Le centre de documentation pour le sport
Le centre de documentation pour le sport

De gauche à droite: Kelleigh Ryan (escrime), Jeremiah Barnert (ICS Calgary), Chelsea Carey (curling), Jordan Jensen-Whyte (basketball), Alanna Goldie (escrime), Kyle Landry (basketball), and Gaelan Patterson (waterpolo).

Calgary, 20 février 2021 – Avant même que la pandémie mondiale ne frappe, la joueuse de curling Chelsea Carey avait déjà prévu une année de congé. En tant que nouvel agent libre sans équipe, il n’y avait pas d’horaire ni de compétition à prévoir, et une blessure tenace au genou était toujours présente. La décision de prendre du recul était claire et définitive.

Pourtant, alors qu’elle contemplait les abysses d’une saison vide, la double championne du Tournoi des cœurs Scotties savait que l’année pourrait être difficile.  

Lorsque le COVID-19 a commencé à faire le tour du monde et que les confinements massifs ont suivi, l’ICS de Calgary a tracé un nouveau parcours, planifiant des protocoles et adaptant les groupes d’entraînement afin que les athlètes puissent reprendre l’entraînement en toute sécurité. En cours de route, ils se sont retrouvés avec un assortiment aléatoire d’athlètes de différents sports qui n’avaient personne avec qui s’entraîner, ils ont donc créé une nouvelle cohorte qui pouvait s’entraîner ensemble. C’est là que Carey a trouvé son équipe

C’était un mélange éclectique d’athlètes de ski alpin, d’escrime, de waterpolo, de basketball et de curling. Jeremiah Barnert, responsable de la force et du conditionnement physique à l’ICS de Calgary, qui a formé le groupe, explique que l’idée est née de la nécessité de continuer à fournir des services sur lesquels les athlètes comptent pour atteindre des performances de haut niveau.  

 “Nous avons essayé de trouver des moyens créatifs pour soutenir les athlètes pendant la pandémie”, explique-t-il. “Cette cohorte s’est réunie parce qu’ils étaient tous seuls et avaient besoin de notre aide”. 

 La première étape pour Carey a consisté à traiter une blessure de longue date due à une surutilisation du genou qu’elle ne pouvait pas résoudre alors que les saisons de compétition s’allongeaient. “Nous avons commencé par travailler sur les problèmes musculosquelettiques”, dit Barnert. “Mais nous avons dû faire preuve de créativité pour les entraînements à domicile et même pour les entraînements en personne. Je prescrivais des entraînements en utilisant des boîtes de soupe et des bidons de lait”, dit-il en riant.

Faire équipe avec Barnert a donné à Carey l’attention individuelle dont elle avait besoin pour enfin mettre le travail au service de sa guérison. “Mon genou n’est pas tout à fait complètement guéri, mais nous avons fait des progrès”, dit-elle. “C’est toujours difficile cependant, j’ai dû être patiente, ce que je ne fais pas très bien”.

Ce que Barnert a observé va plus loin. “Pour Chelsea, ce qui a été vraiment bien, c’est la constance dans le travail de rééducation de ses blessures au genou”, dit-il. “Cela a été une bénédiction pour elle, et elle a pris davantage en charge ces problèmes. L’environnement de l’équipe l’a vraiment aidée aussi”.

Cet environnement d’équipe est apparu après que le groupe s’est réuni pour s’entraîner et a commencé à créer des liens. C’est devenu un havre sûr où ils pouvaient travailler ensemble à la réalisation de leurs propres objectifs, dans un monde pandémique en constante évolution qui ne cessait de se refermer.

“Cela nous a permis de rester sains d’esprit simplement en pouvant nous entraîner et en ayant un groupe d’amis”, explique Carey. “Se réunir pour s’entraîner était aussi la seule interaction sociale que nous avions. D’une certaine manière, c’est un point positif d’avoir trouvé cette équipe cette année. 

Ainsi, lorsque Carey a reçu l’appel inattendu pour rejoindre l’équipe Fleury du Manitoba au prochain Tournoi des Coeurs Scotties afin de remplacer Tracy Fleury, qui s’occupe de sa fille à la maison, elle s’est sentie aussi préparée que possible.  

 Dans une année qui était censée être perdue, Carey a une autre chance, une opportunité qui l’enthousiasme mais qui la rend aussi nerveuse. “Tout le monde arrive un peu rouillé”, dit-elle. “La pandémie met un peu les règles du jeu à égalité, mais c’est quand même angoissant de savoir que la préparation sur la glace n’a pas été au rendez-vous”.

Juste avant le deuxième grand confinement en Alberta, à la mi-décembre, et sachant qu’ils ne pourraient pas s’entraîner ensemble pendant un certain temps, l’équipe assortie a pris une photo de groupe: une véritable équipe d’anormal qui se sont réunis et ont trouvé ce dont ils avaient besoin pour passer une année difficile. Une période qui sera sans doute relatée avec émotion, car ils finiront par revenir à la normale.

Carey résume ainsi la situation : “L’année a été bizarre, mais elle a été amusante”.

 Le Tournoi des Coeurs Scotties a débuté hier soir au Centre Markin MacPhail à Winsport et se poursuit jusqu’au dimanche 28 février. Pour des informations complètes sur l’événement, visitez le site https://www.curling.ca/2021scotties/ 

Pour en savoir plus sur le Canadian Sport Institute Calgary, visitez le site www.csicalgary.ca 

À propos de l’Institut canadien du sport de Calgary

L’Institut canadien du sport de Calgary offre des environnements d’entraînement de classe mondiale en Alberta. Avec le soutien de nos partenaires, nous agissons comme leader dans la science du sport et de ses soins médicaux ainsi que dans la formation des entraîneurs et des services de vie quotidienne pour aider les athlètes de haut niveau du Canada à atteindre les podiums olympiques et paralympiques. Pour plus d’information, s’il vous plaît visitez www.csicalgary.ca Contact pour les Medias:Annie Gagnon, Gestionnaire aux communicationscellulaire: 613.262.9644courriel: agagnon@csicalgary.ca