atteinte des objectifs.

  • Sentiment de satisfaction d’être actif et d’être capable de surmonter les contraintes de leur handicap lorsqu’ils travaillent avec les autres.

  • Amour de la compétition.

Aides

  • La plupart des participants de l’étude ont été initiés aux loisirs dès leur plus jeune âge et ont participé à de multiples activités avant de décider de se spécialiser dans un sport spécifique en tant qu’athlètes d’élite.

  • Expérience dans le sport avant une blessure.

  • Les personnes en tant qu’aides :

  • les entraîneurs étaient perçus comme des recruteurs, des mentors, des modèles de rôle et des soutiens personnels;

  • les coéquipiers qui étaient aussi perçus comme membres de la famille élargie, amis solidaires, transport et soutien affectif;

  • d’autres personnes importantes comme soutien social.

  • Plaisir.

  • L’habilitation, soit l’importance de redonner à leur communauté (ce que les auteurs considèrent comme un thème nécessitant des recherches plus poussées; comment les athlètes handicapés établissent des liens dans la communauté et servent de modèles à d’autres personnes ayant un handicap physique).

  • Les bienfaits du sport pour la santé. L’autonomisation par la qualité de vie perçue

Obstacles

  • La gestion du temps était l’obstacle le plus abordé: concilier l’entraînement intensif avec le travail, l’école et d’autres engagements personnels.

  • Coûts : communs aux athlètes d’élite et récréatifs, mais il semble qu’il y ait une capacité à surmonter ce problème.

Domaines de recherche futurs

  • Connexion des athlètes handicapés à la communauté en tant que modèles de rôle.

  • Bon comportement d’entraîneur chez les athlètes ayant un handicap (considéré comme une aide à la persévérance sportive).

  • Impact sur la race et l’origine ethnique dans le contexte des athlètes handicapés.

  • Accroître la participation des athlètes handicapées au sein de la communauté sportive d’élite.

  • Extrapoler les résultats à d’autres groupes d’âge, sports et lieux géographiques.

Considérations pratiques

  • La participation sportive chez les jeunes enfants développe les habiletés et l’appréciation du sport.

  • La participation au sport dès le plus jeune âge pour les personnes qui acquièrent un handicap physique plus tard dans la vie a encouragé la poursuite de leur participation au sport après le début de l’invalidité.

  • Les athlètes handicapés ont exprimé leur frustration de ne pas être traités de la même façon que les athlètes d’élite sans handicap physique et de ne pas être sensibilisés au sport adapté. Cela a mis l’accent sur leur sentiment de devoir en donnant du temps au plaidoyer et à la sensibilisation.

  • Ceux qui ont connu du succès au niveau élite ont eu tendance à être recrutés tôt, ce qui a donné lieu à de plus grandes possibilités de soutien financier (bourses d’études, équipement, etc.); il est donc important de créer plus d’occasions pour les enfants ayant un handicap physique de participer au sport.